Après une année record, la production tunisienne faiblit

Les faibles niveaux de précipitations et les mauvaises pratiques agronomiques ont aggravé ce qui devait être un cycle baissier en Tunisie.
Photo: Cain Burdeau pour Olive Oil Times
Octobre 5, 2020
Daniel Dawson

Nouvelles Récentes

Après avoir enregistré un récolte record en 2019, Les producteurs tunisiens d'huile d'olive s'attendent à un rendement beaucoup plus modeste en 2020.

Selon Ajmi Larbi, scientifique en chef de l'Institut oléicole du pays (Instituto L'Olivier), la Tunisie devrait produire entre 130,000 et 140,000 tonnes d'huile d'olive cette année, contre 400,000 tonnes enregistrées l'année dernière.

Il y a une fluctuation très importante d'une année à l'autre due essentiellement au rendement élevé des oliviers (en année), mais aussi aux conditions climatiques très sévères dans notre pays.- Ajmi Larbi, responsable scientifique, Instituto L'Olivier

Larbi a attribué la forte baisse de la production au fait que de nombreux producteurs entraient dans une année morte, au manque de précipitations et aux mauvaises pratiques agricoles employées par certains des producteurs du pays.

An "sur l'année »et des précipitations abondantes en 2019 ont été créditées pour la récolte exceptionnelle de cette année.

Voir aussi: Mises à jour des récoltes 2020

"Il y a une fluctuation très importante d'une année à l'autre due essentiellement au rendement élevé des oliviers [en année], mais aussi aux conditions climatiques qui sont très sévères dans notre pays », a déclaré Larbi lors d'une récente conférence. discuter du prochain Récolte 2020.

Larbi a déclaré que la plupart des régions oléicoles de Tunisie avaient reçu 150 millimètres de précipitations ou moins cette année, bien en dessous des taux de précipitations annuels moyens compris entre 5.9 et 250 millimètres (300 et 9.8 pouces).

Le problème de la pluviométrie insuffisante est également exacerbé en Tunisie par le fait que 95 pour cent des 1.9 million d'hectares (4.7 millions d'acres) d'oliveraies du pays ne sont pas irrigués.

Larbi a également attribué la récolte tardive de l'année dernière et les mauvaises pratiques agronomiques employées par les agriculteurs à la chute brutale de la production.

Voir aussi: Tableau de bord des données de l'industrie

"Dans les années où nous avons de bonnes récoltes, les agriculteurs continuent de récolter jusqu'en avril », a-t-il déclaré. «[En conséquence], les arbres sont très épuisés quand il faut si longtemps pour les récolter.»

Larbi a déclaré qu'une meilleure éducation des agriculteurs, y compris de meilleures pratiques d'élagage et d'autres techniques agronomiques, aiderait à atténuer ce problème et à réduire l'écart entre les années en et hors saison.

Il reste cependant optimiste quant à l'avenir de la production tunisienne d'huile d'olive.

"Au cours des cinq à six dernières années, nous avons planté plus de 100,000 250,000 hectares (près de - - acres), une nouvelle zone qui entrera en production d'ici deux à trois ans », a déclaré Larbi. "Bientôt, nous aurons beaucoup plus de production dans les années où les conditions météorologiques sont très favorables. »


Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions