Australie / NZ

Nouvelles lois en matière d'étiquetage pour les producteurs australiens d'EVOO

Ces lois résultent de la pression exercée par les consommateurs à la suite d’une épidémie d’hépatite A survenue en Australie en février 2015, liée à des baies congelées contaminées importées du Canada et de la Chine et emballées dans des emballages australiens.

Juillet 18, 2018
Par Lisa Anderson

Nouvelles Récentes

En vertu du droit australien de la consommation extra virgin Les producteurs d'huile d'olive (EVOO) - ainsi que les exportateurs d'EVOO vers l'Australie - doivent se conformer aux nouvelles lois d'étiquetage du pays d'origine qui sont entrées en vigueur le 1er juillet.

Les nouvelles lois indiqueront plus clairement que tous les ingrédients ajoutés non australiens sont inclus par l'utilisation de la barre graphique indiquant le pourcentage d'ingrédients australiens et l'utilisation de l'allégation `` fabriqué en '' au lieu de l'allégation `` produit de ''.- David Valmorbida, Association australienne de l'huile d'olive

Les nouvelles lois d'étiquetage, qui stipulent que les EVOO importés en Australie doivent afficher leur pays d'origine dans une déclaration textuelle sur les étiquettes, donnent aux exportateurs australiens la possibilité d'inclure un graphique à barres ombré sur les étiquettes indiquant le pourcentage d'ingrédients cultivés ou produits en Australie, le cas échéant. .

Ces lois sont le résultat de la pression des consommateurs suite à une épidémie d'hépatite A en Australie en février 2015 qui était liée à des baies congelées emballées en Australie contaminées importées du Canada et de la Chine.

Le président de l'Association australienne de l'huile d'olive, David Valmorbida, a déclaré Olive Oil Times: «Dans les situations où les producteurs peuvent injecter de l'EVOO australien avec d'autres ingrédients qui peuvent être non australiens, les nouvelles lois indiqueront plus clairement que tous les ingrédients ajoutés non australiens sont inclus en utilisant la barre graphique indiquant le pourcentage d'ingrédients australiens et l'utilisation de l'allégation «made in» au lieu de l'allégation «product of». »

Selon le site Web de l'Australian Competition and Consumer Commission (ACCC), le terme «produit de l'Australie» indique qu'un produit est fabriqué en Australie à base d'ingrédients australiens à 100%.

Publicité

Le site Web de l'ACCC énumère quatre allégations de pays d'origine sur les «aliments prioritaires» - qui incluent l'EVOO - à savoir «cultivé», «produit en», «fabriqué en» et «emballé».

«Grown in» est utilisé principalement pour les aliments frais et indique l'origine des ingrédients. Cette allégation peut également être utilisée pour les produits à ingrédients multiples pour indiquer où les ingrédients ont été cultivés et transformés.

«Produit en» est utilisé pour indiquer la source des ingrédients et le lieu de transformation.

Publicité

«Made in» indique le pays dans lequel le produit a été fabriqué.

«Emballé» indique le pays dans lequel le produit est emballé. Cette allégation est utilisée sur les étiquettes des produits qui n'ont pas été cultivés, fabriqués ou fabriqués dans un seul pays.

Publicité

Les nouvelles lois stipulent que le logo kangourou triangulaire de fabrication australienne verte et or (AMAG) est obligatoire sur les étiquettes EVOO cultivées, produites ou fabriquées en Australie. Les producteurs d'EVOO devaient auparavant obtenir des licences auprès de NPO Australian Made Campaign Limited (AMCL), sous contrat avec le gouvernement, pour utiliser le logo AMAG.

Depuis le 1er juillet, le logo kangourou AMAG ne peut plus être utilisé comme logo autonome sur les étiquettes EVOO, mais doit être intégré dans un panneau sur les nouvelles étiquettes de pays d'origine.

Selon le site Web de l'ACCC; Les aliments «non prioritaires» tels que les bonbons, le café et les boissons alcoolisées qui sont cultivés, produits, fabriqués ou emballés en Australie ou ailleurs; sont tenus d'afficher une déclaration textuelle sur les étiquettes indiquant le pays d'origine.

Même si ces aliments «non prioritaires» ont été cultivés, produits, fabriqués ou emballés en Australie; ils ne sont pas tenus d'afficher le logo du kangourou AMAG sur leurs étiquettes.

Un graphique à barres sur l'étiquette indiquant le pourcentage de produits australiens, le cas échéant, dans un produit est obligatoire sur les étiquettes des aliments prioritaires, mais facultatif sur les étiquettes des aliments non prioritaires. Le graphique à barres doit être accompagné d'une déclaration textuelle indiquant le pourcentage d'ingrédients australiens.

L'EVOO qui a été emballé et étiqueté au plus tard en juin 30 peut toujours être vendu sans les nouvelles étiquettes.

Expliquant l'identité géographique unique de l'EVOO australien, Valmorbida a déclaré Olive Oil Times: «L'Australian EVOO est bien considéré à l'échelle mondiale en termes de qualité et de diversité des olives cultivées dans notre pays.»

Publicité

"Étant un grand pays avec une oléiculture dans plusieurs régions, il existe une opportunité pour développer une identité régionale et la commercialiser pour des EVOO australiens de haute qualité", a-t-il ajouté.

«En dépit d'être un petit producteur à l'échelle mondiale, l'application extensive des dernières méthodologies et technologies de production combinée à la superficie disponible et à la diversité régionale possible place l'industrie australienne dans une excellente position pour se développer dans l'avenir avec une solide réputation pour des volumes de production cohérents. et une qualité de produit élevée », a déclaré Valmorbida.

«Le plus souvent, l'huile d'olive australienne n'est vendue que 100% australienne - et non comme un mélange d'autres pays», a-t-il dit, «de sorte que la nouvelle représentation graphique du pays d'origine ne fera qu'accentuer et faciliter la compréhension des consommateurs que ces produits sont en effet 100% «produits de l'Australie». »

En réponse aux nouvelles lois d'étiquetage; Le producteur sud-australien d'EVOO, le propriétaire d'Elisi Grove, Leon Bettio, a déclaré Olive Oil Times: «Sachant que ces lois entraient en vigueur depuis l'année dernière, et après avoir subi une refonte comprenant la conception de nouvelles étiquettes, nous avons simplement fait intégrer les nouveaux logos du pays d'origine dans les étiquettes depuis l'année dernière. Il semble que davantage de consommateurs australiens soient intéressés à soutenir les EVOO locaux qu'ils considèrent comme de bonne qualité, donc être en mesure de le voir clairement sur l'étiquette devrait leur faciliter la tâche. »

Lorsqu'on lui a demandé s'il était simple pour les producteurs australiens d'EVOO de se conformer aux nouvelles lois sur l'étiquetage, Valmorbida a déclaré: «Certes, il y a la tâche et le coût importants de la mise à jour de l'emballage et de l'étiquetage pour se conformer aux nouvelles lois.»