`La baisse de la consommation d'huile d'olive en Europe est imputable aux problèmes de récolte et à la hausse des prix - Olive Oil Times

La baisse de la consommation d'huile d'olive en Europe est imputable aux difficultés de la récolte et à la hausse des prix

Mars 9, 2016
Erin Ridley

Nouvelles Récentes

Selon l' dernier rapport selon le Conseil oléicole international (COI), la consommation mondiale d'huile d'olive a été multipliée par 1.8 depuis 1990/1991, et les chiffres provisoires révèlent une augmentation de 4.6% au cours de l'année dernière.

Cette augmentation de la consommation est due en grande partie aux pays non membres du CIO, dont la part consommation d'huile d'olive est passé de 11 pour cent à 24 pour cent au cours de la même période de 25.

Les États-Unis enregistrent la plus forte augmentation au sein de ce groupe, où la consommation est passée de 88,000 1990 tonnes métriques en 1991/300,000 à plus de 2015 2016 en 9/2014. La consommation américaine par habitant, cependant, reste encore relativement faible à - kg en -, une quantité comparable à celle de pays comme le Canada et la Norvège, a rapporté le CIO.

Au cours de la même période, la consommation globale de l'UE - qui est dominée par les pays producteurs, l'Espagne, l'Italie et la Grèce - a légèrement augmenté pour atteindre des sommets en 2004/2005 avant de reculer régulièrement.

La Grèce est toujours en tête de la consommation annuelle par habitant avec 12.8 kg en 2014 (suivie par l'Espagne avec 11.4 kg et l'Italie 10.5 kg), mais consomme environ 50% de moins en volume maintenant qu'en 2004/2005.

Alors que certaines des tendances de l'UE sont en partie dues à d'autres facteurs (dans le cas de la Grèce, la crise économique), la baisse de la production au cours des récentes récoltes et les des prix plus élevés.

Par exemple, en 2005/2006 et 2014/2015, les données montrent que la production de l'UE a chuté et que les prix ont grimpé en flèche. La dernière de ces deux saisons de récolte est en corrélation avec une année de sécheresse en Espagne et les effets de Xyllela fastidiosa en Italie, les deux pèsent clairement sur la production globale.

Les pays non producteurs de l'UE consomment également un peu plus globalement, bien que la majorité de ces pays ne consomment pas plus de 1 kg par habitant par an.

Parallèlement, la croissance parmi les autres membres du CIO, tels que la Turquie, le Maroc et l'Algérie, a été notable (plus de neuf fois en Algérie), la consommation par habitant de chaque pays étant inférieure à 4 kg par an.


Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions