`La proposition de faire la lumière sur les fraudeurs de l'huile d'olive en Italie est rejetée - Olive Oil Times

La proposition d'alléger les fraudes sur l'huile d'olive en Italie est rejetée

Mars 2, 2016
Ylenia Granitto

Nouvelles Récentes

Le risque que la contrefaçon d'huile d'olive ait pu être »dépénalisé, laissant les délinquants libres de poursuivre leurs activités a été évité.

À Montecitorio, Rome, siège de la Chambre des députés, les commissions paritaires de l'agriculture et de la justice ont approuvé un décret sanctionnant la contrefaçon de l'huile d'olive et de son origine, avec la proposition, approuvée à l'unanimité, qui donne au code pénal la prévalence sur le code administratif .

Nous avons soulevé ces préoccupations depuis le début et nous sommes convaincus que la protection de notre or vert s'est avérée positive.- Giuseppe L'Abbate, membre du Comité de l'agriculture

Les deux commissions ont proposé la modification d'un projet de loi à la lumière des nombreuses protestations qui se sont élevées contre la tentative d'alléger les peines des personnes reconnues coupables de fraude. Désormais, les cultivateurs et producteurs italiens espèrent que le décret sera transposé par le gouvernement dans la loi.

La fraude commerciale en Italie comme l'étiquetage erroné de l'huile d'olive comme italienne lorsqu'elle a une origine différente est une infraction pénale condamnée par les articles 515 et 517 du code pénal. Mais dans le projet de loi intitulé "Fixant des règles relatives aux sanctions en cas de violation du règlement de l'UE n ° 29/2012 », "ne respectent pas l’obligation d’indiquer sur l’étiquette et dans les documents l’appellation d’origine, ainsi que l’appellation d’origine inégale également à l’aide de signes, de chiffres ou autres », n’auraient été sanctionnées que par une amende administrative.

L'article poursuit en introduisant l'infraction administrative lorsque les informations affichées sur l'emballage du produit apparaissent "en remplacement de l'appellation d'origine ou qui peut évoquer une autre origine géographique que celle indiquée », ou, en d'autres termes, lorsque les informations figurant sur l'étiquette induisent le consommateur en erreur en lui faisant croire que le produit est italien alors qu'il ne l'est pas.

Le premier changement précise que toute action administrative n'empêcherait pas les infractions pénales ni n'interférerait avec les poursuites pénales au moyen d'une clause "à moins que l'acte ne constitue un crime »inséré dans les dispositions pénales.

Député au Comité de l'agriculture, Giuseppe L'Abbate

La deuxième modification du projet de loi concerne la réintroduction d'une suspension pouvant aller jusqu'à six mois pour les récidivistes de fraude commerciale, au cours de laquelle les entreprises jugées une seconde fois enfreindre les règles doivent suspendre l'activité commerciale.

"Nous avons soulevé ces préoccupations depuis le début et nous sommes convaincus que la protection de notre or vert s'est avérée positive », a déclaré le député du Mouvement cinq étoiles au Comité de l'agriculture Giuseppe L'Abbate. "Nous demandons au gouvernement de transposer dans les meilleurs délais ces indications dans le décret final, qui doit être publié d'ici octobre, afin qu'il puisse être opérationnel avant la prochaine saison de récolte. »


Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions