L'arrêt de Xylella est une «priorité absolue», selon un responsable grec

Aucune manifestation de la maladie n'a été documentée en Grèce et le vice-ministre du Développement rural a déclaré qu'il souhaitait que cela reste ainsi.

Janvier 17, 2018
Par Costas Vasilopoulos

Nouvelles Récentes

La bactérie Xylella Fastidiosa hante les oléiculteurs en Italie et dans d'autres régions de la Méditerranée depuis quelques années.

Il est essentiel que les mécanismes de contrôle soient correctement équipés pour agir de manière proactive et suivre les agents pathogènes avant de devenir désastreux pour notre production du secteur primaire.- Vassilis Kokkalis, vice-ministre du développement rural et de l'alimentation

La Grèce n'est pas affectée par la maladie et récemment, le sous-ministre du Développement rural et de l'Alimentation, Vassilis Kokkalis, a évalué le cas d'agents pathogènes dans les plantes et Xylella fastidiosa particulièrement.

Lors de la septième Convention régionale pour la réforme de la production qui a eu lieu à Corfou, Kokkalis a d'abord souligné l'importance de renforcer les mécanismes de contrôle afin d'empêcher les agents catastrophiques de traverser la frontière avec la Grèce.

"À l'ère du commerce contemporain, les plantes, le matériel de multiplication et les produits agricoles du monde entier arrivent quotidiennement à nos points de contrôle frontaliers. Il est essentiel que les mécanismes de contrôle soient correctement équipés pour agir de manière proactive et suivre les agents pathogènes avant de devenir désastreux pour notre production du secteur primaire », a-t-il déclaré.

Kokkalis s'est ensuite concentré sur les bactéries Xylella et a placé la barre haute en ce qui concerne la suppression de l'agent en déclarant "Xylella Fastidiosa est un pathogène agressif trouvé en Italie voisine sans aucun remède encore disponible, provoquant l'abattage de milliers d'oliviers. La priorité absolue du ministère est désormais d'empêcher le pathogène d'entrer dans le pays. »

Aucune manifestation de la maladie n'a été documentée en Grèce, malgré l'annonce faite en juillet dernier sur les ondes de Spyros Mamalis, chef de la Chambre géotechnique de Grèce, que la bactérie avait infecté des arbres dans la région du Péloponnèse.

Un examen plus approfondi effectué par des laboratoires spécialisés a déterminé que Xylella n'était pas le coupable des dommages causés aux arbres et que l'annonce était une fausse alerte. Un communiqué de presse du ministère du Développement rural a confirmé qu'aucune bactérie du pathogène Xylella fastidiosa n'avait été détectée et a appelé à la prudence et au jugement approprié pour prévaloir.

Mais à part la Grèce, Xylella fastidiosa est une priorité absolue pour l'Union européenne dans son ensemble. Lors d'une réunion de haut niveau qui s'est tenue à Paris le mois dernier, le commissaire européen chargé de la sûreté et de la sécurité alimentaires Vytenis Andriukaitis et les ministres de l'agriculture de dix pays européens considérés comme directement menacés par la bactérie (Italie, Espagne, Grèce, Chypre, France , Croatie, Malte, Portugal, Allemagne et Slovénie) ont convenu d'une feuille de route pour appliquer des mesures plus strictes afin de la contenir.

La feuille de route comprend des mesures telles que l'amélioration des connaissances grâce au soutien de programmes de recherche, le renforcement de la surveillance pour une détection rapide et le renforcement des actions de sensibilisation et d'information.


Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions