` Un fonds britannique prend le contrôle de Deoleo

Europe

Un fonds britannique prend le contrôle de Deoleo

Avril 11, 2014
Par Julie Butler

Nouvelles Récentes

Le conseil d'administration de la dette, le géant de l'huile d'olive, Deoleo, a oint une offre de restructuration financière de CVC Capital Partners, qui pourrait voir la société de capital-investissement reprendre la société madrilène.

Le fonds mondial, dont le siège social est à Londres, se concentre sur les rachats d'entreprises par la direction et son portefeuille diversifié comprend des opérateurs de restauration rapide en Chine et en Malaisie et une chaîne de restauration rapide et de restauration décontractée en Espagne. Son offre de 0.38 euro par action - quatre cents en dessous du cours de clôture de jeudi - valorise Deoleo à 439 millions d'euros.

Deoleo a soif d'investissements car elle a environ 506 millions d'euros de dettes et a besoin de capitaux pour croître via ce qu'elle considère comme une nouvelle gamme de produits prometteuse. Pendant ce temps, plusieurs banques parmi ses actionnaires veulent se désinvestir.

Selon des informations publiées jeudi soir par le PDG de Deoleo, Jaime Carbó, le conseil d'administration de la société a approuvé la proposition de CVC Capital Partners de prendre d'abord une participation initiale de 29.99% dans Deoleo, suivie d'une offre de pleine propriété. L'accord verrait également le fonds refinancer la dette de Deoleo et son exécution dépendra de l'accord final obtenu par les parties concernées et de la ratification par le conseil d'administration de Deoleo.

La question de savoir qui finira par contrôler le "La société espagnole ”a généré une large couverture médiatique en Espagne ces dernières semaines, craignant qu'elle ne soit vendue à des intérêts étrangers et que son portefeuille de marques clés, dont les leaders mondiaux Bertolli, Carbonell et Carapelli, se sépare. La question est devenue encore plus politique lorsqu'une coentreprise impliquant un fonds d'investissement public italien était connue parmi les soumissionnaires.

Publicité

Dcoop - l'ancien groupe coopératif Hojiblanca et le plus grand producteur mondial d'huile d'olive extra vierge - a publié une déclaration déplorant que "Deoleo préfère un fonds d'investissement étranger »à sa propre offre, "basé autour de l'industrie espagnole. "

Les inquiétudes espagnoles concernant les implications de la propriété étrangère de Deoleo pour le secteur de l'huile d'olive du pays - qui devrait produire environ la moitié de la production mondiale totale cette saison - viennent malgré le fait que Deoleo ait lui-même souligné en novembre dernier qu'il souhaitait positionner l'huile d'olive en tant que bien de consommation en évolution rapide et d'acheter et d'emballer son huile dans n'importe quelle partie du monde qu'il choisit.


Nouvelles connexes