Les affaires

La filière oléicole française qualifie la récolte de 2016 de «catastrophique»

Lors de son assemblée générale, le président de l'association des oléiculteurs français a appelé les membres à mettre en œuvre les changements ou à regarder le secteur oléicole du pays mourir d'une mort lente.

Jun. 22, 2017
Par Isabel Putinja

Nouvelles Récentes

"Catastrophique », c'est ainsi que l'association des oléiculteurs français décrit la saison oléicole la plus récente.

Selon un rapport by AFIDOL (Association Française Interprofessionnelle de l'Olive), présentée lors de leur assemblée générale du 16 juin, la dernière récolte d'olives devrait atteindre 3,200 3,400 à 5,600 2000 tonnes, contre XNUMX XNUMX l'an dernier. Le rendement de cette année équivaut à la même quantité récoltée en XNUMX.

Pourquoi aucun technicien français n'a-t-il pu proposer des changements en matière d'élagage, d'irrigation et de fertilisation?- Olivier Nasles, Afidol

Le rapport a également révélé qu'entre 2005 et 2010, les rendements ont atteint 5,200 2011 tonnes en moyenne, tandis que de 2016 à 20, il y a eu une baisse de 4,000% à 20,000 200 tonnes. Par ailleurs, sur une superficie estimée à 800 1,000 hectares d'oliveraies en France, une moyenne de XNUMX litres d'huile est produite par hectare - loin derrière les XNUMX à XNUMX XNUMX litres produits par hectare en Espagne ou au Maroc.
Voir plus: Les meilleures huiles d'olive françaises de cette année
Le changement climatique, les infestations de mouches des oliviers, les producteurs vieillissants et les méthodes de production inefficaces sont à l'origine de ce déclin. Selon le président d'AFIDOL, Olivier Nasles, les méthodes de production doivent être réexaminées.

Dans son introduction au rapport, il a affirmé que les choses avaient changé et que les oléiculteurs français devaient améliorer leur jeu: "Le monde change, les gens changent, le climat change et nous ne sommes pas préparés. »

"Il ne s'agit pas seulement de planter pour produire », a déclaré Nasles, "il faut savoir produire et ce savoir-faire s'est en partie perdu. En 2014, la production a baissé car les oléiculteurs n'ont pas suivi les recommandations de notre technicien en matière de traitement (contre la mouche de l'olivier). En 2016 (une année de sécheresse), ils n'ont pas suivi les recommandations d'irrigation. »

Publicité

Afin d'aller de l'avant et de relever les défis liés au changement climatique, il a tenté de transmettre le message aux membres qu'il était temps de changer: "Nous devons nous éloigner de l'attitude de »nous avons toujours fait les choses de cette façon », a-t-il souligné.

"Comment se fait-il qu'au cours des trois dernières années, il n'y ait pas un seul technicien français qui ait pu nous expliquer clairement pourquoi certains producteurs sont capables de produire 700 à 1,000 200 litres par an alors que la majorité s'en tire avec seulement XNUMX litres? Pourquoi aucun technicien français n'a été en mesure de proposer des changements en matière d'élagage, d'irrigation et de fertilisation? »

Dans une interview à France Bleu, il a évoqué d'autres raisons de baisse de production et a mis en garde contre la baisse de compétitivité de la France par rapport à ses voisins oléicoles: "Nous perdons notre savoir-faire car la jeune génération ne veut pas travailler comme ses parents et grands-parents… Il faut améliorer la productivité sinon la filière oléicole de Provence va disparaître… Nous perdons notre compétitivité par rapport aux pays où la filière oléicole est florissante , comme l'Espagne, le Portugal, la Tunisie, le Maroc. "

»Les ambassadeurs vous font penser qu'il est facile de faire de l'huile d'olive. Eh bien, non, ce n'est pas simple.- Fabienne Roux

Expert français de l'huile d'olive et NYIOOC animateur, Fabienne Roux fait écho aux points de Nasles. "Des producteurs qui doivent évoluer dans leurs techniques de production pour atteindre la productivité, qui est le premier maillon indispensable de la rentabilité économique du secteur », a expliqué Roux. Olive Oil Times. "Un amateurisme est très présent en Provence… tout le monde improvise production et mouture. »Les ambassadeurs vous font penser qu'il est facile de faire de l'huile d'olive. »

"Eh bien, non, ce n'est pas simple », a déclaré Roux. "Il faut tout reprendre à la base et former une nouvelle génération d'oliviers, responsables et ambitieux et professionnels. Cela doit être fait de manière sérieuse et urgente. Rien ne peut se faire sans la volonté commune des institutions, des pouvoirs publics et des associations privées qui travaillent au quotidien. »

En effet, la frustration des producteurs français d'olives est exacerbée par le fait que d'autres pays ont pu augmenter leur production ces dernières années. Par rapport aux autres pays producteurs d'olives, la France possède une petite industrie oléicole, avec 65 pour cent de la production d'olives concentrée dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur.

L’année dernière, le sud de la France a connu période de sécheresse une partie de la récolte attendue a donc été perdue.

Également "catastrophique »sont les prix de l'huile d'olive française qui devraient augmenter pour les ménages jusqu'à 25 € le litre.



Nouvelles connexes