`Le Conseil oléicole international à la recherche d'une plus grande "transparence"

entreprise

Le Conseil oléicole international à la recherche d'une plus grande transparence

30 novembre 2011
Julie Butler

Nouvelles Récentes

La nécessité d'une plus grande transparence sur le marché de l'huile d'olive et d'uniformité des codes tarifaires de l'huile d'olive figurait parmi les questions clés débattues lors de la 99th session du Conseil des membres du Conseil oléicole international, tenue au siège du CIO à Madrid du 21 au 25 novembre.

Directeur exécutif du CIO Jean-Louis Barjol a déclaré que les mesures prises en réponse à ces problèmes comprendraient une nouvelle base de données des prix historiques et un projet conjoint avec l'Organisation mondiale des douanes sur l'harmonisation des codes tarifaires. À l'heure actuelle, les classifications de l'OMD diffèrent de celles du CIO et ne font pas de distinction entre l'huile d'olive vierge extra et l'huile d'olive vierge.

Baisse de la production en Espagne

Des prévisions actualisées et des résultats définitifs sur la production et la consommation mondiales d'huile d'olive ont également été approuvés lors de la session et montrent une légère révision à la baisse de la production espagnole pour la campagne 2011-12 (1er octobre 2011 - 30 septembre 2012) à 1.35 million de tonnes. Son total provisoire pour 2010-11 est de 1.39 million de tonnes.

Problèmes de test

Publicité

Parmi les questions traitées par le Comité technique du Conseil figurait la nécessité d'organiser des réunions avec ceux qui représentent les pays membres de la COI à la Commission du Codex Alimentarius, en particulier sur le sujet des huiles d'olive à paramètres anormaux.

La dernière session du Codex, tenue en Malaisie en février, n'a pas permis de parvenir à un accord sur cette question. L'Argentine et l'Australie faisaient partie des pays producteurs qui souhaitaient modifier les normes fixées pour les huiles d'olive, notamment au niveau de l'acide linolénique, afin de refléter les différences dans les huiles d'olive non méditerranéennes.

Une porte-parole du CIO a déclaré que la commission avait également accepté des révisions mineures de certaines normes du CIO, notamment pour l'évaluation organoleptique des huiles d'olive vierges (COI T.20 Doc. Nº 14 y 15) et d'une méthode pour déterminer la composition et le contenu de stérols et dialcools triterpéniques dans les huiles d'olive. De 2013, ce dernier s'applique également à l'huile de grignons.

Projets de R & D

Barjol a souligné que le conseil d'administration avait approuvé l'assistance pour une troisième récolte internationale d'olives en Turquie et a continué de soutenir la deuxième récolte de ce type au Maroc.

Entre-temps, le comité technique a également discuté d'un projet de développement de biomarqueurs d'olives et de la possibilité d'une étude future de l'empreinte carbone tout au long du cycle de production de l'huile d'olive, y compris l'élaboration de méthodes pour calculer les niveaux d'émissions de carbone à chaque étape du processus.

Campagnes promotionnelles

L'une des prochaines campagnes du CIO se déroulera en Australie, en Corée du Nord ou au Japon, mais le comité de promotion du CIO n'a pas encore choisi. Il évaluera d'abord les récents rapports reçus sur les marchés des olives de table et de l'huile d'olive dans les trois pays. Il a pris note de la conclusion d'une campagne en Russie, de l'extension d'une campagne en Chine, de la poursuite de sa campagne en Amérique du Nord et d'une nouvelle campagne au Brésil.

Nouveaux membres potentiels du CIO

Barjol a rendu compte de ses dernières missions, en particulier de ses visites en novembre en Argentine, au Chili et en Uruguay. Il a déclaré que ces deux derniers pays avaient manifesté un vif intérêt à devenir membres du CIO.



Nouvelles connexes