`Sans accord sur l'avenir du Conseil oléicole, l'Europe favorise la prolongation du traité - Olive Oil Times

En l'absence d'un accord sur l'avenir du Conseil Olive, l'Europe favorable à la prolongation du traité

Août 4, 2014
Julie Butler

Nouvelles Récentes

L'absence d'accord sur l'avenir du Conseil oléicole international (CIO) signifie que le traité qui le régit sera probablement prolongé d'un an au-delà de son expiration le 31 décembre.

La Commission européenne souhaite demander au Conseil des membres du CIO d'étendre le 2005 Accord international sur l'huile d'olive et les olives de table pour accorder plus de temps aux négociations, les documents de la Commission le montrent.

Les discussions sur un nouvel accord ont été confidentielles, mais la Commission et ses groupe consultatif sur l'huile d'olive ont marqué leur soutien à de nouvelles règles permettant aux pays consommateurs d'huile d'olive, mais non producteurs, de rejoindre le CIO.

La Commission estime que sa contribution au budget de la COI pour la prolongation d'un an de l'accord multilatéral serait de 3.8 millions d'euros (5.1m $).

La Commission a reçu un mandat du Conseil de l'Union européenne (UE) en novembre dernier l'autorisant à ouvrir des négociations au nom de l'UE - membre du CIO - en vue de la conclusion d'un nouveau traité. Selon un mémorandum de la Commission, elle sollicite l'autorisation du Conseil pour demander au Conseil des membres du CIO une prolongation de 12 mois de l'accord de 2005 car "Les progrès sont tels qu'il est désormais certain que l'échéance du 31 décembre 2014 pour la conclusion d'un accord ne peut être respectée. »Le Conseil des membres du CIO peut prolonger l'accord "pendant au plus deux périodes de deux ans au maximum. »

La Commission a déclaré que le traité sur l'huile d'olive et les olives de table "favorise la coopération; contribue au développement et à la stabilité des marchés; et contribue aux objectifs de l'UE en matière de politique commerciale et agricole. »

Selon un exposé des motifs distinct du ministère britannique de l'environnement, de l'alimentation et des affaires rurales (Defra), l'accord "contribue également à la protection des consommateurs contre la fraude grâce à la commande de recherches sur les techniques de laboratoire pour détecter la falsification de l'huile d'olive et à travers l'accréditation et l'analyse comparative des laboratoires effectuant des tests de l'huile d'olive. "

Notant que l'UE est le plus grand producteur et consommateur d'huile d'olive au monde, il a déclaré être membre du CIO "permet à l'UE de poursuivre le développement des marchés internationaux de l'huile d'olive et des olives de table et de défendre ses intérêts à l'égard de ces produits. »

Defra a déclaré que la proposition devrait être examinée et éventuellement adoptée par le Conseil de l'UE en septembre. Le 102nd La session du Conseil des membres du CIO se tiendra à Madrid du 10 au 13 novembre.


Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions