Le nouvel accord du Olive Council entre en vigueur

L'accord vise à renforcer la participation des pays importateurs en rendant les parts de participation plus attrayantes.

Siège du CIO à Madrid (Google Earth)
Janvier 11, 2017
Par Courtney Slusser
Siège du CIO à Madrid (Google Earth)

Nouvelles Récentes

Le Conseil oléicole international (COI) a lancé sa nouvelle Accord international sur l'huile d'olive et les olives de table- le sixième accord de ce type élaboré par l'organisation.

Approuvé par les Nations Unies lors de sa Conférence sur le commerce et le développement à 2015, l'accord qui est entré en vigueur en janvier 1 vise à renforcer la participation des pays importateurs en rendant les parts de participation plus attrayantes - une incitation fiscale à rejoindre l'organisation dans ses efforts mondiaux.
Voir aussi: Accord international sur l'huile d'olive et les olives de table, 2015
En tant que successeur du accord commercial conclu en 2005, trois questions clés constituaient les principaux objectifs de l'accord: 1) normalisation et recherche; 2) la croissance et la technologie des olives; et 3) le "l'économie oléicole. "

En ce qui concerne l'accord 2005, le plus grand changement est le calcul des parts de participation qui inclut le volume des importations. Auparavant, cette variable n'était pas incluse comme facteur dans la détermination de la valeur des actions dans les pays participants.

La nouvelle formule dont le CIO peut tirer des parts de participation est la suivante:

q = 1/3 (p1 + p2) + 1/3 (e1 + e2) + 1/3 (i1 + i2) - avec p1 pour la production moyenne d'huile d'olive au cours des six dernières campagnes et p2 pour la production d'olives de table (puis converti en son équivalent huile d'olive).

Publicité

Dans l'équation, e1 et e2 représentent les exportations douanières des deux produits et i1 et i2 représentent les importations de ces mêmes produits.

En ajustant le pourcentage de la valeur de l'action pour refléter les importations, le nouvel accord vise à accroître la participation des pays qui ne sont pas des grands producteurs d'olives et d'huile d'olive.

Le nombre minimum d'actions de participation garanties par tout pays participant est de cinq, sur un total de mille, réparties entre chaque territoire.

L'UE est actuellement le principal actionnaire avec des actions de participation 717; La Tunisie se classe deuxième avec les actions 67; La Turquie reste en troisième position avec les actions 66.

Reflétant le volume de production, les pays du Maroc, de l'Égypte, de l'Algérie et de l'Argentine ont des parts dans les adolescents et au-dessus; tandis que les pays du Moyen-Orient comme l'Iran, l'Irak et Israël restent au niveau de base de cinq parts de participation.

Les États-Unis ne sont pas membres du CIO.

Depuis sa fondation le jour de la Saint-Valentin, le 14 février 1956, le CIO a progressé dans la connexion des organismes internationaux sur le marché, ce qui en fait le "seule organisation intergouvernementale au monde à réunir les acteurs producteurs et consommateurs d'huile d'olive », comme décrit sur leur site internet.

Le CIO Newsletter Marché de décembre 2016 a détaillé l'accord conclu entre quarante pays, dont l'UE et le Royaume-Uni.

En offrant les nouvelles incitations à participer à la structure de collaboration en créant de plus grands avantages, le CIO est le chef de file en s'établissant comme un organisme de leadership faisant autorité et dominant parmi les pays producteurs et consommateurs d'huile d'olive et d'olives de table.

Alors que l'économie mondiale croît et décroît, le CIO a renforcé ses efforts pour créer une union fortifiée de gouvernements aux vues similaires.



Nouvelles connexes