Les affaires

Les productrices tunisiennes font leur marque dans un monde d'hommes

Les femmes marquent l'industrie de la croissance rapide de l'huile d'olive en Tunisie, même si c'est souvent dans les coulisses.

Zakia Hajabdallah dans son oliveraie. Photo par Isabel Putinja.
Septembre 17, 2018
Par Isabel Putinja
Zakia Hajabdallah dans son oliveraie. Photo par Isabel Putinja.

Nouvelles Récentes

Tout comme la vinification, le monde de l'huile d'olive est en grande partie une industrie dominée par les hommes. C'est également le cas en Tunisie, où un tiers des terres sont couvertes d'oliveraies et les 300,000 travaillent dans la production d'huile d'olive.

Mais beaucoup d'entre elles sont des femmes qui marquent de manière significative l'industrie tunisienne de l'huile d'olive à croissance rapide, même si elle vient souvent de quelque part dans les coulisses.

Les oléiculteurs tunisiens se font remarquer mais il reste encore beaucoup à faire, ce n'est qu'ensemble que nous pouvons promouvoir l'image de l'huile d'olive tunisienne.- Afet Ben Hamouda, A & S

La plus grande contribution des femmes à une industrie d'une valeur de 2 milliards de dinars tunisiens ($ 723.7 millions) en exportations a été une source de main-d'œuvre bon marché pendant la saison des récoltes. Quatre-vingt-dix pour cent des ouvriers de la récolte sont des femmes rurales qui travaillent comme ouvrières agricoles saisonnières. Ils reçoivent généralement un salaire journalier qui est souvent inférieur à celui des hommes qui font le même travail.

Une petite partie de leur salaire journalier sert à payer le transport de leurs villages aux oliveraies, généralement organisé par leurs employeurs, les propriétaires agricoles. Regroupées en plusieurs couches de vêtements contre le froid hivernal, les récolteuses passent leur journée de travail à cueillir à la main les olives des arbres.

À l'autre extrémité du spectre social, il y a les femmes très instruites impliquées dans la gestion quotidienne des entreprises d'huile d'olive de leur famille. Lors des Prix tunisiens de l'huile d'olive organisés par le ministère de l'Industrie en avril dernier, plusieurs femmes sont montées sur le podium pour remporter des prix lors d'une cérémonie flashy tenue dans un hôtel haut de gamme.

Publicité

Semia Salma Belkhira, directrice générale de Medagro, une entreprise familiale, a reçu le deuxième prix pour un fruit moyen Huile d'olive Ruspina; tandis que Rawia Ben Ammar, responsable des ventes à la ferme biologique du Domaine Ben Ammar, a remporté le premier prix de la marque familiale Ivlia%20in%20the%20intense%20fruity%20category.

% 0A

More%20rare%20are%20the%20women%20who%20strike%20out%20on%20their%20own,%20often%20leaving%20their%20careers%20behind%20to%20plant%20olive%20groves%20far%20away%20from%20cities%20and%20tend%20to%20their%20trees%20full-time.%20Some%20make%20a%20living%20by%20selling%20their%20fruits%20to%20local%20producers,%20while%20others%20make%20their%20own%20oil%20and%20launch%20their%20own%20brands.%20

% 0A

%E2%80%9CWomen%20make%20up%20between%2030%20and%2050%20percent%20of%20agricultural%20producers%20but%20there%20are%20very%20few%20who%20own%20the%20land%20they%20work%20on.%20Not%20more%20than%20six%20percent,%E2%80%9D%20said%20Zakia%20Hajabdallah,%20a%20local%20producer%20and%20vice-president%20of%20the%20Société Mutuelle de Services Agricoles (SMSA), une coopérative d'agriculteurs réunissant des travailleurs agricoles de la ville de Fahs et des régions voisines. Elle porte également le chapeau de VP de l'Union Régionale de l'Agriculture et de la Pêche, un syndicat des travailleurs agricoles; et est actif dans la Fédération Nationale des Agricultrices qui représente les agricultrices.

Zakia Hajabdallah (Photo par Isabel Putinja)

Hajabdallah porte un foulard et conduit une camionnette Toyota blanche. Cette image n'est pas incongrue en Tunisie, un pays où les femmes aiment faire les choses à leurs propres conditions et où elles ont depuis longtemps des droits et libertés que leurs sœurs dans certains autres pays arabes n'ont pas.

"Les femmes travaillent généralement avec leurs pères et leurs maris dans les exploitations agricoles familiales », a-t-elle déclaré depuis le volant de sa camionnette. Elle explique que l'une des raisons pour lesquelles les femmes possèdent si peu de terres est que la loi actuelle sur les successions fonctionne contre elles: les femmes ne peuvent hériter que de la moitié de ce que font leurs frères. Le gouvernement actuel a proposé de réviser cette loi qui, si elle était adoptée, ferait de la Tunisie le premier pays du monde arabe à accorder des droits de succession égaux.

La route de Fahs à sa ferme d'oliviers serpente à travers un paysage de collines ondulées rythmées par les montagnes imminentes du gouvernorat de Zaghouan, à environ 60 km au sud-ouest de la capitale Tunis. Il s'agit d'une région agricole où 80% des habitants vivent de la terre.

Oliveraies dans la région de Zaghouan. (Photo par Isabel Putinja)

Hajabdallah est devenue oléicole lorsqu'elle a décidé de quitter son emploi d'agronome dans le secteur public pour travailler les terres qu'elle avait louées au gouvernement dans le cadre d'un plan de réhabilitation des terres agricoles et de donner un coup de pouce aux agriculteurs locaux.

Bordée d'imposants cactus, son terrain s'étend sur 40 hectares et est planté principalement de longues rangées d'oliviers soignées. Dans les champs voisins "le blé tendre »est cultivé pour la farine, ainsi que le blé dur pour la semoule utilisée pour faire le couscous, un incontournable de la cuisine tunisienne.

Elle montre une plante verte aux fleurs délicates. "J'ai également planté des légumineuses comme les fèves et autres qui résistent aux températures élevées et fixent l'azote dans le sol. Cela améliore sa fertilité et optimise finalement la croissance et le rendement de mes oliviers. »

Ses arbres sont de la Variété d'olive Chetoui qui résiste bien à la chaleur nord-africaine mais ne produit que tous les deux ans. Avec sa ferme certifiée biologique depuis 2014, Hajabdallah vend les olives qu'elle récolte à l'entreprise locale AGROMED pour leur marque biologique Oriviera qui est exporté en Amérique du Nord.

"Mon plus grand défi est l'irrigation », a-t-elle déclaré en désignant la terre craquelée. "Il s'agit d'une région semi-aride qui connaît une sécheresse depuis trois ans. La nappe phréatique ici est basse et l'eau salée. L'État n'offre pas de compensation pendant les périodes de sécheresse. La saison passée s'est bien passée mais l'année dernière a été mauvaise. L'année précédente a été une excellente année pour les producteurs tunisiens. »

"La récolte commence au début du mois de novembre et trouver de la main-d'œuvre devient de plus en plus difficile chaque année », a-t-elle déclaré à propos des défis auxquels sont confrontés les oléiculteurs locaux. "L'utilisation de machines est hors de question car elles ne fonctionnent tout simplement pas pour cette variété. Les olives collent aux branches, nous devons donc les cueillir à la main. Un autre problème que nous avons à la récolte est que les petits producteurs doivent parfois attendre longtemps pour presser leurs olives parce que les moulins sont trop occupés. Comme vous le savez, les olives doivent être pressées le plus tôt possible, dans les 24 heures, pour obtenir une huile de qualité. »

Plus au nord, dans un autre paysage rural près de Mateur, à 70 km au nord-ouest de Tunis, dans le gouvernorat de Bizerte, Afet et Selima Ben Hamouda tendent à leurs oliveraies. Le sol fertile de cette région agricole a été utilisé pour cultiver des céréales depuis l'époque où c'était le grenier des Romains.

Les sœurs Ben Hamouda sont dans la trentaine et font partie d'une nouvelle génération d'oliviers et de producteurs dont l'objectif est de produire de l'huile d'olive extra vierge de la plus haute qualité. Bien qu'ils soient la sixième génération à s'occuper de la terre de leur famille, ils ont tous deux quitté leur carrière professionnelle pour le faire. Dans 2015, Afet a quitté son emploi en marketing touristique tandis que Selima a quitté sa carrière en droit pour planter une oliveraie et finalement lancer sa propre marque, A & S, deux ans plus tard.

"Nos parents ont été très encourageants et ont soutenu notre décision », a expliqué Afet. "C'est notre père qui a dit »Pourquoi ne pas planter des oliviers? Il a souligné que l'huile d'olive est une industrie à croissance rapide en Tunisie. Les gens sont très surpris et curieux lorsqu'ils apprennent que nous sommes producteurs d'olives. Au début, certains de nos amis se sont moqués de nous, mais maintenant quelques-uns ont planté leurs propres oliviers. »

Selima et Afet Ben Hamouda

"Nous avons fait nos recherches et dès le début, nous savions que nous voulions nous concentrer sur la qualité », a ajouté Selima, parlant de leur approche de la production d'olives. Les sœurs se sont rendues au sud de Sfax pour suivre un programme de formation de la chambre de commerce couvrant tous les aspects de la production d'olives. "Environ la moitié des participants étaient d'autres femmes », a-t-elle déclaré à propos de l'expérience. "Nous avons reçu de nombreuses informations et conseils excellents, mais aussi des encouragements et du soutien, qui se poursuivent aujourd'hui. »Souhaitant approfondir leurs connaissances, ils se sont ensuite rendus en Australie pour poursuivre leur formation.

"Nous avons poursuivi le travail que notre père avait commencé sur une parcelle d'essai basée sur les principes de l'agriculture de conservation », a expliqué Afet. "L'objectif est de conserver la richesse du sol afin de faire tourner le blé et les légumineuses tous les deux ans, d'éviter de labourer la terre et de conserver le couvert végétal pour minimiser l'érosion et l'évaporation. Nous devons essayer de garder l'humidité autant que possible car nous n'avons pas beaucoup de pluie. »

Groves at A & S près de Mateur, Tunisie

Avec 900 oliviers Chetoui déjà sur leurs terres, ils ont décidé de planter 12,000 XNUMX arbres des variétés espagnoles Arbosana et Arbquina qui produisent rapidement des fruits. On trouve également dans leurs bosquets la variété grecque Koroneiki, un pollinisateur. "Bien sûr, nous devons aussi défendre nos variétés tunisiennes », a souligné Afet. "Il y a deux ans, nous avons donc planté neuf hectares supplémentaires de notre Chetoui natif. »

Leur obsession de la qualité s'étend à toutes les phases du processus de production. Afin de pouvoir presser leurs olives le plus rapidement possible et éviter les retards dans les moulins, ils ont investi dans leur propre fraiseuse biphasée.

Moulin à A & S

"C'est la seule façon d'assurer la qualité, en ayant notre propre usine », a déclaré Selima à propos de leur décision. "Les huileries de cette région utilisent un système triphasé qui introduit de l'eau dans le processus et la qualité n'est donc pas excellente. De plus, les opérateurs de moulins ne séparent souvent pas vos olives de celles des autres producteurs, donc tout est pressé et mélangé. Il était donc absolument essentiel d'avoir notre propre usine. »

"Ce premier goût de nouvelle huile est un moment très émouvant », a déclaré Afet, exprimant l'alchimie magique qui se produit lorsque des mois de dur labeur sont synthétisés dans un liquide vert-or. "Nous n'avions pas vraiment l'intention d'avoir notre propre label, c'est juste arrivé. C'était la prochaine étape logique. »

Les récompenses sont venues rapidement pour leur marque A&S. L'année dernière, leur huile d'olive extra vierge Chetoui moyenne a remporté le premier prix lors d'un concours national organisé par l'Office National de l'Huile, tandis que leur fruité intense a reçu un quatrième prix. 2018 a apporté plus de distinctions, avec des récompenses lors de compétitions internationales bien connues comme BIOL Italie, et NYIOOC, où ils ont gagné un Gold Award.

Ces deux jeunes femmes qui marquent le développement de l'industrie tunisienne de l'huile d'olive sont désormais tournées vers l'avenir. Ils travaillent à la construction d'un nouveau bâtiment avec un espace pour une salle de dégustation et croient que l'industrie locale doit se développer davantage.

"Les producteurs d'olives en Tunisie se font remarquer, mais il reste encore beaucoup à faire », nous a expliqué Afet. "Nous devrions apprendre aux cuisiniers à utiliser l'huile d'olive et il y a aussi la possibilité de créer des boutiques spécialisées dans l'huile d'olive et de développer projets dans le tourisme de l'huile d'olive. De plus, les producteurs doivent parler davantage et communiquer. Nous devons créer un groupe de producteurs travaillant ensemble sur une production de qualité. Ce n'est qu'ensemble que nous pouvons promouvoir l'image de l'huile d'olive tunisienne. »


Commentaires

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publié. Les champs obligatoires sont marqués *

  1. Quel article intéressant! C'était drôle de le rencontrer après avoir commencé à recueillir des informations pour un article sur les femmes remarquables dans le monde de l'huile d'olive grecque; il sera très intéressant de faire des comparaisons internationales. J'espère que quelqu'un parlera également avec des femmes des secteurs de l'huile d'olive italienne et espagnole.

Nouvelles connexes