`Australie et Nouvelle-Zélande: projet de nouvelle norme sur l'huile d'olive

Australie / NZ

Australie et Nouvelle-Zélande: projet de nouvelle norme sur l'huile d'olive

Janvier 4, 2011
Sarah Schwager

Nouvelles Récentes

Par Sarah Schwager
Olive Oil Times Donateur | Reportage de Buenos Aires

L'Australie et la Nouvelle-Zélande devraient adopter de nouvelles normes qui établissent des règles strictes d'étiquetage de l'huile d'olive, ce qui est également susceptible d'affecter les importations dans les pays.

Dans une copie d'un projet de nouvelles normes pour l'huile d'olive et l'huile de grignons d'olive obtenues par Olive Oil Times, qui ont été discrètement remis à l'industrie locale la veille de Noël, les deux pays ont clairement et strictement défini chaque classe d'huile d'olive.

Si elles étaient mises en œuvre, les nouvelles normes adopteraient la référence d'acidité libre internationalement reconnue de 0.8% pour l'huile d'olive extra vierge, que certains experts considèrent comme trop élevée et peu ambitieuse pour la catégorie la plus prestigieuse de l'huile d'olive.

Les désignations autorisées pour l'étiquetage des huiles d'olive naturelles comestibles, des huiles d'olive raffinées et des huiles de grignons d'olive sont les suivantes: huile d'olive extra vierge, huile d'olive vierge, huile d'olive raffinée, mélange d'huile d'olive raffinée, huile de grignons d'olive raffinée et olive raffinée. Mélange d'huile de grignons. Toutes autres désignations (par exemple, huile d'olive, huile d'olive pure, huile d'olive légère ou allégée, huile d'olive extra légère ou allégée) "sont expressément interdites », précise le projet de norme.

Publicité

Le projet de norme précise également que les nouvelles règles s'appliqueraient à toutes les qualités d'huile d'olive et d'huile de grignons d'olive commercialisées en Australie et en Nouvelle-Zélande, et pas seulement à celles produites dans les pays insulaires.

Les nouvelles normes surviennent après l'adoption aux États-Unis d'un nouvel ensemble de lignes directrices et, après un certain nombre d'études de haut niveau, ont révélé le mauvais étiquetage généralisé des huiles d'olive. Dans un test par un groupe de consommateurs australien Choix en juin dernier, on a découvert que la moitié des 28 marques d'EVOO vendues dans les supermarchés australiens ne respectaient pas les normes du Conseil oléicole international (COI) pour la classification de l'huile d'olive extra vierge.

Il n'y a actuellement aucune norme obligatoire pour l'huile d'olive vendue en Australie.

Le projet de norme établit également des lignes directrices pour assurer un étiquetage plus simple et plus clair afin d'éviter les termes trompeurs et prêtant à confusion. Aucun adjectif d'aucune sorte (par exemple Premium, Super, Light, Lite, Pure) n'est autorisé s'il est présenté sur la même ligne que, ou d'une importance égale ou supérieure à la désignation approuvée sur l'étiquette.

"Les mots décrivant le pays ou la région d'origine (par exemple, australien, toscan, espagnol, etc.), le caractère de l'huile (par exemple moelleux, fruité, robuste, etc.) et / ou la méthode de traitement (par exemple, pressé à froid, première extraction, etc.) peuvent ne doit être utilisé que lorsque les informations peuvent être justifiées et n'induisent pas les consommateurs en erreur. »

La date de péremption doit être déclarée et étayée par des preuves techniques. Une date supérieure à deux ans à compter de la date de mise en bouteille ne peut pas être affichée.

Les mots »première pression à froid », »pressage à froid »ou similaire ne peut apparaître que pour les huiles d'olive vierges ou extra vierges obtenues à partir d'un premier pressage mécanique de la pâte d'olive par un système d'extraction traditionnel utilisant des presses hydrauliques. Ceux obtenus avec des équipements autres que des presses hydrauliques ne peuvent pas être étiquetés avec les mots »pressage', »pressé »ou similaire.

Également, »extraction à froid », »écrasé à froid 'ou similaire ne peut être utilisé que pour les huiles d'olive vierges ou extra vierges obtenues par percolation ou centrifugation de la pâte d'olive, et doit inclure les conditions de stockage spécifiques nécessaires pour garantir la validité de la date de péremption indiquée sur l'étiquette.

"Les indications figurant sur l'étiquetage ne doivent pas induire en erreur l'acheteur, notamment quant aux caractéristiques de l'huile concernée, ni en lui attribuant des propriétés qu'il ne possède pas, ni en suggérant qu'il possède des caractéristiques particulières lorsque ces caractéristiques sont communes à la plupart des huiles, »Précise le projet de norme.

"Cette norme reconnaît que l'huile d'olive est un produit naturel et présente régulièrement des variations dans sa composition chimique. Toutes les limites de cette norme ont été établies pour tenir compte des variations naturelles les plus courantes, en particulier dans les huiles d'olive d'Australie et de Nouvelle-Zélande, sans compromettre la capacité de détecter la falsification. »

Le projet de norme est disponible pour commentaires du public jusqu'au 25 février.

Les caractéristiques de chacune des huiles sont:

Huiles d'olive naturelles

Huile d'olive extra vierge: huile d'olive naturelle avec une acidité libre, exprimée en acide oléique libre, non supérieure à 0.8 gramme pour 100 grammes et une médiane de défauts égale à 0;

huile d'olive vierge: huile d'olive naturelle avec une acidité libre non supérieure à 2.0 grammes pour 100 grammes et une médiane de défauts égale ou inférieure à 2.5;

Huile d'olive lampante: huile d'olive naturelle avec une acidité libre supérieure à 2.0 grammes pour 100 grammes et / ou une médiane de défauts supérieure à 2.5;

Huiles d'olive raffinées

Huile d'olive raffinée: huile d'olive obtenue à partir d'huiles naturelles par des méthodes de raffinage qui n'entraînent pas d'altérations de la structure glycéridique initiale avec une acidité libre ne dépassant pas 0.3 gramme pour 100 grammes;

Mélange raffiné d'huile d'olive: mélange d'huile d'olive raffinée et d'huiles d'olive naturelles propres à la consommation humaine, avec une acidité libre non supérieure à 0.6 gramme pour 100 grammes et une médiane de défauts égale ou inférieure à 2.5;

Huiles de grignons d'olive

Huile de grignons d'olive brute: destiné au raffinage destiné à la consommation humaine ou à un usage technique;

Huile de marc d'olive raffinée: obtenu à partir d'huile de grignons d'olive brute par des méthodes de raffinage qui n'entraînent pas d'altérations de la structure glycéridique initiale, avec une acidité libre ne dépassant pas 0.3 gramme pour 100 grammes;

Mélange raffiné d'huile de grignons d'olive: un mélange d'huile de grignons d'olive raffinée et d'huiles d'olive naturelles propres à la consommation humaine, avec une acidité libre ne dépassant pas 0.6 gramme pour 100 grammes et une médiane de défauts égale ou inférieure à 2.5.

Ceci est un article d'actualité. Revenez pour les mises à jour.

Nouvelles connexes