Le Conseil oléicole international (CIO) et le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes, le CIHEAM, ont organisé un séminaire international sur Xylella fastidiosa de 28 à 30 November à l’Institut agronomique méditerranéen de Bari, dans le but de fournir les informations les plus récentes sur la maladie qui touche les oliviers dans la partie sud des Pouilles.

Des chercheurs et des experts d'institutions italiennes et internationales ont examiné la situation actuelle pour élaborer des mesures communes pouvant être adoptées.

Outre la recherche, la législation et les instruments disponibles pour surveiller la bactérie, les sujets abordés par les intervenants concernaient les tests effectués sur la bactérie et son vecteur, ainsi que les stratégies et les mesures agricoles visant à lutter contre le syndrome de déclin rapide des oliviers affectés.
Voir plus: Complete Coverage of the Xylella Fastidiosa Outbreak
Les experts ont également participé à une visite sur le terrain et, lors de la table ronde finale, ont souligné la nécessité de renforcer la collaboration scientifique, technique et politique entre les pays.

De vastes efforts de recherche sont en cours et donnent des résultats encourageants contre la maladie. Parmi les nombreux experts, Antonia Carlucci de l’Université de Foggia, a mentionné une strategy to contain organiquement la dessiccation rapide des oliviers touchés.

Le directeur de l'unité de recherche sur les arbres fruitiers du Conseil de la recherche agricole et de l'économie de Caserta, Marco Scortichini, CREA-FRC, a prononcé un discours sur les résultats préliminaires des essais sur le terrain menés à Veglie, dans la province de Lecce.

«Au cours de 2015, un total d'oliviers 40 des variétés Cellina di Nardò et Ogliarola ont été choisis pour tester l'efficacité sur le terrain d'un composé 4 à pourcentage de zinc plus 2 à base de cuivre, breveté en Israël, afin de contrôler éventuellement les effets de Xylella fastidiosa. , A-t-il expliqué lors de la conférence. "Dans le verger, la présence de l'agent pathogène a été constatée au moyen de techniques de diagnostic moléculaire."

La chercheuse a déclaré que la moitié des arbres n’avaient pas été traités et servaient de plantes témoins, tandis qu’au total six traitements de pulvérisation avaient été appliqués sur la canopée des arbres entre début avril et octobre. En été, aucun traitement n'a été appliqué.

«Pour chaque arbre, le nombre total de nouvelles pousses fanées pendant la saison végétative a été compté. Des programmes ont été utilisés pour tester la signification statistique du traitement et un test moléculaire a été mis en place pour indiquer avec précision quelle partie de la feuille et du rameau doit être prélevée pour détecter de manière fiable la présence de Xf dans l'arbre », a précisé Scortichini.

Les arbres non traités présentaient une incidence croissante de la maladie, avec la présence de nouvelles pousses et rameaux fanés, tandis que chez tous les arbres traités, la survenue de symptômes de la maladie, tels que de nouvelles pousses flétries, était significativement réduite.

Cette année, outre l'enregistrement de l'incidence de la maladie, la technique de PCR quantitative en temps réel sera appliquée pour déterminer le taux de réduction de Xylella fastidiosa dans la canopée des arbres, «officiellement vérifié par le service phytosanitaire régional de la présence de l'agent pathogène avant le début de l'essai », a souligné le chercheur.

À la fin du séminaire, le directeur exécutif du Conseil oléicole international, Abdellatif Ghedira, a indiqué que Xylella fastidiosa figurait en bonne place à l’ordre du jour de l’organisation et a rappelé son rôle de centre international de documentation et d’information sur le secteur.

Ghedira a également annoncé la participation du CIO à la “XF-ACTORS” project, financé par l'UE dans le cadre du programme Horizon 2020, qui vise à établir un programme de recherche multidisciplinaire pour répondre au besoin urgent d’améliorer la prévention, la détection précoce et le contrôle de Xylella fastidiosa.



Plus d'articles sur: , ,