Oliviers du Salento

Le cas pour établir la responsabilité de la propagation de Xylella fastidiosa dans le Salento, l'Italie a été licenciée.

Procureurs à Lecce filed charges against 10 individuals En décembre dernier, 2015 les accusait de propagation d’une maladie des plantes, de violation délibérée des dispositions relatives à l’environnement, de contrefaçons de documents par des fonctionnaires dans des documents publics, de fausses déclarations frauduleuses et de destruction ou de défiguration de la beauté naturelle.

Il est impossible de prouver qu'un comportement illicite a conduit à la propagation de la bactérie.- Les procureurs dans l'affaire

Toutefois, les enquêteurs affirment à présent qu’il n’est pas possible de démontrer le lien de causalité entre la propagation de Xylella et les agissements des suspects de 10.

Le juge chargé de l'enquête préliminaire, Alcide Maritati, a fait droit à la requête en rejet déposée par les procureurs Elsa Valeria Mignone et Roberta Licci et a publié un décret en page 44.

Voir plus: Xylella fastidiosa News

Sur la base des connaissances scientifiques actuelles sur Xylella, les enquêteurs ont été contraints de suivre le critère de causalité adopté par les tribunaux italiens dans les affaires de responsabilité médicale: pour faire avancer les accusations, il est nécessaire de conclure avec une très grande probabilité que: l’événement aurait pu être évité en suivant les procédures adoptées par la loi italienne.

Les procureurs dans l’affaire n’ont pas été en mesure de prouver que, si les personnes avaient suivi tous les protocoles, la maladie ne se serait de toute façon pas propagée.

"Il est impossible de prouver qu'un comportement illégal a conduit à la propagation de la bactérie", ont écrit les procureurs dans leur requête en irrecevabilité.

Néanmoins, après une description étape par étape des enquêtes menées avec l'aide de l'unité des forêts et de l'agroalimentaire des carabiniers, les procureurs ont souligné dans leurs conclusions qu'ils avaient effectivement constaté «des irrégularités, des négligences et des actes répréhensibles». ceux qui étaient sous enquête.

Les procureurs ont déclaré que les communications officielles envoyées aux autorités concernant les deux the desiccation of Salento’s olive trees et la découverte des symptômes de Xylella sur le territoire. Des actes de négligence concernant l’échantillonnage du matériel d’essai et la mauvaise gestion des champs expérimentaux ont également été signalés.

Le décret contient également des conversations confidentielles obtenues à partir de courriels trouvés sur des ordinateurs saisis appartenant aux suspects.

Dans ces courriels, les enquêteurs ont trouvé des preuves de la «prépondérance de l’intérêt économique, c’est-à-dire la perspective d’obtenir un financement au profit exclusif de l’Université de Bari, au détriment de la recherche scientifique».

Cet arrière-motif aurait «clairement influencé l'approche des suspects sur la question à un stade précoce, même aux dépens de la transparence de la recherche scientifique», a écrit le juge Maritati.

Il a également noté qu '"une attention était portée aux impacts [de la propagation de la maladie], à la réputation scientifique [des personnes impliquées] et aux perspectives économiques en matière de gestion du phénomène, qui était alors géré en monopole substantiel. l’Université de Bari et les laboratoires qui y sont associés. "

Enfin, le rapport révèle que le phénomène de dessiccation rapide des oliviers dans le Salento remonte au milieu du 2000. Cependant, un certain nombre de situations se sont produites au cours des années suivantes, ce qui a amené les procureurs à confirmer que «les réticences, les omissions et la tromperie ont affecté l'issue de l'enquête».

Dans le même temps, les mesures prises pour enrayer la propagation de l'épidémie qui ont été prises par la suite se sont révélées "retardées, disjointes et non conformes à une gestion des urgences appropriée".

La partie de la procédure relative aux accusations d'irrégularités dans la gestion des fonds publics, de falsification de documents et de déclarations frauduleuses apportées par les suspects et les organisations représentées par celles-ci a été transférée au parquet de Bari.

Les procureurs y examineront en particulier les communications faites par l’observatoire phytosanitaire régional en octobre 2013, qui a officiellement reconnu le début de Xylella in Italy pour la première fois, ainsi que des documents acquis à l'Institut agronomique méditerranéen de Bari.




Plus d'articles sur: ,