Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu

L’Union européenne continue d’affirmer que son accord récemment approuvé labeling policy pour les produits exportés des territoires de la Cisjordanie est simplement une question de désignation géographique et d'origine, mais selon un article de l'Associated Press, le gouvernement israélien ne l'achète pas. L'agence de presse a rapporté dimanche l'annonce par le ministère israélien des Affaires étrangères de "suspendre les contacts avec les représentants de l'Union européenne sur les questions de paix au Proche-Orient" comme moyen de protestation.

Jusqu'à la fin de la réévaluation, le Premier ministre a ordonné la suspension des contacts diplomatiques avec l'UE et ses représentants à ce sujet.- Déclaration du ministère des Affaires étrangères d'Israël

Cette décision fait suite à la nouvelle réglementation européenne sur les exportations adoptée début novembre, qui oblige désormais les colonies juives de Jérusalem-Est, de Cisjordanie et du plateau du Golan à préciser l'origine de leurs marchandises avec un langage sans ambiguïté indiquant l'occupation israélienne.

Les produits provenant des territoires en question, notamment la volaille, les dattes, les cosmétiques, le vin et l'huile d'olive, entre autres produits, ne représentent qu'une fraction des exportations israéliennes vers l'Europe. Néanmoins, des responsables israéliens dirigés par le Premier ministre dénoncent cette décision comme étant discriminatoire, proche de l'antisémite, citant la poursuite de la violence déclenchée par les Palestiniens ces derniers mois.

En novembre 12, Netanyahu a publié une déclaration sévère: "L'Union européenne a décidé de ne nommer qu'Israël, et nous ne sommes pas disposés à accepter le fait que l'Europe identifie le camp attaqué par le terrorisme".

Avec cette récente décision, Netanyahu a ordonné "une réévaluation de la participation des organes de l'UE à tout ce qui touche au processus diplomatique avec les Palestiniens", selon la déclaration du ministère faite dimanche. "Jusqu'à l'achèvement de la réévaluation, le Premier ministre a ordonné la suspension des contacts diplomatiques avec l'UE et ses représentants à ce sujet."

Néanmoins, alors que les relations entre les exportateurs et les membres individuels de l'UE seront autorisées à se maintenir, et que les pourparlers de paix au Moyen-Orient ont échoué il y a plusieurs mois, diverses agences de presse doivent se demander si la déclaration des Israéliens va au-delà de la simple posture.

Pour sa part, l’UE en tant qu’organisme national 28 ne reconnaît pas le contrôle israélien sur les territoires saisis dans 1967.


Plus d'articles sur: , ,