La direction générale française de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a publié les résultats d'une étude sur la qualité de l'huile d'olive réalisée «dans le cadre de son plan de contrôle annuel en 2016», selon un rapport publié sur le site internet de l'organisation .

La DGCCRF affirme que le plan de contrôle fait partie d'une mission plus vaste visant à surveiller la sécurité des produits et à favoriser la protection économique du consommateur. Les résultats se sont avérés peu prometteurs, 67, ou le pourcentage 48, des échantillons de 139 collectés n’ayant pas respecté les normes en vigueur.

Cette étude récente découle des efforts en cours déployés par l'Union européenne pour établir efficacement des normes de commercialisation appropriées pour l'huile d'olive et d'autres produits qui l'intègrent à leurs compositions.

Le règlement (UE) numéro 29 / 2012, adopté en janvier, 13, 2012, explique que les caractéristiques sensorielles et nutritionnelles distinctes présentées dans l’huile d’olive la rendent unique parmi les autres graisses végétales. Le document explique que, les pratiques agricoles variant d'une région à l'autre, «les qualités et les goûts [sont] remarquablement différents en fonction de leurs origines géographiques». Cela aboutit finalement à «des différences de prix au sein d'une même catégorie d'huile qui perturbent le marché». Ces distinctions différencient les huiles provenant d’autres produits végétaux, qui varient moins en fonction de leur pays d’origine.

Le rapport de la DGCCRF suit son plan de contrôle de l'huile d'olive 2015, dont les résultats ont été publiés dans 2017. À cette époque, il avait été noté que les mauvaises conditions météorologiques, la prévalence de la mouche de l’olive et de l’agent pathogène Xylella fastidiosa avaient augmenté le prix de la marchandise, et que «cette pression sur les prix, qui accroît la concurrence, est à l’origine de fraudes fréquentes taux de non-conformité ». Ce rapport indique que 41, pour cent des produits testés n'est pas conforme à la réglementation.

Le rapport 2018 indique que «la plupart des lacunes observées par les enquêteurs sont liées à l'étiquetage du produit». Les divergences constatées dans l'étiquetage constatées par la DGCCRF sont essentiellement classées en litiges concernant des caractères organoleptiques ou en «non-conformité avec des paramètres physicochimiques». En ce qui concerne les descriptions sensorielles, le rapport met l'accent sur des informations marketing inexactes liées à «l'absence d'indication de l'origine» et à un «manque de mentions obligatoires du volume net et de la catégorie d'huile».

Plusieurs sujets de préoccupation spécifiques sont apparus tout au long de l’étude et pourraient aider à modifier les pratiques d’étiquetage normalisées. De manière frappante, la DGCCRF a déterminé que «le taux de non-conformité» des produits incriminés était «plus élevé lorsque l'indication d'origine n'est pas précise et lorsque le huile provient de pays avec le plus grand volume de production».

D’autres infractions ont été constatées, notamment «une société qui commercialisait dans le circuit alimentaire une huile d’olive classée lampante par le laboratoire "et un autre qui vendait des produits" sous le nom "extra virgin l'huile d'olive ', alors que l'analyse révélait qu'il s'agissait d'un mélange d'huiles végétales. ”Au total, cette série de tests a abouti à des avertissements 71, des injonctions 39 et des« décrets de destruction du préfet 3 ».

La proportion de produits présentant des anomalies est passée de 41 à 48% depuis la publication par la DGCCRF de son dernier rapport de ce type. Cependant, cette dernière édition indique que «le taux de non-conformité constaté lors des contrôles n'est pas représentatif de la réalité du marché car les contrôles sont« ciblés »selon les informations dont disposent les enquêteurs.»

Il reste à voir si les connaissances acquises au cours des enquêtes se traduiront par des mesures appropriées qui peuvent effectivement contrecarrer les futures transgressions.




Plus d'articles sur: , ,