Jean Louis Barjol quittera son poste après cinq ans au poste de directeur exécutif du Conseil oléicole international. (Photo NYIOOC)

Le Conseil oléicole international (CIO) a annoncé sur son site Web aujourd'hui la recherche d'un nouveau directeur exécutif.

Septembre 30, 2015 a été annoncé comme la date limite pour la soumission des candidatures.

Le directeur exécutif est le responsable administratif du CIO et est responsable de son administration et de sa gestion quotidiennes. Le directeur exécutif actuel est le Français Jean-Louis Barjol, qui occupe ce poste depuis janvier 1, 2011 et dont le contrat prendra fin le 12 décembre à 31, 2015, pour un mandat de cinq ans.

Ayant son siège à Madrid, la COI est une organisation intergouvernementale oeuvrant dans le domaine de l'huile d'olive et chargée d'administrer l'accord international sur l'huile d'olive et les olives de table signé à 2005 sous les auspices de la Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED). ). Le projet de texte du nouvel accord destiné à remplacer l'actuel a été endorsed by the members in Madrid last month et servira de base pour les négociations lors d'une conférence des Nations Unies à Genève en octobre 2015. Le nouvel accord devrait entrer en vigueur en janvier 1, 2017 et expirer à la fin de 2026.

Barjol, atteint aujourd'hui au Japon où le CIO lance une new promotion campaign, a déclaré qu’il avait l’intention de tirer le meilleur parti de son temps libre à l’agence intergouvernementale. "Je suis impatient de préparer l'avenir du CIO avec le nouvel accord au profit de l'institution et de ses membres, y compris d'éventuels nouveaux membres grâce au nouveau libellé du projet d'accord", a-t-il déclaré.

Les candidats au poste de directeur exécutif doivent être ressortissants d'un pays membre du CIO et maîtriser au moins l'une des langues officielles du CIO: l'arabe, l'anglais, le français, l'italien ou l'espagnol. Chaque pays membre peut désigner jusqu'à trois candidats d'ici octobre 1, 2015. Un comité de sélection composé de représentants de chaque pays membre sera mis en place et assisté par un consultant externe.

Les pays membres du CIO incluent actuellement: l'Albanie, l'Algérie, l'Argentine, l'Union européenne, l'Iran, l'Irak, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, le Monténégro, la Syrie, la Tunisie, la Turquie et l'Uruguay.

L’avis de vacance est disponible sur le site IOC website.

Aucune des cinq plus grandes économies du monde n'est membre du CIO. Barjol, un ancien professionnel de l'industrie du sucre, a fait de l'adhésion des États-Unis l'un des objectifs clés de son mandat, mais les États-Unis ont affirmé qu'ils n'avaient aucune intention de rejoindre l'organisation intergouvernementale.



Plus d'articles sur: ,