Le débat sur les informations devant figurer sur les bouteilles d’huile d’olive - et leur importance - se poursuit en Europe alors que la Commission européenne a promis de nouvelles lois sur l’étiquetage.

La CE n’a pas rendu ses propositions publiques, mais il est dit qu’elles incluent des règles sur le positionnement et la taille de la police. Par exemple, exiger que les détails d'origine apparaissent dans le champ visuel principal dans un texte d'au moins 5 millimètres dans le cas de packages d'un litre.

Lors de la dernière réunion de son groupe consultatif sur les olives et les produits dérivés, des préoccupations ont été exprimées quant à la faisabilité de tels changements.

Selon le projet de procès-verbal de la réunion 16 de novembre, «la taille en discussion n'a pas été jugée appropriée par rapport à la quantité d'informations requises sur l'étiquette».

Le procès-verbal - récemment obtenu par Olive Oil Times dans le cadre de la politique de transparence de l'UE, il a ensuite ajouté: «Comme il a été avancé que le nombre d'informations obligatoires à mettre sur l'étiquette principale était trop important, un représentant du commerce a suggéré de définir en premier les informations importantes.» €

"Un représentant des producteurs a fait valoir que l'origine du produit, ainsi que les autres caractéristiques, étaient importantes mais n'étaient pas nécessaires sur l'étiquette", indique le procès-verbal.

Dans le même temps, un représentant des consommateurs a fait valoir que toutes les informations essentielles devraient être de la même taille, que des informations sur les conditions de stockage devraient apparaître et que la date de conditionnement devait être plus explicite.

Le procès-verbal indique qu'il est convenu que la taille de la police utilisée pour les étiquettes devrait être discutée plus avant, "mais que les informations présentées doivent rester lisibles". Il a été noté que les conditions de stockage de l'huile d'olive étaient considérées comme importantes et que la date de mise en bouteille et l'année de production devront être discutés plus en profondeur.

Différences entre les données de la CE et de la COI interrogées

Au cours des discussions sur les chiffres provisoires de la saison 2012 / 13, les prix et les tendances des exportations, des représentants des agriculteurs, des aciéries et des consommateurs ont fait part de leurs inquiétudes concernant les "incohérences" entre les données de la Commission et celles du Conseil oléicole international.

Le représentant des consommateurs a déclaré que de telles divergences ne devraient pas se produire - tant la Commission que le CIO utilisent les données fournies par les gouvernements. "

Un représentant de la CE a déclaré que les données de la Commission sur le commerce étaient basées sur les déclarations des autorités nationales, mais que les bilans de la COI étaient basés sur des sources supplémentaires par rapport aux estimations des gouvernements.

Il a également été souligné que les évaluations des perspectives du marché dépendaient dans une large mesure des contributions écrites en temps voulu des parties concernées. «Les parties prenantes ont été invitées à fournir les données afin que les statistiques reflètent mieux la situation du marché», a indiqué le procès-verbal.



Plus d'articles sur: ,