Un nouveau groupe de pression sur l'huile d'olive prépare de toute urgence un document de synthèse destiné à protéger ses membres des menaces de réduction des subventions de la part de la Commission européenne.

Lors de sa réunion à Barcelone mardi dernier, le Forum des régions oléicoles européennes a décidé d'achever le "Livre blanc" avant la fin du mois de juin afin de "se défendre à Bruxelles" alors que les négociations sur la politique agricole commune (PAC) se réchauffent. structure et budget pour 2014-2020.

Parmi les modifications proposées par la CE, tous les oléiculteurs recevraient un tarif fixe à l'hectare, plutôt que d'en payer une partie en fonction de l'historique de leur production, un changement qui ferait perdre la plus grande part à la France et à l'Espagne.

Le secteur espagnol de l'huile d'olive est actuellement subventionné à hauteur de 40 pour cent de la valeur du marché de l'huile d'olive, selon le nouveau ministre espagnol de l'Agriculture, de l'Alimentation et de l'Environnement, Miguel Arias Cañete. «Nous parlons d'une aide représentant un milliard d'euros (1b) et un montant de l'ordre de 1.3 € par hectare (par an)», a-t-il déclaré au Parlement espagnol le mois dernier.


Miguel Arias Cañete

Le Forum représente des régions en Espagne, en Italie, en France, en Grèce et en Croatie

Après avoir assisté à la réunion du nouveau forum, la directrice générale de la qualité de l'industrie et de l'agroalimentaire pour le gouvernement régional andalou, Ana Romero, a déclaré Olive Oil Times le groupe devait se déplacer rapidement.

Interrogée sur les raisons pour lesquelles un nouveau forum était nécessaire alors que des organisations telles que le Conseil oléicole international (CIO) et les gouvernements nationaux et régionaux représentaient déjà le secteur, a-t-elle dit, tandis que la CIO, par exemple, réalisait un travail remarquable. membres et ils étaient mieux placés pour faire pression directement eux-mêmes.

En réponse aux critiques selon lesquelles les paiements de la PAC soutiendraient les exploitations oléicoles autrement non viables sur le plan financier, M. Romero a déclaré que de nombreuses raisons justifiaient de justifier des subventions. Parmi celles-ci, l’importance du secteur de l’huile d’olive pour le maintien des communautés rurales et la prévention de l’abandon des terres, en particulier dans les régions d’Espagne où les terres étaient en pente et très difficiles à exploiter de manière rentable, alors que l’huile d’olive produite était exceptionnelle.

Elle a déclaré que le document de synthèse, qui serait publié pour discussion dans le secteur, exposerait les changements nécessaires sous cinq rubriques principales: qualité, promotion et information, commerce et accords avec des pays tiers, recherche et réforme de la PAC.

Le développement de ces sections serait réparti entre les membres du forum, à savoir Dubrovnik-Neretva et Istrie (Croatie), Andalousie et Catalogne (Espagne), Corse, Langedoc-Roussillon, Provence-Côte d'Azur-Alpes et Rhône-Alpes ( France), Crète et Sterea Ellada (Grèce) et Émilie-Romagne, Pouilles et Toscane (Italie).

Des représentants de l'Assemblée des régions européennes productrices de fruits, légumes et plantes (AREFLH) et de l'Association européenne des indications géographiques (AREPO) ont apporté leur soutien au nouveau forum et ont également assisté à la réunion.



Plus d'articles sur: , , ,