Abdellatif Ghedira (troisième à gauche) a été réélu à la tête du Conseil oléicole international.

Abdellatif Ghedira a été réélu directeur exécutif de la International Olive Council (CIO) pour un autre mandat de quatre ans à la 109e session du Conseil des membres tenue à Marrakech, Morocco le mois dernier.

Directeurs adjoints Jaime Lillo (de Spain), en charge des affaires administratives et financières, et Mustafa Sepetçi (de Turkey), qui est responsable des unités techniques, économiques et promotionnelles, a également vu son mandat prolongé jusqu’à 2023.

Beaucoup dans l’industrie y voyaient une occasion manquée de Italyqui, selon des accords diplomatiques antérieurs, espérait obtenir une position de leader dans l’organisation. Le deuxième producteur mondial d’huile d’olive devra maintenant attendre quatre ans avant de pouvoir jouer un rôle de premier plan au sein du seul organisme international qui régit la production et les normes de l’huile d’olive.

Peu de temps après sa réélection, Ghedira a également licencié un technicien italien qui occupait une position pivot dans l'organisation. Cette décision a également déplu aux autorités italiennes et suscité la controverse parmi les opérateurs du secteur.

Selon les médias italiens, plusieurs autres ont également critiqué certaines des questions soulevées pendant et après la session.

Ces rapports indiquent que le représentant de Israel n'a pas été autorisé à participer à la session du Conseil des membres et n'a donc pas pu voter pour les nouveaux administrateurs. La raison invoquée pour l'exclusion d'Israël était une erreur dans l'enregistrement du pays.

Selon le quotidien ItaliaOggi, un problème technique a été constaté par le comité, composé de représentants du European Union, La Tunisie, l'Algérie et la Turquie, qui ont permis le vote sans la présence du représentant d'Israël. Les règles du CIO stipulent que si moins des deux tiers des nations membres sont présentes, un seul vote contre la réélection peut bloquer le renouvellement du mandat des administrateurs en exercice.

La réunion a été ouverte par le ministre égyptien de l'Agriculture, Ezz El Din Abu Steit, président du CIO de 2019, et à laquelle ont participé les pays membres, l'Algérie, l'Argentine, l'Egypte, l'Union européenne (qui représentait également le Monténégro), Jordanie, Libye, Maroc, Palestine, Tunisie, Turquie et Uruguay.

La United States et la Géorgie ont également participé à la session en tant qu'observateurs, la COI ayant approuvé sa demande d'adhésion. La Géorgie est sur le point de devenir le dix-septième membre de l'organisation. Des représentants de l'Albanie et Iran participaient également au comité consultatif du CIO.

Plusieurs institutions, notamment la Fédération arabe des industries alimentaires, l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement ont également participé à la session en tant qu'observateurs.

Au cours de la session, la Fédération arabe des industries alimentaires a conclu un accord avec le CIO afin de diffuser les normes de qualité de l'organisation dans tous les pays arabes, même ceux qui ne font actuellement pas partie du CIO.

Il y a eu une réunion du Comité des affaires administratives et financières de la COI, qui s'est tenue en juin 17, et un séminaire international sur l'avenir du secteur oléicole au Maroc, organisé par la délégation marocaine et l'unité de la technologie et de l'environnement de la COI, qui s'est tenue le juin 20.

À la fin de la session, Ghedira a remercié Nabil Chaouki du ministère de l'Agriculture du Maroc pour le bon déroulement de la session.




Plus d'articles sur: ,