Sfax, Tunisie

Chokri Bayoudh, directeur général de l'Office national de l'huile (OHN), a estimé que la production totale d'huile d'olive issue de la campagne 2016 / 2017 en Tunisie serait de 100,000 (une baisse de 55 en pourcentage par rapport à la moyenne annuelle de la Tunisie en tonnes 180,000 et inférieur aux prévisions de 2015 en tonnes 140,000.

Les exportations d'huile d'olive tunisienne de cette saison sont estimées à 70,000 tonnes. Les tonnes 15,000 ont été exportées de novembre à la mi-décembre.
Voir plus: Complete Coverage of the 2016 Olive Harvest
La baisse de la production d'huile d'olive en Tunisie marque le départ du pays de son classement 2014 / 2015 en tant que world’s second largest olive oil producer - une saison record avec des rendements estimés entre 280,000 et 300,000 et une multiplication par quatre par rapport à l'année précédente.

La baisse de la production d'huile d'olive est un nouveau coup dur pour ce pays d'Afrique du Nord qui souffre d'une économie en difficulté, de troubles sociaux et de problèmes de sécurité. En 2015, le secteur du tourisme tunisien a été sévèrement frappé par des attaques terroristes et le pays s'est vu offrir une bouée de sauvetage sous la forme d'un EU deal celle autorisée à importer en franchise de droits de l'huile d'olive tunisienne.

Bayoudh a attribué le déclin de la production d'huile d'olive de Tunisie à la sécheresse qui a frappé la Tunisie lors de 2016. Le pays a connu l'un de ses étés les plus secs jamais enregistré, avec une diminution de 28 des précipitations par rapport à 2015. La sécheresse a entraîné des mauvaises récoltes et des pertes agricoles s'élevant à £ 700.

Le gouvernement a été accusé d'avoir donné la priorité à l'eau aux zones touristiques et aux quartiers aisés de la capitale et d'avoir omis d'entretenir le système d'approvisionnement en eau. Les populations de nombreuses régions de la Tunisie ont subi de longues coupures dans leurs approvisionnements en eau et les districts agricoles centraux du pays ont été délabrés.

Les olives n'ont pas été les seules victimes de la pénurie d'eau en Tunisie, 2016. En juillet, Saad Seddik, alors ministre de l'Agriculture, des Ressources en eau et de la Pêche, a déclaré que certains Tunisiens vivaient «sous le seuil de pauvreté en eau».

Alaa Marzouki de Watchtower, l'observatoire des eaux du citoyen tunisien, a déclaré: "L'Etat n'a pas mis en place les stratégies nécessaires." Il a estimé qu'entre 10 et 30, les fuites d'eau de canalisations détériorées représentaient un pourcentage.

Faycal Tebbini, qui dirige le parti politique Farmers Voice, estime qu'environ cinq milliards de mètres cubes d'eau, qui pourraient être détournés à des fins agricoles et résidentielles, se jettent dans la mer chaque année et qu'un pourcentage 30 de l'eau du réservoir suinte par des canalisations endommagées.

La pénurie d'eau en Tunisie a alimenté les tensions sociales et suscité des appels à un «soulèvement de la soif». En septembre, le ministère tunisien des Affaires religieuses a appelé la population à «prier pour la pluie».

En septembre et en octobre, des averses torrentielles ont exaucé les prières tunisiennes relatives aux précipitations, qui ont paralysé une partie de la Tunisie. Les inondations ont fait plusieurs victimes et des dégâts considérables ont été causés.

Bayoudh est optimiste sur le fait que les fortes pluies de cet hiver aideront à Tunisia’s olive oil production retrouver sa moyenne nationale pour la saison 2017 / 2018. Il a également souligné le fait que les exportations d'huile d'olive conditionnée ont augmenté, passant de tonnes 2,000 il y a dix ans à tonnes 20,000 aujourd'hui.

Interrogé sur les prix plus élevés que paient les consommateurs nationaux pour l'huile d'olive, Bayoudh a imputé la baisse de la production nationale et l'augmentation des quantités d'huile d'olive exportées.

Environ 80% de l'olive tunisienne est exportée.

Dans 2009, la Banque mondiale a averti que la Tunisie risquait de faire face à un risque lié aux ressources en eau. Le World Resources Institute a également prédit que la Tunisie deviendrait l'un des pays 33 les plus stressés par l'eau. La Tunisie compte neuf nouveaux réservoirs et usines de dessalement.



Plus d'articles sur: , ,