Chercheurs à Mbarara University of Science and Technology (MUST), près de Kampala, en Ouganda, teste actuellement un pansement à l'huile d'olive et au miel afin de réduire le nombre de décès maternels consécutifs à des accouchements par césarienne.

J'ai vu beaucoup de mères souffrir et mourir de sepsis; en particulier une infection du site chirurgical après une césarienne.- Joseph Ngonzi, Université des sciences et technologies de Mbarara

Le professeur et chercheur principal du département d'obstétrique et de gynécologie MUST, Joseph Ngonzi, a conçu et teste le pansement appelé I-Dress dans les hôpitaux ougandais.

I-Dress de Ngonzi est l'une des nouvelles idées 100 financées par l'ONG canadienne Grand Défis Canada dans le but de relever les défis permanents en matière de santé des femmes et des enfants dans les pays en développement.

Le gouvernement du Canada appuie financièrement ces projets par l'entremise d'Affaires mondiales Canada. Chacun des projets 100 recevra une subvention de démarrage de 100,000 CAD (76,142 USD).

Ngonzi a dit Olive Oil Times: «Nous développons actuellement le produit final, dans lequel la gaze sera imbibée de miel et d’huile d’olive et stérilisée par radiation, puis testée sur des femmes ayant subi une césarienne dans trois hôpitaux.

«Nous prévoyons également de réaliser une étude d'acceptabilité et de faisabilité auprès des cliniciens sur le produit.

«La septicémie puerpérale est la principale cause de décès maternel dans notre hôpital, contribuant pour cent 31. En tant qu'obstétricien et gynécologue, j'ai vu beaucoup de mères souffrir et mourir de sepsis; notamment une infection du site chirurgical après une césarienne », a-t-il déclaré.

Selon une étude publiée par Ngonzi plus tôt cette année, la septicémie puerpérale est la cause de 10 pour cent des décès maternels en Afrique.

Expliquant comment I-Dress a été développé, a déclaré Ngonzi Olive Oil Times: «Le traitement pharmaceutique coûte très cher. Nous avons pensé aux options et aux matériaux disponibles localement et avons découvert que la gaze imbibée de miel et d'huile d'olive avait une capacité antimicrobienne à guérir des plaies infectées. "

Selon une étude publiée par la Fondation interculturelle de l'Ouganda (CCFU) - une ONG accréditée auprès du Comité intergouvernemental de l'UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel et membre de l'Organisation internationale des trusts (INTO) - plus de 60 pour cent de la population ougandaise dépend de la médecine traditionnelle en raison de son accessibilité, de son prix abordable et de sa familiarité culturelle.

Le CCFU a découvert qu’il y avait environ un praticien de la santé traditionnel pour chaque 200 à 400 ougandais, comparé à un médecin formé par l’Ouest par 20,000 et que la phytothérapie était utilisée depuis longtemps pour traiter toute une gamme de maladies courantes.

Ngonzi a déclaré: «L’attitude des Ougandais à l’égard des remèdes naturels est positive et un certain nombre d’entre eux utilisent des remèdes naturels pour traiter quelques maux.

"Je suis tout à fait d'accord avec le fait que de nombreux médecins préfèrent les remèdes naturels aux traitements pharmaceutiques", at-il déclaré. "Je crois que les produits naturels ou les remèdes sont facilement disponibles et moins chers, même si une preuve de concept pour leur efficacité est requise."

I-Dress s'est avéré efficace sur des spécimens d'animaux, a ajouté Ngonzi.




Plus d'articles sur: ,