La Tunisie est l'un des principaux producteurs d'huile d'olive

mais le pays n'a pas promu son utilisation aux Tunisiens eux-mêmes.

Si vous venez en Tunisie en provenance de l'étranger, vous atterrirez probablement à l'aéroport de Carthage à Tunis. Si vous êtes dirigé vers le sud, parmi les oliviers, vous trouverez des panneaux publicitaires faisant la promotion de l'huile de tournesol.

La Tunisie est le deuxième producteur mondial d'huile d'olive, après l'Union européenne, et est considérée comme une étoile montante du secteur, mais le gouvernement n'a pour politique que de développer son huile d'olive à l'étranger, tandis que la population locale s'oriente vers moins cher huiles pour économiser leur pouvoir d'achat. Sur les tables tunisiennes, les huiles de graines raffinées ont peu à peu pris la place de l'huile d'olive, que seuls les habitants de la région se nourrissaient de graisse alimentaire.

Cette année, la consommation interne d’huile d’olive ne devrait baisser que de 50,000 tonnes, soit environ 4.6 litres par personne. L'utilisation domestique d'huile d'olive ne représente qu'un faible pourcentage des tonnes 260,000 attendues de la récolte actuelle.

Des campagnes seront nécessaires pour contrecarrer la tendance négative et informer les consommateurs tunisiens des avantages pour la santé de la consommation de l'huile d'olive de leur propre jardin et pour ramener l'huile d'olive à sa place importante dans le régime alimentaire tunisien, pour des raisons de santé et de culture. intégrité.

Cela ne se produira que si l'effort est soutenu par une volonté politique forte. La prochaine occasion pourrait être le second tour de l'élection présidentielle qui aura lieu en décembre 21. Qui va gagner ne doit pas oublier d'inscrire à son agenda politique les efforts nécessaires pour augmenter la consommation d'huile d'olive en Tunisie.



Plus d'articles sur: , ,