`La coopérative gérée par des bénévoles préserve une tradition provençale - Olive Oil Times

Une coopérative dirigée par des bénévoles conserve une tradition provençale

Février 13, 2012
Alice Alech

Nouvelles Récentes

Ollioules, une ville médiévale avec une municipalité d'environ 13,000 1956 habitants est située au cœur de la belle région de la Haute Provence Côte d'Azur de la France. Le nom Ollioules vient du mot romain Oliolis qui signifie olives. Comme beaucoup d'autres bosquets du sud de la France, les oliviers centenaires d'Ollioules ont beaucoup souffert lors des gelées glaciaires de -. Les propriétaires ont réagi en coupant le bois endommagé. Ça a marché.

Les souches ont repoussé et de nombreux arbres ont été sauvés. Avant cet hiver traumatisant, il y avait des moulins à huile 12 dans cette ville historique.

Aujourd'hui, à Ollioules, il existe un moulin coopératif dédié aux oléiculteurs et producteurs de la région.

Une espèce très particulière est cultivée ici - la Marron variété. Le cultivar prospère dans cette zone de bord de mer et la fruité noir (noir fruité) l'huile extra vierge obtenue a un goût épicé distinct avec des notes d'herbe verte et d'artichaut.

En plus de cultiver pour leur propre usage, les petits producteurs qui apportent leurs olives au moulin coopératif de la ville, Coopérative Ollioules, vendre leurs huiles en ligne et à quelques points de vente de la région, dont un hypermarché bien connu.

Le plus petit producteur n'a que quelques arbres dans son jardin tandis que le plus grand verger compte environ 450 arbres. Malgré leur taille modeste, les producteurs sont fiers de récupérer de l'huile d'olive extra vierge de bonne qualité sur leurs propres arbres.

En 2010, 33,600 230 litres d'huile d'olive ont été extraits des - tonnes d'olives apportées au moulin.

Un groupe de dix bénévoles gère le petit moulin à huile d'olive qui est ouvert de novembre à janvier de chaque année.

La coopérative compte 480 membres qui paient chacun une cotisation unique de 30 euros. 80 pour cent des producteurs sont membres.

Les producteurs paient une redevance de 0.37 centimes par kilo pour la transformation de leurs olives et ceux qui récoltent plus de 350 kilos repartent avec leur propre huile d'olive extra vierge.

Olivier Cronel, l'un des volontaires a déclaré que les prix étaient parmi les plus abordables de la région. Il a dit "le but de la coopérative n'est pas de gagner de l'argent mais de préserver les oliviers de la région. Encourager les gens à récolter même les deux oliviers dont ils disposent est un véritable objectif. Et s'ils ont 300 arbres, c'est encore mieux.

Cronel a décrit certaines des préoccupations des membres

  • La conformité aux réglementations européennes n'est pas toujours aisée lors de la production de petites quantités d'huile. Par exemple, l'installation de machines et de réservoirs en acier inoxydable coûte cher.
  • Les réglementations de l'UE exigent une norme stricte de traçabilité qui pourrait être bénéfique pour les consommateurs et les autorités gouvernementales, mais pas toujours facile à suivre pour ces petits producteurs.
  • Différentes taxes doivent être payées: Deux exemples sont - L'association française, l'Association Française Interprofessionelle de L'Olive (Afidol) impose une taxe de 0 centimes / kg au producteur pour l'huile d'olive qu'il transforme au moulin. En plus de cela, l'usine doit payer Afidol, une taxe de 14 centime par kilogramme d'huile. Ensuite, il y a la taxe locale - l'année dernière, la coopérative a payé 0.01 13,000 (17,130 - USD) euros à la mairie.

.
Cronel est optimiste quant à l'avenir. Il a dit qu'il était important de continuer l'activité avec des bénévoles. "Si nous pouvons trouver des jeunes pour maintenir la tradition du bénévolat, nous pouvons réduire nos coûts et offrir des prix de traitement moins chers, ce qui attirera davantage de clients », a-t-il déclaré.

Le retour sur investissement était bon dans 2010. Pour la première fois, il y a eu un bénéfice inattendu de 20,000 euros.

Mais gagner de l'argent n'est pas le but de ces petits producteurs. Ces oléiculteurs veulent simplement fournir suffisamment d'huile pour leur propre usage, pour profiter de leurs arbres et surtout pour préserver leur terroir. Ils ne sont pas gênés par les affiches colorées et les étiquettes remplies d'informations. Leur objectif est de préserver les oliviers de la région.

Pour ce petit groupe dévoué de producteurs d'huile d'olive, la motivation et le terroir sont des enjeux importants.

L'année 2011 n'a pas été une très bonne année pour les producteurs de cette région du sud de la France et la Coopérative n'a pas bien fait. Au mois d'avril, la période de floraison des olives a été extrêmement sèche, les attaques de mouches de l'olivier ont été endémiques en juin et juillet suivies des fortes pluies d'octobre. Malheureusement, ils n'ont transformé que 40 tonnes d'olives.

La coopérative Ollioules s'est vu offrir de l'aide. Voulaient-ils transformer 100 tonnes d'olives qui venaient de Tunisie et ensuite acheter la moitié de l'huile? À 0.37 centimes le kilo, cela aurait considérablement augmenté la marge bénéficiaire. Mais la Coopérative d'Ollioules, fidèle à son héritage provençal et fidèle à son terroir a refusé l'offre.

Je me demande où ces olives ont fini.



Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions