` Résultats prometteurs pour un nouveau test pour les résidus de pesticides dans l'huile d'olive - Olive Oil Times

Résultats prometteurs d'un nouveau test pour les résidus de pesticides dans l'huile d'olive

Décembre 10, 2012
Julie Butler

Nouvelles Récentes

Ce qui semble être un nouveau moyen peu coûteux et rapide de détecter les résidus d'insecticides dans l'huile d'olive fait l'objet de recherches conjointes de scientifiques français et marocains.

Les résidus agrochimiques restent très toxiques et compromettent la qualité de l'huile d'olive

Ils disent que les biocapteurs qu'ils ont développés s'avèrent prometteurs comme un moyen plus efficace de détecter les pesticides organophosphorés couramment utilisés sur les oliviers, en particulier le malathion, le diméthoate et le méthidathion.

La chromatographie est traditionnellement utilisée pour l'analyse des pesticides dans les laboratoires. Il est fiable et précis mais prend également beaucoup de temps et nécessite une instrumentation coûteuse et un personnel hautement qualifié, selon les chercheurs dans un article de recherche qui sera publié en avril dans la revue Food Control à comité de lecture.

Pendant ce temps, des biocapteurs - utilisant un organisme vivant ou des molécules biologiques telles que des enzymes pour détecter la présence de produits chimiques - ont été développés pour la détection de pesticides et sont généralement peu coûteux, compacts et de conception simple.

L'anguille électrique joue un rôle

Publicité

Dirigée par le professeur Thierry Noguer, l'équipe de chercheurs des universités de Perpignan en France et d'Ibn Zohr au Maroc évalue l'utilisation de biocapteurs ampérométriques, capables de détecter les pesticides via les changements de courant électrique. Plus précisément, ils utilisent une enzyme d'anguilles électriques - l'acétylcholinestérase (AChE) - qui est piégée à l'aide d'une méthode connue sous le nom de procédé sol-gel.

Dans leur document, "Immobilisation sol-gel de l'acétylcholinestérase pour la détermination des pesticides organophosphorés dans l'huile d'olive avec des biocapteurs », ont-ils déclaré avoir testé la viabilité de la méthode sur la détection d'insecticides à partir d'huile d'olive extra vierge enrichie de quantités connues de formes oxydées de malathion, diméthoate et méthidathion.

Ils avaient vérifié qu'aucun autre insecticide ne se trouvait déjà dans l'huile d'olive, qui était biologique et achetée dans un supermarché.

L'analyse des échantillons d'huile d'olive enrichie a permis de récupérer près de 100% des insecticides des échantillons enrichis et a montré une bonne corrélation avec les résultats obtenus par les méthodes conventionnelles, ont-ils écrit, concluant que "un biocapteur ampérométrique bon marché, rapide et simple »avait été développé.

"Les limites de détection des appareils développés étaient très compatibles avec la limite maximale de résidus tolérée par les réglementations internationales », ont-ils écrit.

Pourquoi la détection est importante

Les insecticides, principalement les organophosphorés, sont largement utilisés sur les oliviers pour contrôler la mouche des fruits, ont déclaré les chercheurs dans l'introduction du document.

"Ces produits chimiques permettent la protection des cultures des oliviers, mais leurs résidus détectés dans l'huile et les fruits représentent un risque majeur pour la santé des consommateurs. »

"Par conséquent, l'Union européenne et la Commission du Codex Alimentarius… ont établi des limites maximales de résidus de pesticides (LMR) pour les olives et l'huile d'olive. »

Dans un autre article, ils ont déclaré que si les produits agrochimiques améliorent le rendement "ils restent très toxiques et compromettent la qualité de l'huile d'olive. »

"La majorité de ces pesticides sont lipophiles et peuvent rester dans l'huile pendant de longues périodes. »

"La surveillance et la détection régulières de ces produits chimiques sont essentielles pour la protection des consommateurs », ont-ils écrit.

Mais Noguer a dit Olive Oil Times l'objectif du groupe n'était pas d'évaluer la qualité des huiles d'olive, mais plutôt de fournir des outils de contrôle.

"Cependant… nous n'avons pas trouvé de pesticides à des concentrations supérieures aux LMR dans les échantillons testés », a-t-il déclaré.

Environ cinquante centimes par test

Lorsqu'on lui a demandé si les biocapteurs présentaient des inconvénients, il a répondu que c'était généralement leur relative instabilité, due à l'utilisation d'un élément biologique - une enzyme - qui rendait nécessaire un changement fréquent de l'électrode.

"Cependant, cet inconvénient relatif est contrebalancé par le très faible coût de la mesure », a-t-il déclaré.

Le coût estimé d'un test utilisant un biocapteur est d'environ 0.50 €, ce qui tient compte de la fabrication du biocapteur et de l'analyse. Mais ils ne sont pas encore en vente.

"Une start-up est en cours de création pour développer certains de nos biocapteurs. Le principal obstacle à leur développement est le manque de marché. Le seul biocapteur largement utilisé est celui du glucose, utilisé par des millions de diabétiques. »

Travail futur

Le groupe développe actuellement des biocapteurs utilisant de nouveaux polymères - au lieu de l'enzyme d'anguille AChE - pour la détection d'autres insecticides utilisés sur les oliviers.

"Nous espérons que ces appareils seront mieux adaptés à une large utilisation par des utilisateurs finaux non qualifiés et seront finalement autorisés comme outils de contrôle par les autorités de régulation », a déclaré Noguer.

Financement

La recherche s'inscrit dans le cadre du programme bilatéral Hubert Curien Volubilis (France-Maroc) "Association biocapteur-matériaux à empreinte moléculaire pour la détection des insecticides utilisés sur l'olivier ». Il a été cofinancé par le laboratoire IMAGES de l'Université de Perpignan Via Domitia.

Membres de l'équipe

Université de Perpignan Via Domitia, France (laboratoire IMAGES): Thierry Noguer, professeur; Régis Rouillon, professeur à l'Institut universitaire de technologie de Perpignan; Georges Istamboulié, PhD

Université Ibn Zohr, Agadir (Maroc): Ihya Ait-Ichou, professeur; Elhabib Ait-Addi, professeur

Doctorants (co-tutelle): Najwa Ben Oujji; Idriss Bakas



Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions