Réhabiliter les oliviers en Aragon pour endiguer l'exode rural de l'Espagne

Apadrina un Oliva a mis en adoption les oliviers abandonnés de la région. Le résultat a donné une bouée de sauvetage à la ville et à ses habitants.

Photo : Apadrina un Oliva
Septembre 17, 2021
Par Daniel Dawson
Photo : Apadrina un Oliva

Nouvelles Récentes

L'un des problèmes les plus critiques auxquels l'Espagne est confrontée est l'exode rural en cours.

Environ 95 pour cent de la population du pays vit sur seulement 30 pour cent des terres, la plupart des gens vivant à Madrid et le long de la côte.

Nous sommes totalement convaincus que c'est une idée qui peut être portée sur d'autres territoires. Il n'est même pas nécessaire que ce soit avec des oliviers abandonnés.- José Alfredo Martín Piñas, co-fondateur, Apadrina un Oliva

Un rapport du gouvernement de 2019 indique que 48% de toutes les municipalités ont moins de 12.5 habitants par kilomètre carré. Certaines parties de l'Aragon et de l'Estrémadure, les quatrième et cinquième régions d'Espagne en termes de superficie, ont des densités de population comparables à celles de la Sibérie – à peine deux personnes par kilomètre carré.

Voir aussi: En Italie, les oliveraies abandonnées retrouvent une nouvelle vie

Dans la ville d'Oliete, située au centre de l'Aragon, une organisation s'emploie à revitaliser la région en récupérant 100,000 - oliviers abandonnés, dont certains font partie du paysage depuis des centaines d'années.

Apadrina un Oliva, ce qui se traduit par »parrainer un olivier », constate que les gens doivent payer une cotisation annuelle de 50 € pour adopter un arbre.

En retour, les mécènes – également appelés »parrains et marraines en raison de similitudes avec le terme sponsor en espagnol - reçoivent chaque année deux litres d'huile d'olive extra vierge produite à partir des arbres et des photos pour montrer les opérations de récupération.

"L'idée est venue de récupérer un seul arbre », a déclaré le co-fondateur José Alfredo Martín Piñas Olive Oil Times.

Alberto Alfonso, le fondateur du groupe, a eu une révélation en cueillant à la main des olives dans le bosquet de sa famille à Oliete un jour d'automne il y a sept ans. Il remarqua qu'il était seul à récolter les arbres. Les fruits des voisins tombaient au sol et pourrissaient.

business-europe-production-world-olive-oil-times

Toutes les photos sont une gracieuseté d'Apadrina un Oliva

Par hasard, il a rencontré le frère de Martín, Adrian Martín, et un ami, Pablo García-Nieto Rodríguez, qui l'ont aidé à fonder l'organisation. Martín et Sira Plana Marín, le cinquième co-fondateur, ont rejoint plus tard.

Historiquement, les oliviers centenaires d'Oliete étaient plantés et récoltés par les agriculteurs locaux pour l'autoconsommation. Cependant, alors que l'exode rural du pays s'accélérait dans les années 1950, »Années 60 et »Dans les années 70, les arbres ont été abandonnés et ne produisent plus d'olives.

Selon de data de l'Institut national espagnol des statistiques, Oliete abritait 2,500 1910 personnes à son apogée en 450. Cependant, ce chiffre est tombé à seulement 2011 en 365, dernière année pour laquelle des données sont disponibles. Des estimations non officielles placent la population actuelle à environ 2020 personnes en -.

"Les gens ont commencé à se déplacer des villes vers les villes à la recherche d'opportunités et ont commencé à abandonner l'environnement rural », a déclaré Martín. "Lorsque cela s'est produit, les gens ont trouvé qu'il était beaucoup plus rentable et plus facile d'acheter l'huile au supermarché que d'aller en ville et de travailler les arbres. »

business-europe-production-world-olive-oil-times

Un agriculteur local travaillant avec Apadrina un Oliva récupère un olivier.

En conséquence, 70 pour cent des arbres de la municipalité restent abandonnés et improductifs. Il faut deux à trois ans pour que les arbres soient restaurés et commencent à produire des olives, mais aucun agriculteur de la région ne peut se permettre d'attendre aussi longtemps. En trouvant des sponsors pour les arbres, Martín et les cofondateurs fournissent un revenu constant aux agriculteurs avant que l'arbre ne donne des olives.

Depuis la création d'Apadrina un Oliva en 2014, le groupe a recruté 6,000 15,000 parrains, récupéré 12 3,000 arbres, amené - nouvelles familles à Oliete et attire environ - - touristes dans le village chaque année.

"Nous avons commencé par donner du travail aux habitants de la ville, aux jeunes qui veulent rester dans la ville », a déclaré Martín. "Bientôt, nous avons embauché tous les jeunes là-bas, qui étaient essentiellement deux, et nous avons dû commencer à faire venir de nouvelles familles, de nouveaux colons pour travailler dans les oliveraies.

Ces familles ont emmené leurs enfants avec elles lorsqu'elles ont déménagé dans la municipalité, ce qui, selon Martín, a sauvé le système scolaire local.

business-europe-production-world-olive-oil-times

L'un des arbres centenaires d'Oliete.

Le processus d'adoption d'un olivier via Apadrina un Oliva commence en ligne. Les clients potentiels peuvent faire défiler l'offre d'arbres disponibles à parrainer, sélectionner ceux qu'ils aiment le plus, saisir des informations personnelles et effectuer le paiement.

Après cela, l'arbre est »baptisé' et le nom du parrain est attaché à sa malle.

"Le baptême est un moment très important parce que la personne crée l'histoire et attache une valeur symbolique à l'arbre », a déclaré Martín. "Cela va générer un lien émotionnel entre la personne et l'arbre.

Par la suite, Apadrina un Oliva envoie des mises à jour régulières pour montrer aux sponsors comment les arbres progressent. Celles-ci se présentent généralement sous la forme d'e-mails, mais il existe également une application mobile que les sponsors peuvent télécharger.

business-europe-production-world-olive-oil-times

Un parrain visite un arbre adopté.

À la fin de la campagne agricole, les sponsors recevront deux litres d'huile d'olive extra vierge Empeltre, Arbequina ou coupage, toutes certifiées avec l'AOP Bajo Aragón.

Martín a déclaré qu'Apadrina un Oliva produit environ 45,000 - litres chaque année et que ce nombre devrait augmenter à mesure que davantage d'arbres seront récupérés.

En 2016, les co-fondateurs ont installé leur propre moulin dans la commune. En plus de récolter les arbres récupérés, ils achètent également des olives à environ 200 petits agriculteurs, dont beaucoup étaient en train d'abandonner leurs arbres en raison de l'absence d'un moulin local.

"Notre idée était de construire ce moulin à huile et de proposer à l'agriculteur que s'il nous apportait des olives d'une certaine qualité, nous les rémunérerions équitablement », a déclaré Martín. "Cela signifie que le marché cette année a payé 0.30 € à 0.40 € par kilogramme d'olives et nous avons payé 0.60 €.

"C'est bien plus que ce que le marché paie, mais c'est ce que nous comprenons comme un juste prix pour que l'agriculteur puisse travailler et honorer son travail et ne pas abandonner les fermes », a-t-il ajouté.

business-europe-production-world-olive-oil-times

En plus de produire de l'huile d'olive extra vierge, qui a remporté 27 prix dans divers locaux et internationaux concours de qualité d'huile d'olive, Apadrina un Oliva a également soutenu l'industrie touristique locale.

"Chaque année, quelque 3,000 300 personnes viennent visiter Oliete pour voir leurs oliviers, ce qui est quelque chose de très important pour une ville de - habitants », a déclaré Martín. "Le tourisme est très important pour nous et continue également de fournir une bouée de sauvetage à la maisons rurales, les restaurants et la station-service. Cela fait fonctionner toute cette partie de l’économie.

Il a ajouté que c'est pourquoi le baptême initial de l'olivier est si important. Les gens créent un lien intangible avec l'arbre, mais apportent des avantages tangibles à la ville et à ses habitants.

Sur la base des indicateurs économiques et sociaux, Apadrina un Oliva a réussi à endiguer l'exode rural d'Oliete. Martín pense que ce type de projets peut être un solution pour les oliveraies abandonnées à travers le bassin méditerranéen.

"Nous sommes complètement convaincus que c'est une idée qui peut être appliquée à d'autres territoires, elle n'a même pas besoin d'être avec des oliviers abandonnés », a déclaré Martín. "Ce qu'il faut, c'est que davantage de personnes soient encouragées à entreprendre ce type de projets dans leurs propres régions.





Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions