Profils de producteurs

En Slovénie, "L'arbre doit être beau."

"Une vigne est comme un amoureux", dit Miha Jakovcic. "Si vous le négligez, même un peu, il ne vous pardonnera pas. Un olivier, cependant, est comme une mère. Vous pouvez toujours lui revenir,"

Miha Jakovcic élaguant au domaine de Giuliana (Photos de Pablo Esparza pour Olive Oil Times)
Avril 23, 2019
Par Pablo Esparza
Miha Jakovcic élaguant au domaine de Giuliana (Photos de Pablo Esparza pour Olive Oil Times)

Nouvelles Récentes

"There was a time when a squir­rel could travel from Koper to Por­toroz jump­ing from one olive tree to another,” Miha Jakov­cic recalls "nonno” Gio­vanni, his wife’s grand­fa­ther say­ing, as he looks at the mag­nif­i­cent vis­tas from one of his olive groves in the hills of the Sloven­ian coast.

Le père de ma femme dit que l'élagage ne consiste pas seulement à couper les bonnes branches. L'arbre doit également être beau.- Miha Jakov­cic, Giu­liana

La plupart des pentes sont maintenant couvertes de forêts. Quelques oliveraies éparpillées ça et là.

"Ce serait impossible de nos jours, mais si vous regardez attentivement, vous pouvez toujours distinguer les anciennes terrasses où les oliviers poussaient sous les chênes », dit-il.





Il vient du même pays, mais jusqu'à ce moment-là, sa relation avec l'huile d'olive était éloignée.

Despite being a rel­a­tively small coun­try — its area of 23,000 square kilo­me­ters roughly equals that of New Jer­sey — Slove­nia boasts a large diver­sity of cli­mates, land­scapes and cul­tures.

Publicité

Orig­i­nally from Ljubl­jana, Slovenia’s cap­i­tal city, Miha fell in love with olive oil thanks to his wife and her fam­ily and decided to cre­ate Giu­liana olive oil.
It takes just one hour’s drive to switch the Mediter­ranean towns of the coast — with their dis­tinc­tive Venet­ian influ­enced archi­tec­ture — for the Cen­tral Euro­pean fla­vor of Ljubl­jana, fea­tur­ing a rich Aus­tro-Hun­gar­ian her­itage.

"J'ai consommé de l'huile d'olive, bien sûr, mais c'était de l'épicerie. Quand ils m'ont montré à quel point une très bonne huile d'olive devait goûter et sentir, c'était une histoire totalement différente pour moi. Et je suis tombé amoureux de cet arbre », explique Miha.

Bien qu'il travaille à temps plein dans la finance et habite dans la capitale, il aime "plein d'énergie »après une journée de travail dans ses oliveraies.

"Pensez-vous que les branches sont égales? », Demande-t-il en grimpant sur l'un des oliviers pour mieux le tailler. "Le père de ma femme dit que l'élagage ne consiste pas seulement à couper les bonnes branches. L'arbre doit aussi être beau », suggère-t-il.

Farm­ing as a hobby or a sec­ond job, Miha’s case is not much dif­fer­ent from other olive oil pro­duc­ers Olive Oil Times has vis­ited in Sloven­ian Istria.

Dans cette région, la plupart des producteurs possèdent de petites propriétés, souvent dispersées, réparties sur les pentes abruptes des collines. Pendant des années, l'huile d'olive a été produite uniquement pour l'autoconsommation. C'était aussi le cas de la famille de Miha jusqu'à récemment.

Now, he takes care of the land of his wife’s par­ents, four plots of land from Koper to Por­toroz, and has man­aged to add the pro­duc­tion of three other rel­a­tives under Giuliana’s brand, named after his wife’s mother.

They farm around 800 olive trees in total. Step by step, Miha says, oil pro­duc­tion is recov­er­ing in Slove­nia and many of the once-aban­doned ter­races and olive groves are being brought back to pro­duc­tion.

"Il y a un dicton dans ce domaine: Une vigne est comme un amant. Si vous le négligez, même un peu, il ne vous pardonnera pas. Un olivier, cependant, est comme une mère. Vous pouvez toujours lui revenir », plaisante-t-il.

Slove­nia has just 46 kilo­me­ters of coast and pro­duces around 400 tons of olive oil each year, accord­ing to the Inter­na­tional Olive Coun­cil.

This is a small share of the Mediter­ranean pro­duc­tion, how­ever, the qual­ity of Sloven­ian oils are gain­ing steady recog­ni­tion. Last year, three Sloven­ian pro­duc­ers ont été attribués à la NYIOOC Concours mondial d'huile d'olive.

L'huile d'olive de Giuliana a remporté un Gold Award. Pour Miha, les conditions particulières du climat istrien et le fait que la plupart des exploitations doivent être faites à la main sont des clés de la qualité.

Publicité

"Chaque parcelle est unique et nécessite des soins particuliers », dit-il, soulignant comment la hauteur, l'humidité et l'exposition aux vents, aux basses températures et au soleil peuvent influencer la croissance des oliviers ainsi que la quantité et la qualité de la récolte.

"We take care of each tree indi­vid­u­ally. We pick the olives mostly by hand and we har­vest very early in Octo­ber. We have to make a trade-off between excel­lent qual­ity and larger quan­tity,” he says.


Articles liés