`Barjol dit que des cas de fraude récents montrent que les pays sont en train de «sévir»

Professionnels

Barjol dit que des cas de fraude récents montrent que les pays sont en train de «sévir»

Février 21, 2012
Julie Butler

Nouvelles Récentes

L'huile d'olive a beaucoup souffert ces derniers temps. Grâce à la publication du livre de Tom Mueller, Extra Virginity: The Sublime and Scandalous World of Olive Oil, de récentes allégations de fraude en Italie et en Espagne, et de huile de qualité inférieure en Australie, sa qualité a été remise en question à l'échelle mondiale.

Olive Oil Times a demandé au Conseil oléicole international - en tant qu'organisation intergouvernementale qui rassemble à la fois les parties prenantes productrices et consommatrices d'huile d'olive et d'olives de table - ce qu'il fait pour prévenir la fraude et protéger l'image de l'huile d'olive.

Dans sa réponse, le directeur du CIO, Jean-Louis Barjol, a commencé par expliquer que si le CIO établit des normes pour le commerce international des produits oléicoles, il n'a pas le pouvoir de les faire respecter. "Néanmoins, le Secrétariat exécutif de la COI encourage les États membres à faire tout leur possible pour empêcher le commerce frauduleux des produits oléicoles », a-t-il déclaré.

M. Barjol a répondu aux questions par courrier électronique.

Que peut-on faire de plus pour prévenir la fraude et protéger les consommateurs?

Publicité

(COI) Les États membres doivent rester vigilants et se sont engagés à respecter les normes (grades) désignées pour les huiles d'olive et les grignons d'olive (telles que définies dans l'accord international de 2005 sur l'huile d'olive et les olives de table) dans leur commerce international et à encourager également leur utilisation pour le commerce intérieur. C'est pourquoi autant de pays que possible devraient devenir membres du Conseil oléicole international.

Quel est l'impact des nouvelles d'allégations de fraude - comme en Espagne la semaine dernière avec Opération Lucerna et en Italie à la fin de l’année dernière avec les résultats du Enquête Coldiretti- avoir sur le secteur? Cela laisse-t-il un point d'interrogation sur la qualité de l'huile d'olive en général?

Il n'y a aucune raison pour que cette situation remette en cause la qualité de l'huile d'olive. Au contraire, cela montre que ces pays sévissent pour garantir le respect de nos normes, ce qui doit également dissuader les commerçants sans scrupules de gagner de l'argent par des moyens malhonnêtes et déloyaux.

Quant à l'opération Lucerna (au cours de laquelle la police espagnole a récemment démantelé un réseau frauduleux présumé), il ne s'agissait pas d'huile d'olive en tant que telle, mais de mélanges de palmiers. l'huile d'avocat et de tournesol vendue comme s'il s'agissait d'huile d'olive et sans TVA.

Que fait le CIO pour protéger à la fois les consommateurs et l'image du secteur de l'huile d'olive à la lumière de tels cas?

Le CIO continuera d'étudier de nouvelles méthodes d'analyse et de détection des fraudes. Il continuera également à informer les consommateurs sur les définitions de l'huile d'olive et à encourager les producteurs à se concentrer sur la qualité.

Comme vous le savez, parmi les objectifs généraux de la COI énoncés dans l'accord international de 2005 sur l'huile d'olive et les olives de table sur la normalisation du commerce international de l'huile d'olive et des produits connexes figurent les suivants:

- Établir des normes internationales permettant:

contrôle de la qualité des produits;
commerce international équitable;
commerce international équitable;
protection des droits des consommateurs;
prévention des pratiques frauduleuses.

- faciliter l'étude et l'application des mesures d'harmonisation des législations nationales et internationales relatives notamment à la commercialisation de l'huile d'olive et des olives de table;

- Encourager l'harmonisation des critères de définition des indications géographiques accordés par les Membres en vue de leur protection internationale;

- Encourager l'expansion du commerce international de l'huile d'olive et des olives de table, en élaborant et en actualisant les normes commerciales des produits et en améliorant la qualité.

Il convient toutefois de souligner que s'il est vrai qu'il établit des normes internationales pour le commerce extérieur des produits oléicoles, le CIO n'a pas "exécutif », en d’autres termes, il n’a pas le pouvoir de faire respecter ces normes. Néanmoins, le secrétariat exécutif de la COI encourage les États membres à faire tout leur possible pour empêcher le commerce frauduleux des produits oléicoles.

Nouvelles connexes