Afrique / Moyen Orient

Documents Detail Exclusion du représentant israélien à la réunion du Conseil Olive

Documents examinés par Olive Oil Times fournir une chronologie détaillée des événements qui se sont déroulés le jour d'une réunion clé du Conseil des membres. Le CIO nie avoir délibérément interdit à la procuration israélienne d'y assister.

Marrakech, maroc
Juillet 30, 2019
Par Daniel Dawson
Marrakech, maroc

Nouvelles Récentes

Ignazio Castellucci s'est rendu compte pour la première fois que quelque chose n'allait pas à 8 h 15 lorsqu'il est arrivé à la salle de conférence de l'hôtel dans laquelle le Conseil oléicole international (CIO) 109th session du Conseil des membres la réunion devait avoir lieu.
Voir plus: Israël accuse le CIO de bloquer l'accès à une réunion clé, selon des sources
Après avoir rapidement balayé la pièce, il a remarqué qu'il n'y avait pas de drapeau israélien. Cela était très inhabituel car une lettre d'Adi Naali, chef de la délégation israélienne au CIO, avait été envoyée la veille au Secrétariat exécutif, confirmant la nomination de Castellucci comme mandataire. La réunion semestrielle devait commencer vers 10 h 30.

Castellucci, un avocat italien et professeur auxiliaire à l'Université de Teramo, avait été invité par Naali à assister à la réunion car il n'était pas en mesure de le faire. La réunion a eu lieu à Marrakech, Le Maroc, qui n'a aucun lien diplomatique formel avec Israël et ne reconnaît pas le pays comme un État souverain. En conséquence, Naali a déclaré qu'il n'était pas en mesure d'obtenir un visa.

Cher ministre, chers messieurs, je suis à l'extérieur de la salle de réunion et le personnel de sécurité ne me laisse pas entrer. Je leur ai montré le courriel de l'ambassade et la lettre jointe, sans résultat.- Ignazio Castellucci, avocat et mandataire israélien à la réunion du Conseil des membres

Les événements suivants ont été construits en utilisant documents examinés par Olive Oil Times et corroboré lors des entretiens. Dans une déclaration faite à Olive Oil Times, le CIO n'a ni confirmé ni nié la comptabilité des événements détaillés ici.

Un porte-parole de l'organisation a déclaré que le Secrétariat exécutif "regrette ce revers, qui a empêché Israël de participer »et prévoit d'enquêter sur les allégations de Naali avant de faire un rapport officiel au Conseil des membres.

Après avoir omis de voir le drapeau israélien dans la salle de conférence, à 8 h 30, Castellucci s'est rendu dans la salle de travail du Secrétariat exécutif, dans laquelle le comité des titres du CIO avait également fonctionné. Après avoir attendu d'être vu pendant 22 minutes, un avocat du CIO s'est finalement approché de lui et l'a informé que sa nomination n'était pas valide et, par conséquent, il ne pourrait pas assister à la réunion.

Publicité
Voir plus: Actualités du CIO

"Une lettre du Dr Adi Naali informant de la nomination du 109th réunion de M. Ignazio Castellucci, à partir d'un e-mail personnel… a été reçue par le Secrétariat Exécutif. Cette communication n'a pas été signée par une autorité d'accréditation compétente d'Israël (ministère de l'Agriculture et du Développement rural) », a rapport de la commission des pouvoirs du CIO, qui a été obtenu par Olive Oil Times, A déclaré.

"Ce comité ne peut pas considérer [Naali] accrédité pour cette session car il n'a pas été nommé par l'autorité compétente d'Israël », poursuit le rapport. "De plus, le Dr Naali ne peut pas accréditer une autre personne en tant que chef de délégation car il n'est pas accrédité par Israël pour la session en cours. »

Naali conteste cette affirmation, affirmant qu'il est le chef accrédité de la délégation israélienne depuis huit ans et déclarant qu'il avait précédemment autorisé le délégué turc à servir de mandataire d'Israël lors d'une réunion du CIO en 2013.

Naali avait utilisé la même adresse e-mail en 2013 pour en informer le Secrétariat exécutif et le délégué turc a pu assister au nom d'Israël sans aucun problème.

"C'est une procédure courante pour les membres du CIO que si vous ne pouvez pas assister à la réunion, vous essayez d'autoriser quelqu'un d'autre à le faire », a déclaré Naali. Olive Oil Times.

Normalement, quelqu'un de l'ambassade se rendait à la réunion, mais comme il n'y a pas d'ambassade israélienne au Maroc, Naali devait demander à quelqu'un d'autre. Il a approché le représentant de l'Union européenne, mais il représentait déjà le Monténégro à la réunion. Plusieurs autres pays membres du CIO n'étaient pas sûrs non plus de pouvoir représenter Israël.

"Je suis donc passé à l'autre option, qui est d'autoriser un autre professionnel à être là en tant que délégué d'Israël, c'est ce que j'avais fait », a déclaré Naali.

Dans sa déclaration à Olive Oil Times, le CIO a déclaré qu'une réunion du Conseil des membres de 2012 s'était tenue au Maroc et le représentant israélien cette année-là, Shimon Lavee, a pu y assister. Le CIO a également déclaré qu'il avait un ensemble de règles très strictes "concernant la participation et la délégation de pouvoirs. »

À 9 h 06, Castellucci a appelé Naali au téléphone pour l'informer qu'il avait été empêché d'assister à la réunion en raison d'un manque d'accréditation appropriée du ministère israélien de l'Agriculture et du Développement rural.

À 9 h 37, Naali avait transmis au secrétariat exécutif un e-mail écrit sur papier à en-tête officiel du gouvernement par Yakov Poleg, directeur du département des relations extérieures du ministère de l'Agriculture et du Développement rural, indiquant que Castellucci remplacerait Naali.

Le courrier électronique avait également été envoyé directement de Poleg au Secrétariat exécutif la veille et n'avait reçu aucune réponse.

"Cher M. Abdellatif Ghedira [le directeur exécutif du CIO], veuillez être informé que le Dr Adi Naali, directeur du département de l'olivier au Israel's Plants Board est le chef de la délégation d'Israël, mais en raison du fait qu'il ne pourrait pas pour arriver à Marrakech, notre représentant et délégué… est M. Ignazio Castellucci », a écrit Poleg dans son courriel.

Publicité

Une fois que Castellucci a été informé que le courrier électronique de Poleg avait été transmis au Secrétariat exécutif, il est retourné dans la salle dans laquelle le comité de vérification des pouvoirs a été mis en place pour informer les fonctionnaires qu'un courrier électronique de Poleg était arrivé. Il a de nouveau été informé par des responsables du CIO qu'il ne serait pas en mesure d'assister à la réunion.

Vers 10 h 30, des représentants de la commission d'accréditation ont quitté le bureau dans lequel ils travaillaient et sont entrés dans la salle de conférence. Castellucci a tenté de suivre, mais on lui a dit qu'il n'avait pas les accréditations nécessaires pour se présenter et s'est détourné de la porte.

À 10 h 33, l'avocat du Secrétariat exécutif est sorti de la salle de conférence et a dit à Castellucci qu'il ne pourrait pas y assister. La réunion a commencé à 10 h 34.

Castellucci a ensuite appelé et envoyé un courriel à Naali, disant que la réunion avait commencé et qu'il n'avait pas été autorisé à entrer. Naali a ensuite contacté l'ambassade d'Israël à Madrid et à 10 h 53, l'ambassade a envoyé un e-mail au CIO avec une autre lettre autorisant Castellucci à servir de mandataire d'Israël.

À 11 h 04, Castellucci a de nouveau tenté de participer à la réunion, mais a de nouveau été informé qu'il n'avait pas l'accréditation appropriée. Il a ensuite écrit un e-mail à toutes les personnes incluses dans l'e-mail précédent de l'ambassade d'Israël (auquel il avait été envoyé):

C'est une procédure courante pour les membres du CIO que si vous ne pouvez pas assister à la réunion, vous essayez d'autoriser quelqu'un d'autre à le faire.- Adi Naali, chef de la délégation israélienne au CIO

"Cher ministre, chers messieurs », a-t-il écrit. "Je suis à l'extérieur de la salle de réunion et le personnel de sécurité ne me laisse pas entrer. Je leur ai montré le courriel de l'ambassade et la lettre jointe, sans résultat. »

Il est difficile de savoir si le personnel de sécurité auquel Castellucci a fait référence dans son courrier électronique était du personnel du CIO ou du gouvernement marocain.

À 11 h 12, Castellucci a repéré deux membres du personnel du CIO et leur a demandé d'essayer d'imprimer l'e-mail de Poleg. Les deux membres du personnel ont dit qu'ils essaieraient de le faire et sont partis dans une autre partie de l'hôtel.

Dix-sept minutes plus tard, les deux membres du personnel sont revenus et ont informé Castellucci qu'ils n'étaient pas en mesure d'imprimer la lettre. Ils sont retournés à la réunion et ont dit qu'ils demanderaient à l'avocat du CIO de venir voir les courriels sur le téléphone de Castellucci. L'avocat n'est pas sorti.

À 11 h 41, un membre du personnel du CIO est sorti de la réunion et a remis à Castellucci l'email imprimé de Poleg et l'autorisation de l'ambassade. Castellucci s'est approché du personnel de sécurité et leur a demandé d'apporter les documents à l'avocat. Un membre du personnel a accepté de le faire, mais est revenu peu après et l'a informé que l'avocat n'était pas en mesure de lire les documents pour le moment.

Castellucci a ensuite écrit un deuxième e-mail à tous les destinataires de son précédent e-mail.

"Je viens de demander à l'une des personnes à la porte d'entrer et d'apporter des copies du courrier électronique de l'ambassade et de la lettre jointe à l'avocat du CIO dans le couloir, il semble qu'il ait refusé de le lire, »être trop occupé », a écrit Castellucci.

À 11 h 50, la réunion du Conseil des membres prend fin pour une pause-café. Castellucci s'est approché du personnel à la porte et leur a demandé s'ils pouvaient apporter les papiers à l'avocat maintenant. Ils ont refusé et ont dit qu'à sa sortie, Castellucci pourrait les lui donner lui-même.

À 11 h 58, l'avocat n'était pas sorti et Castellucci s'est approché d'un membre du bureau d'assistance du CIO et lui a demandé d'apporter les papiers à l'avocat. Elle a répondu qu'elle n'était pas autorisée à le faire.

Deux minutes plus tard, l'avocat a émergé de la pièce et s'est dirigé dans la direction opposée à Castellucci. Il a essayé d'attirer l'attention de l'avocat mais n'a pas réussi.

À 12 h 20, Castellucci a repéré Miguel Garcia Navarro, le chef de la délégation de l'Union européenne, et lui a demandé de l'aide. Garcia Navarro a répondu qu'il n'était pas en mesure d'aider Castellucci et est revenu à la réunion.

Israël est un pays fondateur qui a toujours participé aux activités de l'organisation et le Dr Naali, qui représente officiellement son pays au CIO depuis 2012, est un membre très actif qui a toujours enrichi les réunions du Conseil avec sa connaissance approfondie de la le champ.- Porte-parole du CIO

À ce stade, Castellucci a quitté l'hôtel après avoir tenté d'accéder à la réunion au cours des quatre dernières heures.

Lors de la réunion, Ghedira, le directeur adjoint Jaime Lillo et Mustafa Sepetçi, le directeur des unités techniques, économiques et promotionnelles du CIO, ont tous été réélus pour un mandat de quatre ans.

Selon Naali, ces trois postes sont généralement choisis par consensus et bien qu'il n'ait pas dit qu'Israël aurait bloqué aucune de ces nominations, il a souligné qu'il pensait qu'Israël aurait dû participer à la discussion.

"Je pense qu'une question de cette importance doit être discutée en détail lors de la session sans l'exclusion de certains pays membres », a déclaré Naali. "Nous pourrions débattre des questions pendant très longtemps, mais nous trouvons généralement un consensus. »

Vendredi, Naali a écrit une lettre au CIO pour faire connaître son mécontentement. Il a déclaré qu'en raison de l'exclusion d'Israël, le pays ne considérerait aucune des affaires réalisées lors de la réunion comme légitime.

"Il est clair que cette manœuvre de bloquer l'entrée du délégué israélien, de faire des déclarations incorrectes et d'omettre des documents au Conseil, avait pour objectif d'empêcher Israël de participer à la réunion », a écrit Naali.

"En raison de ces circonstances, Israël ne considère pas la rénovation des hauts dirigeants du CIO comme légitime et ne fait pas confiance à sa gestion pour l'avenir », a-t-il ajouté.

Le porte-parole du CIO a nié que le délégué d'Israël avait été intentionnellement exclu de l'événement et a félicité Naali pour sa contribution au secteur international de l'huile d'olive.

"Israël est un pays fondateur qui a toujours participé aux activités de l'organisation et le Dr Naali, qui représente officiellement son pays au CIO depuis 2012, est un membre très actif qui a toujours enrichi les réunions du Conseil avec sa connaissance approfondie de la sur le terrain », a déclaré le porte-parole.

Le rapport de l'enquête du CIO sur cette affaire est attendu le mois prochain.

Dernière mise à jour le

Nouvelles connexes