Au cours de la dernière année, j'ai écrit sur la controverse en Grèce sur la mise en œuvre de l'étiquetage européen reg­u­la­tion 432/​2012 qui déclare: "Les polyphénols de l'huile d'olive contribuent à la protection des lipides sanguins contre le stress oxydatif."
Voir plus: Greece Flip-Flops on EVOO Labeling
Le règlement stipule en outre que «l'allégation ne peut être utilisée que pour l'huile d'olive qui contient au moins 5 mg d'hydroxytyrosol et ses dérivés (par exemple complexe d'oleuropéine et tyrosol) par 20 g d'huile d'olive. Afin de supporter l'allégation, le consommateur doit être informé que l'effet bénéfique est obtenu avec un apport quotidien de 20 g d'huile d'olive. "

En d'autres termes, 250mg de polyphénols par kg d'EVOO seraient nécessaires pour bénéficier de l'allégation de santé.

Depuis que le règlement est entré en vigueur, je ne connais aucun EVOO sur le marché en Europe qui ait placé cette allégation de santé sur leur étiquette (bien que l'allégation soit largement citée sur les sites Web et les supports marketing), et c'était la première fois qu'un une quantité de polyphénols était nécessaire pour justifier une allégation de santé pour EVOO.

Athanasios Tsaftaris

Le débat a commencé lorsqu'une question a été posée au ministre grec du Développement agricole et de l'Alimentation, M. Athanasios Tsaftaris, qui a répondu en disant que «l'oléocanthal et l'oleacein ne peuvent pas être utilisés pour faire des allégations de santé car ils ne sont pas inclus dans le règlement de l'UE 432 / 2012. "

Après cette réponse de M. Tsaftaris, j'ai fait des recherches supplémentaires et découvert que ce règlement était principalement basé sur l'étude humaine EUROLIVE menée par le Dr María-Isabel Covas qui était chef du groupe de recherche sur les risques cardiovasculaires et la nutrition à l'IMIM-Research Institute , Hospital del Mar à Barcelone, Espagne. Je n'ai pas pu trouver son e-mail mais j'ai trouvé l'e-mail du Dr Valentini Konstantinidou qui travaillait avec le Dr Covas et je l'ai contactée pour lui demander des éclaircissements. Puisqu'ils ont choisi trois qualités différentes d'huile d'olive vierge à utiliser dans l'étude humaine EUROLIVE, ils doivent être basés sur la présence d'une quantité spécifique de composés phénoliques qu'ils pourraient mesurer.

J'étais curieux de savoir pourquoi l'étude EUROLIVE donnait le contenu phénolique total des huiles qu'ils utilisaient mais pas les composés phénoliques spécifiques présents dans les trois différentes qualités de VOO qu'ils avaient choisies.

Dr. Konstantinidou a répondu le lendemain à mon email:

«Tout d'abord, dans l'étude EUROLIVE, le tyrosol et l'hydroxytyrosol ont été mesurés comme biomarqueurs de conformité dans les échantillons d'urine des volontaires. Ils ont également été utilisés pour classer les huiles d'olive utilisées en fonction de leur teneur élevée, moyenne et faible.

Deuxièmement, les dérivés de l'hydroxytyrosol ne sont pas encore tous bien définis ni facilement extraits. C'est parce qu'il y a tellement d'autres facteurs dans notre voie gastro-intestinale qui affectent la formulation de ces dérivés, tels que (mais sans s'y limiter) le microbiote. Ainsi, l'hydroxytyrosol, le tyrosol et l'oléocanthal pourraient être mesurés dans l'EVOO mais ne sont pas les seuls là-bas. En outre, ils ne sont pas les seuls à pouvoir servir de biomarqueurs de conformité chez l'homme (peut-être les plus abondants jusqu'à présent). »

Le problème était que certains polyphénols individuels clés ne pouvaient pas être mesurés avec précision à l'époque en utilisant la HPLC (chromatographie liquide à haute performance). Dans 2012 cependant, le Dr Magiatis de l'Université d'Athènes a pu inventer une méthode précise de mesure de composés phénoliques individuels tels que l'oléocanthal et l'oleacein et d'autres en utilisant la RMN (Résonance Magnétique Nucléaire).

En réponse à ma question concernant la méthode RMN de mesure des composés phénoliques individuels dans EVOO, le Dr Konstantinidou a poursuivi: «Je n'ai aucune expérience pratique de la méthode RMN que le Dr Magiatis a développée, mais pour autant que je sais, je crois qu'il y a un grand potentiel là-bas. La RMN pourrait remplacer la HPLC et pourrait être établie comme méthode de référence pour la mesure de ces phénols dans l'EVOO. Je crois que davantage de réplication et / ou de standardisation sont nécessaires. »

J'ai ensuite demandé au Dr Konstantinidou la permission de publier sa réponse et si elle n'était pas d'accord, elle pourrait peut-être transmettre ma demande de clarification au Dr Covas pour une réponse officielle. L'avis du Dr Covas donnerait la réponse définitive quant aux composés phénoliques qui pourraient être mesurés afin de se conformer à la réglementation européenne 432 / 2012.

Le lendemain, j'ai reçu cet e-mail du Dr Covas: «L'allégation de l'EFSA fait référence à l'hydroxytyrosol et à ses dérivés (y compris le tyrosol). L'hydroxytyrosol et le tyrosol sont présents dans l'huile d'olive sous forme libre mais principalement sous forme de conjugués (c'est-à-dire oleuropéine et ligstrosides). Ainsi, toutes les formes (libres et conjuguées) dans lesquelles le tyrosol et l'hydroxytyrosol sont présents doivent être mesurées. »

Par conséquent, l'hydroxytyrosol, le tyrosol et tous leurs dérivés peuvent être mesurés pour la conformité. Selon le Dr Magiatis, cela comprendrait l'oléocanthal, l'oleacein, l'ollyopein aglycon et le ligstroside aglycon.

À la date de cette publication, je n'ai pas reçu de réponse de l'UE sur la question de savoir si l'oléocanthal et l'oleacein peuvent être inclus dans la mesure des polyphénols afin de se conformer à la réglementation européenne 432 / 2012.


Commentaires

Plus d'articles sur: , , ,