L'Uruguay prévoit une mauvaise récolte en période de pandémie

Les producteurs uruguayens d'huile d'olive s'attendent à une baisse de la production de 60% en 2020, après une récolte record en 2019. Le bilan des coronavirus sur le tourisme, les exportations et les coûts de production nuit à leur rentabilité.

Avril 17, 2020
Par Jorge Enrique Pereira Benitez

Nouvelles Récentes

Après un récolte record en 2019, dans laquelle l'Uruguay a produit près de 2,800 2020 tonnes d'huile d'olive, une récolte nettement inférieure est attendue en XNUMX.

Les effets climatiques, y compris les basses températures et le gel au moment de la floraison ainsi que les pénuries d'eau en été lors du remplissage des fruits, combinés avec de nombreux producteurs entrant dans une année morte pour réduire considérablement le rendement attendu.

Les attentes les plus optimistes des producteurs et des analystes situent la production totale de cette année à pas plus de 700 tonnes.

Voir aussi: Mises à jour des récoltes 2020

Avec le reste des producteurs de l'hémisphère sud, les Uruguayens ont également dû entreprendre leur récolte d'olives pendant la pandémie de Coronavirus.

Alors que le petit pays sud-américain a jusqu'à présent évité les grandes épidémies subies dans de nombreux autres pays du monde, le gouvernement a toujours mis en place une quarantaine semi-forcée qui a un impact sur les producteurs et leur rentabilité.

Publicité

Environ 75 pour cent de la culture oléicole uruguayenne (environ 25,000 25 acres) est concentrée entre une douzaine de producteurs différents. Le reste de la production du pays est principalement des exploitations à petite échelle, variant entre 60 et XNUMX acres.

En fonction de leur taille et de leur emplacement, la pandémie de COVID-19 a eu un impact sur la façon dont les différentes opérations se déroulent pour la récolte et font des plans pour l'avenir.

Gonzalo Aguirre est le directeur et copropriétaire de Olivares de Santa Laura, un producteur de taille moyenne situé dans le nord-est du pays, près de la frontière brésilienne. Aguirre cultive des olives sur environ 250 acres de terre et est devenu l'un des producteurs les plus prospères du pays, vendant ses huiles à la fois en Uruguay et les exportant à l'étranger.

Dans son cas, la situation exceptionnelle n'a pas affecté le fonctionnement de son entreprise, principalement en raison du faible volume de production qui a eu lieu en 2020 par rapport à l'année précédente.

La récolte des olives et la production d'huile ont été effectuées par ses employés permanents et les membres de sa famille. Aguirre a pris les mesures de précaution recommandées par les autorités fédérales de la santé et du travail, y compris une distance sociale de 10 mètres (32.8 pieds) entre les travailleurs et l'utilisation d'un équipement de protection individuelle pour les mains et le visage.

Le minimum de main-d'œuvre a été utilisé dans le moulin à huile. Aguirre a déclaré que le personnel s'est adapté positivement aux nouvelles conditions de travail et qu'il n'a eu aucun accident du travail.

La récolte des olives a commencé en mars, peu après la confirmation des premiers cas de coronavirus en Uruguay.

Luis Repetto est un petit oléiculteur et le directeur d'Olivar del Bhúo. Sur une ferme de 27 acres dans la province de Canelones, à quelques kilomètres de la capitale, Repetto alloue la moitié de ses terres à la culture de trois variétés d'olives et possède son propre moulin à huile.

Olivar del Bhúo a adopté des protocoles sanitaires plus stricts que la plupart des producteurs. En plus de suivre les mesures de distanciation sociale recommandées et d'utiliser des équipements de protection individuelle, le petit producteur désinfecte également régulièrement les équipements de récolte et de broyage.

Bien qu'il ait déjà pris toutes ces mesures, Repetto a déclaré qu'il aurait aimé que le gouvernement fédéral et Asolur, l'Association uruguayenne de l'huile d'olive, envoient des directives spécifiques aux producteurs.

À la suite de la pandémie, Repetto n'a pas embauché d'ouvriers supplémentaires pour la récolte et a personnellement supervisé et participé à toutes les tâches de la récolte.

À son avis, il était très important de sensibiliser les travailleurs qui ont participé à la récolte, car beaucoup viennent de zones rurales et peuvent ne pas comprendre la science derrière la propagation du virus.

Malgré les revers, Repetto a réussi à achever ses activités de collecte et de traitement en quelques jours.

Dans l'ensemble, il a produit 50% moins d'huile d'olive cette année qu'en 2019. Cependant, son conseiller agronomique a déclaré que Repetto avait obtenu l'un des rendements de la plus haute qualité qu'il ait jamais vu cette année.

Alors que certains producteurs ont été très peu touchés par les perturbations causées par COVID-19, d'autres ont eu plus de mal à gérer la logistique de leurs opérations.

Sergio Gómez est le propriétaire et directeur d'Onoser (Olivo Noble), l'un des plus grands opérateurs logistiques du pays. Avec sa flotte de machines de récolte, Gómez dessert environ 30 producteurs différents dans les régions du centre et de l'est du pays.

Sa principale difficulté a été le transfert de personnel entre les différents sites où il a fourni ses services. Pour cela, il a dû fournir à chaque membre de son équipe son propre véhicule.

Même si Gómez ne participe qu'à la récolte mécanique et au transport des fruits vers le moulin, suivre les directives nécessaires en matière de distanciation sociale a ralenti la productivité de son équipe.

Cependant, la forte baisse de production à travers le pays cette année signifie qu'il n'est pas en retard sur son calendrier. Gómez prévoit de terminer la récolte en avril, avant que les températures ne baissent et que la pluie n'arrive.

Pendant ce temps, la principale industrie oléicole d'Uruguay, Agroland SA, qui représente 60% des oliveraies du pays, a commencé à récolter quelques jours après la détection du coronavirus, le 13 mars.

L'entreprise continue de récolter et de presser ses olives, mais elle s'attend à un rendement nettement inférieur à celui des années précédentes.

Cette entreprise, qui dispose d'une infrastructure technique et d'une main-d'œuvre hautement développées, possède trois plantations dans l'est du pays et est une attraction touristique importante avec les caves voisines.

La semaine précédant le dimanche de Pâques (connue sous le nom de Semaine du tourisme) est l'une des périodes les plus populaires pour voyager en Uruguay. Cependant, cette année, aucun touriste n'a afflué vers la côte est du pays en raison de l'interdiction du gouvernement d'ouvrir des attractions touristiques.

Bien que cela conduise à une baisse significative des revenus de l'entreprise, cela devrait simplifier les travaux de collecte et de production pétrolière du domaine, car aucun public ne visitera les bosquets et les moulins.

La plupart des producteurs en Uruguay s'attendent à des volumes de production bien inférieurs en 2020 qu'en 2019. Certains ne produiront pas du tout d'huile d'olive.

D'un point de vue commercial, les perspectives d'avenir sont difficiles en Uruguay. Les ventes sont pratiquement paralysées par l'inactivité dans le secteur du tourisme, qui est l'une des principales sources de revenus pour les producteurs uruguayens.

De même, la grande production de 2019 a conduit à un volume proche de 600 tonnes de huile excédentaire, dont certains permettront de nourrir la demande intérieure mais dont le reste est généralement exporté vers le Brésil voisin.

Au monde troisième importateur d'huile d'olive est actuellement paralysé par une augmentation rapide du taux d'infection au COVID-19 et, par conséquent, le commerce de l'huile d'olive dans le pays a été paralysé, sans calendrier précis quant à son redémarrage.

Un nombre important de producteurs ont eu une récolte très faible ou inexistante cette année. Ils devront faire face aux coûts d'entretien, à l'emploi et aux obligations fiscales avec presque aucun revenu en 2020.

Après une année de faible production, la saison suivante voit généralement un rebond important, ce qui peut fournir une bouée de sauvetage aux producteurs qui ont eu du mal en 2020.

Les travaux pour la récolte 2021 débuteront en juillet, au début de l'hiver, avec taille et fertilisation. Celles-ci nécessiteront un effort économique considérable et rien ne garantit que tous les producteurs seront en mesure d'accomplir efficacement ces tâches afin de récolter les fruits d'une reprise de la récolte en 2021.


Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions