`De grands espoirs et peu de réponses alors que la récolte commence en Italie

Europe

De grands espoirs et peu de réponses alors que la récolte commence en Italie

Octobre 8, 2015
Ylenia Granitto

Nouvelles Récentes

La récolte a commencé en Italie avec de grandes attentes dans une saison qui devrait être une sorte de renaissance pour le secteur oléicole national, mais il est trop tôt pour dire si de tels espoirs se réaliseront, a déclaré Raffaele Maiorano, président d'ANGA, le Association nationale des jeunes agriculteurs.

Le groupe soutient les initiatives entrepreneuriales des jeunes tout en promouvant une agriculture tournée vers l'avenir et respectueuse des traditions par le dialogue avec le gouvernement et les institutions.

La production en 2015 devrait être supérieure à celle de 2014, mais Maiorano a de bonnes raisons de supposer que de nombreuses variables peuvent encore affecter les rendements finaux et nous devons attendre décembre pour obtenir un véritable équilibre. "Néanmoins, nous pouvons affirmer avec certitude que la qualité de l'huile d'olive sera supérieure à celle de l'année dernière car les conditions météorologiques ont empêché l'apparition de la mouche des oliviers et d'autres maladies, et les agriculteurs ont travaillé dur pour mettre en œuvre des mesures préventives efficaces. »

La prise de conscience augmente et notre engagement est de soutenir et de faciliter l'activité des acteurs clés, en particulier les jeunes entrepreneurs oléicoles, en ce moment crucial.- Raffaele Maiorano, Association nationale des jeunes agriculteurs

La hausse des prix due à la baisse de la production de l'an dernier a apporté un certain soulagement, a déclaré Maiorano.

"Les prix sont enfin justes pour la première fois depuis de nombreuses années, notamment en ce qui concerne certains domaines. Il y a deux ans, l'huile d'olive de Calabre, de Sicile et des Pouilles était vendue par les producteurs aux fournisseurs à un prix variant de 3.80 € à 4.50 € le litre, alors que les prix de l'année dernière augmentaient entre 5.00 € et 7.00 € (pour l'EVOO bio) par litre. "

Publicité

La proposition législative adoptée par la Commission européenne pour offrir un accès temporaire supplémentaire pour l'huile d'olive tunisienne au marché de l'UE, augmentant le quota d'exportation mensuel, est un sujet brûlant de nos jours.

"Soutenir le redressement de la Tunisie en cette période difficile est un acte noble et indispensable », a estimé Maiorano, "mais ce genre de mesure risque d'endommager nos agriculteurs. L'augmentation des exportations hors UE sans dispositions adéquates (comme exiger que l'étiquette indique le pays d'origine), peut amener les commerçants à importer à des prix très bas, se livrant à une concurrence déloyale au détriment de la production locale. »

"Nous demandons au gouvernement et à nos représentants au Parlement européen de protéger la production italienne, à travers une évaluation adéquate de cette proposition », a-t-il déclaré.

En ce qui concerne le soi-disant syndrome CoDiRo qui est infestant les oliviers du Salento, "l'urgence de Xylella a été un événement dramatique mais nous sommes maintenant très positifs. Nous sommes confiants dans les scientifiques et les chercheurs qui ont maîtrisé le problème avec d'excellents résultats et endigué l'épidémie », a-t-il affirmé.

"EVOO a un moment ", a déclaré Maiorano, "comparable à ce que le vin a connu il y a quelques années. Les choses changent à la fois pour les producteurs d'huile d'olive et pour les consommateurs. Les opérateurs de la restauration comprennent l'importance d'offrir à leurs clients non seulement un excellent vin mais aussi un EVOO de haute qualité. La prise de conscience augmente et notre engagement est de soutenir et de faciliter l'activité des acteurs clés, en particulier les jeunes entrepreneurs oléicoles, en ce moment crucial. »

Les experts et les opérateurs peuvent parler de toutes ces informations et plus encore du 23 au 24 octobre au 16th Réunion des dirigeants de l'ANGA à Palerme (Sicile), un événement organisé tous les deux ans.

Le thème de cette édition concerne le nouveau modèle d'agro-industrie. L'ANGA proposera les bons outils pour accompagner la transition du statut actuel des agriculteurs vers une nouvelle condition d'entrepreneur agricole, afin de réorienter la filière oléicole vers une voie moderne et dynamique.

"Nous discuterons d'un nouveau modèle de développement apportant des réponses concrètes, allant au-delà des slogans, apportant un soutien avec des solutions efficaces pour un nouvel entrepreneuriat agricole national. Nous parlerons de l'Europe, de l'internationalisation et des mythes de l'innovation. »

Nouvelles connexes