`Une centrale électrique en Espagne alimentée par des déchets d'huile d'olive

Production

Une centrale électrique en Espagne alimentée par des déchets d'huile d'olive

Février 9, 2015
Sukhsatej Batra

Nouvelles Récentes

Bien qu'à son stade initial, la nouvelle centrale électrique d'Andalousie, en Espagne, génère de l'électricité, protège l'environnement des toxines nocives et préserve l'espace de décharge en utilisant comme combustible les déchets de la production d'huile d'olive.

Financé par l'Union européenne avec des partenaires du Royaume-Uni, de Suède, d'Espagne et de Grèce, le prototype de centrale électrique ou projet Biogas2PEM-FC, est le produit de recherches menées au KTH Royal Institute of Technology à Stockholm, en Suède en collaboration avec PowerCell , une entreprise nordique de technologies propres leader dans la technologie des piles à combustible.

Le développement du projet Biogas2PEM-FC a duré deux ans. Le premier prototype de centrale électrique, installé dans une usine de production d'huile d'olive exploitée par la coopérative de San Isidro de Loja, Grenade, remplit son objectif de produire de l'électricité à partir de déchets créés pendant production d'huile d'olive.

Carina Lagergren, chercheuse principale du projet au KTH Royal Institute of Technology, a souligné que le "le plus important était de trouver une solution pour tous les déchets toxiques de la production d'huile d'olive. »

Les déchets d'huile d'olive sont toxiques pour l'environnement; il est acide, très salin et contient des pesticides, des composés organiques toxiques et d'autres contaminants dangereux. La méthode actuelle d'élimination des déchets d'olives dans des fosses à boues est potentiellement nocive pour l'environnement car les toxines peuvent s'infiltrer dans l'environnement.

Au lieu de déverser les déchets d'huile d'olive dans des fosses à boues, les 30 millions de mètres cubes d'eaux usées produits annuellement par les huileries pourraient être utilisés pour la production de biogaz, selon Per Ekdunge, coordinateur du projet et vice-président de PowerCell.

Publicité

Carina Lagergren a expliqué le projet d'huile d'olive au président Barack Obama à 2013. (Photo: David Callahan)

La nouvelle centrale utilise des déchets d'huile d'olive pour produire "énergie propre dans un processus en trois étapes.

Les déchets d'huile d'olive subissent d'abord une digestion par des bactéries anaérobies pour produire du biogaz, qui se compose de méthane, de dioxyde de carbone et de composés soufrés. Dans la deuxième phase, un reformeur convertit le biogaz en dioxyde de carbone et en hydrogène, qui dans la troisième et dernière étape, sont convertis par les piles à combustible en chaleur et en électricité avec l'ajout d'oxygène.

Le sous-produit final est un déchet non toxique qui peut être éliminé en toute sécurité dans des décharges sans craindre la lixiviation des toxines.

Bien que coûteuse, loin d'être parfaite et encore à ses premiers tests, l'usine produit 1 kW d'électricité. Il est prévu de produire jusqu'à 200 kW d'électricité qui fourniraient 50% des besoins énergétiques de l'usine de transformation, a expliqué Lagergren.

D'autres plans pour ce projet comprennent des moyens de réduire les coûts et d'augmenter l'efficacité du prototype.

Selon Ekdunge, l'utilisation de la technologie pour produire de l'énergie propre à partir d'autres déchets agricoles est également possible. Ce concept a beaucoup intéressé le président américain Barack Obama lors de sa visite au KTH Royal Institute of Technology en 2013 alors que le projet était encore à l'étude.


Nouvelles connexes