Professionnels

Réunion de Bari sur le plan d'action conjoint sur Xylella Lays Down

Le Conseil oléicole international et le Centre international de hautes études agronomiques méditerranéennes ont organisé un séminaire dans le but de consolider un plan d'action commun contre Xf.

Janvier 2, 2019
Par Ylenia Granitto

Nouvelles Récentes

Le siège italien du Centre international des hautes études agronomiques méditerranéennes (CIHEAM) a accueilli une réunion internationale sur "Actions intégrées contre Xylella fastidiosa (Xf) pour protéger les oliviers et le commerce international »le mois dernier.

Bari a accueilli une centaine de participants, parmi lesquels des représentants de seize Conseil oléicole international (CIO) membres et pays non membres dont l'Albanie, l'Algérie, l'Égypte, la France, la Grèce, l'Iran, l'Italie, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Monténégro, le Maroc, la Palestine, le Portugal, l'Espagne, la Tunisie et la Turquie.
Voir plus: Peut-on arrêter Xylella?
Des experts des organisations internationales FAO, IPPC (Convention internationale pour la protection des végétaux), OEPP (Organisation européenne pour la protection des végétaux), EFSA (Autorité européenne de sécurité des aliments), et des chercheurs du CNR et des universités ont participé au séminaire dans le but de créer "la base de la coordination et de la planification des collaborations »contre Xylella fastidiosa, grâce à des actions pratiques "l'échange de ressources humaines »entre les pays participants.

Au début de la conférence, les experts du CIHEAM et de la COI ont souligné comment les cultures deviennent de plus en plus vulnérables aux ravageurs et aux maladies dans un contexte marqué par l'intensification des échanges, l'accélération de la mobilité des populations et des biens et le changement climatique.

Par conséquent, la prévention et le contrôle des maladies des plantes, la surveillance épidémiologique et les échanges d'informations sur la santé des plantes en dehors des frontières de chaque pays deviennent plus essentiels que jamais pour la production, l'exportation et l'importation nationales.

La présentation de l'état actuel de la bactérie a été suivie de rapports sur les activités des organisations internationales, les résultats des travaux de recherche menés dans le cadre de l'UE Horizon 2020, POnTE et Acteurs XFet les besoins et recommandations exprimés par les pays membres. Ensuite, une réunion entre l'OEPP, la FAO, le CIHEAM et la COI a été organisée afin de définir une stratégie de collaboration entre ces organismes et l'identification du rôle de chacun, y compris la CIPV. Le groupe a convenu d'élaborer une feuille de route sur un plan d'action commun (PAC-XF), dont le premier projet sera soumis pour avis au plus tard le 15 janvier.

"La collaboration avec les institutions de recherche et le monde universitaire est essentielle pour contrer les effets désastreux de Xylella fastidiosa », a affirmé le chef de l'unité technique et environnementale du CIO, Abdelkrim Adi. "L'un de nos objectifs à travers l'organisation de cet événement est de trouver le moyen pratique de faciliter le commerce international d'oliviers sains, exempts de tout pathogène, y compris le verticillium et le Xf. »

Le directeur exécutif du CIO, Abdellatif Ghedira a fait remarquer que la participation de nombreuses organisations était l'expression de leur engagement à trouver des solutions, et que leur collaboration conjointe se traduirait certainement par des actions fructueuses au profit de la filière oléicole. "Il y a un aspect que nous ne devons pas sous-estimer dans cette action et c'est la coopération internationale établie entre les différents organes intergouvernementaux: COI, FAO, CIHEAM, et les agences IPPC et OEPP », a observé Ghedira, ajoutant que "nous devons intensifier nos efforts afin que le partage d'informations soit aussi riche et complet que possible, afin de consolider le climat de coopération institutionnelle et de faire cause commune sur cette question. »

Après des présentations par des experts, les pays participants ont été invités à exprimer leurs besoins et leurs défis en matière de prévention et de lutte contre la propagation de la bactérie.

Au cours de l'entretien, il a été souligné qu'un engagement politique est nécessaire pour sauver le mode de vie des producteurs d'olives. Il a également été déclaré que la participation des agriculteurs est fondamentale et que la formation, la diffusion de l'information et la recherche sont essentielles à la circulation de l'information.

La nécessité de mettre en œuvre des normes harmonisées, en particulier sur la quarantaine et la surveillance ainsi que sur la certification des plantes, ainsi que la nécessité de renforcer les capacités ont été considérées comme des préoccupations majeures par les participants. Ils ont souligné l'importance d'intensifier la recherche sur la résistance des variétés et la lutte antivectorielle, et ils ont tous été d'accord sur l'utilité de maintenir les banques de matériel génétique comme source de variabilité des olives et de matériel de recherche sur la résistance aux bactéries. La diffusion de techniques agronomiques pour la prévention de la maladie a également été indiquée comme l'une des activités les plus importantes à développer.

Lors d'une discussion sur le plan d'action à développer par la COI, le CIHEAM, la FAO, l'OEPP et la CIPV, il a été souligné la nécessité d'adopter des normes de contrôle bien définies, ainsi que de mettre en œuvre des activités de renforcement des capacités pour le personnel des pays. Il a été souligné que la sécurité de la production de matériel végétal devrait être assurée par son authentification et son assainissement, et que le travail qui se développe sur la résistance des variétés est fondamental. De plus, l'élaboration de guides pratiques de gestion phytosanitaire a été jugée nécessaire.

Les experts ont fait remarquer qu'il est primordial de mettre en œuvre la traçabilité et la certification du matériel végétal, et de développer des programmes de surveillance, ainsi que de sensibiliser l'industrie oléicole en améliorant la communication. Il a ensuite été convenu que toutes les institutions concernées participeraient au Forum oléicole mondial qui sera organisé à Marrakech, conjointement avec la session des membres du CIO, pour célébrer les 60 ans du CIO.th anniversaire et présenter leurs activités spécifiques dans le cadre du plan d’action conjoint.

Au cours du séminaire, le service phytosanitaire régional de la Toscane a annoncé que dans la partie sud de la région, quarante et une plantes ornementales, dont des amandiers, des genêts, de l'asclépiade à feuilles de myrte, du calicotome, du romarin, de la lavande, du ciste et de l'elaeagnus, probablement importés de à l’étranger, se sont révélés positifs sous-espèce Multiplex de la bactérie.

Les mesures phytosanitaires d'éradication prévues par la législation nationale et européenne ont été immédiatement appliquées. Des analyses répétées n'ont révélé aucune infection chez les oliviers, car cette sous-espèce, qui est déjà présent en Espagne et en France, n'est généralement pas nocif pour ces plantes ni pour les vignes.

Selon les études actuelles, la seule souche bactérienne associée au syndrome dit de déclin rapide de l'olivier (OQDS) détectée dans les Pouilles est celle appartenant au type de séquence ST53, également connue sous le nom de souche CoDiRO, au sein de la sous-espèce Xf pauca.





Nouvelles connexes