`L'huile d'olive de l'Union européenne, une réalité législative - Olive Oil Times

Union européenne L'huile d'olive, une réalité législative

Septembre 5, 2012
Virginia Brown Keyder

Nouvelles Récentes

Quand le premier Programme d'action de l'UE pour l'huile d'olive sort fin septembre, il est peu probable qu'il déroge aux projets qui circulent depuis le milieu de l'été. Ces projets indiquent que le plan se concentrera sur la qualité et le contrôle, la restructuration du secteur, la promotion et la concurrence avec les pays tiers.

Il scellera également le fait que l'huile d'olive devient un "Produit de l'UE »soutenu par Bruxelles non seulement par le biais du système de soutien aux producteurs (en particulier les paiements aux agriculteurs et les subventions pour le stockage des excédents) mais également par le biais de règles de fer concernant les normes, l'étiquetage, la commercialisation, les allégations nutritionnelles et de santé et les règles environnementales.

L'UE s'exprime par la loi et, à ce titre, le relais est passé des États membres méditerranéens à Bruxelles. L'impulsion donnée à Bruxelles pour s'approprier l'huile d'olive découle non seulement des dommages causés aux industries locales (en particulier italiennes et espagnoles) par des scandales, mais aussi de la montée de la concurrence sous la forme d'agressifs prétendument »nouveaux concurrents mondiaux fondés sur la science et l'écart de revenu mondial croissant qui a fait huile d'olive le »graisse pour le un pour cent »et ses aspirants. On peut soutenir que c'est aussi un moyen pour Bruxelles de »faire du bien »à une région de plus en plus aliénée par les menaces et insultes de ses voisins du nord.

Contrairement aux États pleinement souverains, l'UE ne peut agir que par le biais d'actes législatifs dont la légitimité doit reposer sur les traités de l'UE. C'est donc dans la loi que nous voyons l'avenir de l'huile d'olive de l'UE. Alors que les premières législations CE / UE ont généralement foulé les pas à la souveraineté nationale en s'appuyant principalement sur »Directives '' (`` enjoignant '' aux États membres de modifier leurs propres lois afin d'atteindre un objectif déclaré), elle agit aujourd'hui presque exclusivement à travers »Règlements »(formes de législation plus contraignantes qui sont immédiatement en vigueur telles qu'elles sont écrites sans qu'aucune autre action nationale ne soit nécessaire ou possible). Pratiquement tous les nouveaux règlements abrogent les directives antérieures qui étaient conçues pour donner aux États membres le sentiment qu'ils contrôlaient toujours.

La législation récente sur l'huile d'olive en est un excellent exemple, le premier règlement de ce type datant de 1991 (règlement 2568/1991 tel que modifié le plus récemment en 2011), lorsque Bruxelles a défini les catégories d'huile d'olive et les moyens juridiques de les distinguer . En janvier de cette année, un règlement d'application sur la commercialisation et l'étiquetage de l'huile d'olive (règlement 29/2012), consolidant une décennie d'amendements à la loi originale de 2002, est entré en vigueur. Celui-ci énonce des exigences particulières applicables à l'huile d'olive, qui complètent celles énoncées dans le règlement de 2011 (règlement 1169) sur l'information des consommateurs sur les denrées alimentaires. L'UE a également un programme législatif en cours pour établir les allégations de santé et nutritionnelles admissibles, et participe aux mesures environnementales nécessaires pour réglementer les déchets et prendre en compte les intérêts d'un nouveau monde de »tourisme à l'huile d'olive ».

Malgré ses origines au Moyen-Orient, l'Europe du Sud a toujours été la patrie de l'huile d'olive et synonyme de qualité et de goût. Les facteurs mentionnés ci-dessus, à savoir les scandales dans les pays producteurs, la volonté de consolidation de l'UE et la concurrence sérieuse, en particulier pour le marché de consommation américain bien nanti, font naître la nécessité d'une approche plus ironique Bruxelles pour préserver la position de l'huile d'olive européenne sur le marché mondial.

Virginia Brown Keyder est membre du barreau de New York (à la retraite) et enseigne le droit de l'UE en Turquie et le droit international et le droit de la propriété intellectuelle à l'Université d'État de New York à Binghamton. Elle travaille sur un livre sur le droit et l'huile d'olive.

Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions