La faim dans le monde a augmenté en 2020 en raison de la pandémie, selon un rapport de l'ONU

Les responsables de l'organisation ont exhorté le monde à sécuriser les fonds et à transformer leur système mondial d'approvisionnement alimentaire pour subvenir aux besoins de ceux qui en ont besoin.

Juillet 29, 2021
Par Costas Vasilopoulos

Le Pandémie de covid-19 a fait que la faim a jeté une ombre plus lourde sur l'humanité, selon un rapport compilé par cinq agences des Nations Unies.

En 2020, le nombre de personnes sous-alimentées sur la planète est passé à 768 millions, soit près de 10 % de la population mondiale, contre 650 millions il y a seulement un an, selon le rapport.

Nos pires craintes se réalisent. Il faudra des années, voire des décennies, pour inverser des niveaux aussi élevés de faim chronique.- Arif Husain, économiste en chef, Programme alimentaire mondial des Nations Unies

Le pourcentage de personnes souffrant de la faim était resté pratiquement inchangé pendant cinq ans avant l'avènement de la pandémie.

»Le rapport sur l'état de la sécurité alimentaire et de la nutrition dans le monde, le premier à évaluer l'impact de la pandémie sur la sécurité alimentaire dans le monde, a également indiqué que l'Afrique était la région la plus durement touchée par l'augmentation des niveaux de faim.

Voir aussi: L'EPA envisage de lutter contre le gaspillage alimentaire dans le but de réduire les émissions de carbone

Au total, 282 millions de personnes, soit 21 pour cent de sa population, le pourcentage le plus élevé de toutes les autres régions du monde, ont été confrontées à la menace de la faim en 2020. Plus de la moitié des personnes sous-alimentées dans le monde, cependant, 418 millions, vivent en Asie.

"Malheureusement, la pandémie continue d'exposer faiblesses de nos systèmes alimentaires, qui menacent des vies et des moyens de subsistance », ont déclaré les agences des Nations Unies qui ont co-écrit le rapport dans un communiqué conjoint. "Aucune région du monde n'a été épargnée.

Les auteurs du rapport ont également averti que l'objectif de l'ONU d'éliminer la faim dans le monde d'ici 2030 pourrait ne plus être réaliste.

"Nos pires craintes se réalisent », a déclaré Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies. "Inverser des niveaux aussi élevés de faim chronique prendra des années, voire des décennies. »

Le chef du PAM, pour sa part, David Beasley, a critiqué l'incapacité du monde à réunir les fonds nécessaires pour lutter contre la faim dans le monde.

"Le fait que nous mendiions et criions [pour des fonds] est une honte pour l'humanité », a déclaré Beasley.

L'insécurité alimentaire mondiale, définie comme le manque d'accès constant à suffisamment de nourriture pour toutes les personnes d'un ménage, avait déjà commencé à réapparaître au milieu des années 2010 après des décennies de déclin.

L'accès limité à la nourriture est devenu plus profond dans les pays touchés par le marasme économique, changement climatique, et les conflits, et s'est encore détérioré en raison de la pandémie de Covid-19.

António Guterres, le secrétaire général des Nations Unies, a appelé à l'action pour créer un système d'approvisionnement alimentaire pour subvenir aux besoins des personnes privées de ressources alimentaires suffisantes.

"Dans un monde d'abondance, nous n'avons aucune excuse pour que des milliards de personnes n'aient pas accès à une alimentation saine », a déclaré Guterres. "C'est pourquoi je convoque un sommet mondial sur les systèmes alimentaires en septembre.

« [Investir dans] les changements dans nos systèmes alimentaires initiera une transition vers un monde plus sûr, plus juste et plus durable », a-t-il ajouté. "C'est l'un des investissements les plus intelligents et les plus nécessaires que nous puissions faire. »





Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions