Santé

L'exercice régulier peut ralentir l'apparition des symptômes d'Alzheimer

Une nouvelle étude a révélé que les personnes à risque de maladie d'Alzheimer qui faisaient de l'exercice chaque minute avec 30 présentaient moins de symptômes de la maladie que celles qui ne faisaient pas d'exercice régulièrement.

Septembre 18, 2019
Par Teresa Lane

Nouvelles Récentes

Reg­u­lar exer­cise appears to slow the pro­gres­sion of Alzheimer chez les personnes d'âge moyen à risque de la maladie, selon les recherches présentées lors de la convention annuelle de la Amer­i­can Psy­cho­log­i­cal Asso­ci­a­tion.

Ozioma Okonkwo, an assis­tant pro­fes­sor of med­i­cine at the Uni­ver­sity of Wis­con­sin pre­sented results from sev­eral stud­ies, includ­ing one that fol­lowed 317 at-risk patients for years.

De nombreuses études montrent que l'exercice aide à augmenter le flux sanguin vers le cerveau, apportant l'oxygène et les nutriments nécessaires à tous les domaines, y compris ceux qui aident à soutenir la formation de nouveaux souvenirs et la croissance de nouvelles cellules cérébrales.- Carol Hahn, a com­mit­tee mem­ber for the Alzheimer’s Research and Pre­ven­tion Foun­da­tion

Bien que les participants aient globalement montré plus de signes physiques d'Alzheimer, appelés biomarqueurs, en vieillissant, les effets étaient "significativement plus faible »chez les personnes âgées qui pratiquaient l'équivalent d'au moins 30 minutes d'exercice modéré cinq jours par semaine.

Carol Hahn, a com­mit­tee mem­ber for the Alzheimer’s Research and Pre­ven­tion Foun­da­tion, said the newest stud­ies con­firm the role of exer­cise in main­tain­ing a healthy brain.

Voir plus: Nouvelles de la santé

"De nombreuses études montrent que l'exercice aide augmenter le flux sanguin vers le cerveau, apportant l'oxygène et les nutriments nécessaires dans tous les domaines, y compris ceux qui aident à soutenir la formation de nouveaux souvenirs et la croissance de nouvelles cellules cérébrales appelées neurones », a déclaré Hahn, qui est également infirmière.

Publicité

"Cette augmentation des neurones entraînerait des améliorations de la mémoire, des capacités langagières et de l'attention tout en retardant le début du déclin cognitif », a-t-elle ajouté.

Okonkwo and his col­leagues exam­ined 317 peo­ple enrolled in the Wis­con­sin Reg­istry for Alzheimer’s Pre­ven­tion, an ongo­ing obser­va­tional study of more than 1,500 peo­ple with a fam­ily his­tory of demen­tia.

Reg­is­trants were cog­ni­tively healthy and between the ages of 40 and 65 years at the time of enroll­ment. Researchers logged their ini­tial bio­log­i­cal, santé et les facteurs liés au mode de vie associés à la maladie et a effectué des évaluations de suivi tous les deux à quatre ans.

Tous les participants ont répondu aux questions sur leur activité physique et ont subi des tests neuropsychologiques et des scanners cérébraux pour mesurer plusieurs biomarqueurs associés à la maladie d'Alzheimer.

The researchers com­pared data from indi­vid­u­als younger than 60 with older adults and found a decrease in cog­ni­tive abil­i­ties and an increase in bio­mark­ers in the older group. How­ever, the effects were much weaker in seniors who engaged in reg­u­lar, mod­er­ate activ­ity.

"Être physiquement actif devrait être intégré tout au long de notre vie », a déclaré Hahn. "Meet­ing the rec­om­men­da­tions in the 2018 phys­i­cal activ­ity guide­lines for Amer­i­cans can lead to improved cog­ni­tion, reduced risk of demen­tia (includ­ing Alzheimer’s dis­ease) and many more long-term health ben­e­fits.”

Hahn a ajouté qu'elle collabore fréquemment avec les clients pour trouver une activité physique qu'ils aiment, peut faire régulièrement et s'intégrera dans leur mode de vie.

"Vous n'avez pas besoin de dépenser beaucoup d'argent, de rejoindre une salle de sport ou de suivre un cours organisé », a déclaré Hahn. "Do some­thing you enjoy — go for a walk, rake the leaves or play ten­nis with a friend. Learn­ing a new skill and being socially active is also good for the brain.”





Articles liés