Développement

Le groupe de commerce français rebaptisé

Bien que le nom de l'association nationale française de l'huile d'olive change, la mission reste en grande partie la même; promouvoir les variétés locales et maintenir les plantations suffisamment productives pour maintenir les petits agriculteurs.

Laurent Bélorgey
Août 21, 2019
Par Daniel Dawson et Pablo Esparza
Laurent Bélorgey

Nouvelles Récentes

L'association interprofessionnelle française de la filière oléicole est en train de changer de nom, abandonnant l'acronyme Afidol en faveur de la France Olive plus simple.

"Nous avons décidé de renommer Afidol France Olive cette année pour fêter ses 20 ansth anniversaire », a déclaré Laurent Bélorgey, président de France Olive et producteur d'huile d'olive à Vallée des Baux. Olive Oil Times. Vingt ans, c'est l'âge de la raison et nous pensions qu'il était temps de le relancer ».

Nous avons fait un pari clair pour produire de l'huile à partir de nos anciens cultivars d'olives et nous avons réalisé que le principal défi est de les rendre suffisamment productifs.- Laurent Bélorgey, président de France Olive

Bélorgey a déclaré que l'état de la production d'huile d'olive le secteur s’améliore régulièrement France. Au cours de la campagne agricole précédente, la France a produit 5,900 5,500 tonnes d'huile d'olive, selon les données du Conseil oléicole international. Cette année, Bélorgey estime que la production sera d'environ XNUMX XNUMX tonnes.

"La situation de la production d'huile d'olive en France est plutôt bonne maintenant », a-t-il déclaré. "Mais nous devons savoir que nous avons fait beaucoup de chemin pour cela. »

Voir plus: Nouvelles de l'huile d'olive de France

Pendant les années 1990 et la première moitié des années 2000, la France a produit en moyenne 3,300 1,000 tonnes d'huile d'olive par an, la production annuelle passant régulièrement de 1990 91 tonnes au cours de la campagne 7,000/2008 à 09 XNUMX tonnes en XNUMX/XNUMX, ce qui reste le record haute.

Publicité

"Mais au cours des 12 dernières années, nous avons eu de très bonnes récoltes et maintenant nous avons un niveau de production satisfaisant », a déclaré Bélorgey.

Depuis la campagne 2008/09, la France a produit en moyenne 4,900 2014 tonnes par an, un chiffre qui serait plus élevé sans la campagne désastreuse de 15/XNUMX. En raison d'une variété de facteurs, La France n'a produit que 1,700 tonnes d'huile d'olive cette année-là, le rendement le plus bas depuis 1993.

Laurent Bélorgey

Le principal défi désormais pour les producteurs français est de distinguer leurs huiles d'olive de leurs concurrents régionaux. Par rapport à ses voisins méditerranéens, la France possède une superficie beaucoup plus petite sur laquelle la culture de l'olivier est viable - principalement le long de la côte sud - de sorte qu'elle ne produira jamais plus que l'Espagne, l'Italie, le Portugal ou la Grèce. Par conséquent, Bélorgey croit que se concentrer sur produire des variétés traditionnelles est la voie à suivre pour les producteurs français.

"Le principal défi pour un producteur d'huile d'olive en France est de rendre nos variétés locales suffisamment productives », a-t-il déclaré. "Nous avons clairement parié produire de l'huile à partir de nos anciens cultivars d'olives et nous avons réalisé que le principal défi est de les rendre suffisamment productifs. »

La France dispose de sept appellations d'origine protégées (Appellations d'Origine Protegée) et d'une appellation d'origine contrôlée (Appellation d'Origine Controlléé). La taille de ces aires protégées varie des 16 villages inclus dans les limites de la Vallée des Baux - l'une des plus petites aires protégées - aux 434 appartenant à l'AOC de Provence.

Bélorgey et le reste du secteur parient que cette stratégie de production de faibles rendements en huiles d'olive locales et distinctives permettra aux producteurs français de survivre quelles que soient leur taille ou leurs techniques de production.

La grande majorité des producteurs d'huile d'olive en France sont de petites exploitations familiales avec en moyenne moins de 25 hectares de terres. Il n'y a que quelques exploitations à grande échelle qui dépassent 100 acres.

"Nous disons souvent qu'il y a environ 20,000 XNUMX producteurs d'olives en France », a déclaré Bélorgey. "Mais ce chiffre va du petit producteur qui n'a que quelques oliviers dans son jardin et qui apporte ses olives à la coopérative locale au professionnel qui cultive 20 ou 30 hectares (50 ou 75 acres). »


Nouvelles connexes