Le monde ne parvient pas à respecter les réductions d'émissions promises dans l'Accord de Paris

Il y a cinq ans à Paris, des délégations de 191 pays se sont engagées à réduire leurs émissions de 45 %, mais la situation n'a fait qu'empirer.

Octobre 1, 2021
Par Paolo DeAndreis

Nouvelles Récentes

Engagements mondiaux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ne suffisent pas à freiner le réchauffement climatique, selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

En -, le Rapport Unis dans la science 2021 a averti que chacune des cinq prochaines années présentera des températures d'au moins 1 ºC supérieures aux niveaux préindustriels.

Nous devons construire une solidarité mondiale. Dans la pandémie comme dans l'urgence climatique, personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité.- Mohamed Adow, directeur, Power Shift Africa

Par rapport aux températures moyennes de la période de 1850 à 1900, à partir de 2022, le monde verra sa température augmenter de 0.9 °C à 1.8 °C. D'ici 2030, cette augmentation pourrait encore augmenter.

Voir aussi: Les États-Unis et l'Europe annoncent leur intention de réduire considérablement les émissions de méthane

"Il y a 40 pour cent de chances que la température moyenne au cours de l'une des cinq prochaines années soit d'au moins 1.5 °C plus élevée que les niveaux préindustriels », a averti le rapport. "Cependant, il est très peu probable que la température moyenne quinquennale de 2021 à 2025 dépasse les seuils de 1.5 °C. »

Les projections sont basées sur un large éventail de sources, dont l'une est les données sur les émissions de gaz à effet de serre provenant du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), qui dépeint un scénario mondial qui s'aggrave rapidement.

Le PNUE a estimé que cinq ans après l'Accord de Paris, l'écart d'émissions est plus important que jamais. L'écart d'émission est la différence entre combien les scientifiques avaient demandé une réduction des émissions mondiales d'ici 2030 et où ils se dirigent réellement.

"L'année dernière, nous avons estimé qu'il y avait eu une baisse de 5.6% des émissions et comme la durée de vie du dioxyde de carbone est si longue, cette anomalie d'émissions d'un an ne change pas la situation dans son ensemble », Petteri Taalas, secrétaire général de l'OMM , dit en référence aux effets de la Pandémie de covid-19 dès 2020.

"Nous avons constaté des améliorations de la qualité de l'air », a-t-il ajouté. "Nous y avons vu une évolution positive. Mais maintenant nous avons retourné plus ou moins aux niveaux d'émissions de 2019. »

L'Accord de Paris demande aux pays d'élaborer des plans stratégiques nationaux visant à limiter les émissions et à prévoir leur bilan futur.

Les pays signataires ont convenu d'essayer d'empêcher les températures de dépasser 2 ºC au-dessus des niveaux préindustriels, avec un effort particulier pour essayer de les maintenir en dessous de 1.5 ºC. Sur les 191 pays qui ont signé l'accord, seuls 113 ont présenté leurs plans nationaux.

Selon le rapport de l'OMM, compte tenu des engagements et des stratégies d'émission déjà déployés ou annoncés, les émissions mondiales devraient augmenter de 16% d'ici 2030, bien au-dessus de la baisse de 45% que les scientifiques de l'ONU considèrent comme le seul moyen de répondre aux attentes de l'Accord de Paris.

"Nous ne sommes pas encore sur la bonne voie vers la limite parisienne de 1.5 à 2 degrés, bien que des choses positives aient commencé à se produire et que l'intérêt politique d'atténuer changement climatique est clairement en croissance », a ajouté Taalas. "Mais pour réussir dans cet effort, nous devons commencer à agir maintenant. Nous ne pouvons pas attendre des décennies pour agir, nous devons commencer à agir dès cette décennie. »

Selon l'analyse de l'ONU, une augmentation de 16% pourrait entraîner une augmentation de la température mondiale pouvant atteindre 2.7 ºC, dépassant de loin l'objectif de l'Accord de Paris.

"Une augmentation de 16 pour cent est un énorme source de préoccupation", a déclaré à la BBC Patricia Espinosa, négociatrice en chef de l'ONU pour le climat.

"Il contraste fortement avec le appels par la science pour des réductions d'émissions rapides, soutenues et à grande échelle afin de prévenir les conséquences et les souffrances climatiques les plus graves, en particulier des plus vulnérables, à travers le monde », a-t-elle ajouté.

Selon un rapport du World Resources Institute et de Climate Analytics cité par la BBC, la Turquie, l'Arabie saoudite, l'Inde et la Chine sont responsables de 33 % de toutes les émissions de gaz à effet de serre, mais aucun d'entre eux n'a encore présenté son propre plan stratégique. D'autres pays, comme le Mexique, le Brésil et la Russie, ont prévenu que leurs émissions continueraient d'augmenter.

Alors que de nombreux pays industrialisés se préparent à la réunion internationale sur le climat COP26 qui se tiendra à Glasgow à partir du 31 octobre, d'autres pays commencent à analyser les coûts à la fois de l'activation de leurs propres plans stratégiques et des conséquences du réchauffement climatique lui-même.

Un rapport du groupe de réflexion kenyan Power Shift Africa a averti les gouvernements africains qui luttent pour se remettre des effets de la pandémie de Covid-19 que "une focalisation étroite sur une reprise économique qui ignore le changement climatique et les objectifs plus larges du développement durable coûtera à l'Afrique plus de douleur économique à long terme.

Selon Power Shift Africa, le changement climatique devrait être placé au cœur des plans de relance économique à travers le continent.

"Conduire une reprise verte et durable post-Covid-19 en Afrique » reconnaît les efforts en cours de quelques pays, comme le Nigéria, où cinq millions de systèmes solaires domestiques hors réseau seront installés.

"La pandémie est un moment de réinitialisation, pour s'éloigner de milliards d'investissements dans les combustibles fossiles voués à l'échec", a déclaré à l'AFP Mohamed Adow, directeur de Power Shift Africa. "L'Afrique est bénie avec le soleil et le vent, ce doit être le fondement de notre rétablissement. »

Selon Adow, les pays les plus riches devraient tenir leurs engagements et donner aux pays vulnérables au climat les 100 milliards de dollars promis, ce qui est nécessaire pour réduire les émissions et offrir de nouvelles voies de développement.

"Nous devons construire une solidarité mondiale », a-t-il déclaré. "Dans la pandémie comme dans l'urgence climatique, personne n'est en sécurité tant que tout le monde n'est pas en sécurité. »





Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions