Une subvention fournit des fonds pour la recherche de biopesticides Xylella Fastidiosa

La Commission européenne a accordé la subvention Marie Skłodowska-Curie à l'Université de Jaén pour rechercher de nouvelles méthodes pour freiner la propagation du pathogène mortel de l'olive.
Juillet 30, 2021
Éphantus Mukundi

Nouvelles Récentes

La Commission européenne a attribué la subvention à l'action d'enquête Marie Skłodowska-Curie au Université de Jaén pour rechercher des traitements pour le pathogène mortel de l'olivier, Xylella fastidiosa.

"L'objectif du projet est de développer un nouveau biopesticide intelligent à base de spores bactériennes visant spécifiquement à éliminer Xylella fastidiosa », a déclaré Julia Manetsberger, chercheuse à l'Université de Cambridge.

En outre, l'étude vise à élargir la gamme de biopesticides alternatifs à utiliser en agriculture dans l'Union européenne.

Voir aussi: Un nouvel outil pourrait arrêter la propagation du vecteur principal de Xylella Fastidiosa

Xylella fastidiosa pose un défi important pour les oléiculteurs dans l'UE On estime que la bactérie cause une perte de production annuelle estimée à 5.5 milliards d'euros, mettant ainsi plus de 300,000 - emplois en danger si sa menace n'est pas contenue.

En conséquence, l'UE considère l'éradication de Xylella fastidiosa comme une priorité élevée. Malheureusement, les précédentes tentatives de traitement sur le terrain ont échoué, soulignant la nécessité de trouver une solution durable à la menace de l'olivier.

Dans le même temps, l'ambitieux projet de la commission Stratégie de la ferme à la fourchette reçues par les enchanteurs et permettent aussi Green deal fait de la réduction des pesticides chimiques de 50 pour cent d'ici la fin de la décennie une priorité absolue.

Actuellement, la disponibilité des alternatives naturelles est faible, ce qui rend la recherche de nouvelles solutions pour ravageurs et vecteurs de maladies urgentes.

Face à ces enjeux, l'étude propose de développer de nouveaux biopesticides à base de spores bactériennes ciblant spécifiquement Xylella fastidiosa insectes vecteurs et les arbres infectés.

Bien que l'utilisation de spores ne soit pas nouvelle dans les applications médicales, l'étude cherche à étendre le concept en créant des spores à utiliser comme véhicule d'administration de biopesticides.

Pour y parvenir, l'étude isolera les candidats bactériens des vecteurs et des vergers. Un criblage d'activité permettra d'identifier de nouveaux peptides antimicrobiens qui ciblent Xylella fastidiosa.

Ces spores seront ensuite modifiées pour exprimer et stocker les agents actifs dans le noyau ou les enrober contre la dégradation biologique et physico-chimique. La protéine hétérologue sera libérée dans l'environnement lors de la germination.

"Cette étude fournira de nouvelles informations sur le traitement de Xylella fastidiosa dans des conditions de terrain, tout en élargissant également notre répertoire de biopesticides alternatifs à utiliser dans l'agriculture de l'UE », a écrit la commission. "Dans un contexte plus large, le projet cherche à contribuer à transformer l'agriculture de l'UE dans un secteur moderne, économe en ressources et résilient.





Publicité

Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions