L'Union européenne a ouvert une procédure d'infraction à l'encontre de l'Italie pour retard allégué dans l'application de mesures contre la propagation de Xylella fas­tidiosa dans les Pouilles.

Il y a quelques jours, le commissaire européen à la santé et à la sécurité alimentaire Vytenis Andriukaitis a rencontré le ministre italien de l'Agriculture Maurizio Martina et l'a informé que «la Commission n'aurait d'autre choix que d'ouvrir une procédure d'infraction à moins que l'Italie n'ait pris des mesures immédiates contre la bactérie. "
Voir plus: Complete Coverage of the Xylella Fastidiosa Outbreak
L'Italie dispose de 60 jours pour répondre à la lettre de mise en demeure et prendre des mesures pour mettre en œuvre les exigences imposées par la Commission européenne. Sinon, l'UE passera à la mesure suivante, en envoyant un avis motivé sur la question.

Le gouvernement italien a convoqué la région des Pouilles pour une réunion la semaine prochaine à Rome, où des actions et des activités pour contrer la propagation de la bactérie doivent être soumises.

Une première infringe­ment pro­ce­dure a été ouvert à la fin de 2015 et, sur la base du Commission Decision 2015/​789, a reproché les retards et ordonné un déracinement de tous les arbres, même sains, à moins de cent mètres autour des plantes infectées.

Plus tard, avec ses deci­sion 764/​2016, l'UE a établi la nécessité de créer une zone tampon au nord de la zone infectée du Salento, d'une largeur d'au moins 10 Km (6.2 miles) et, dans la zone infectée, une zone de confinement d'une largeur de 20 Km .

Le procureur de Lecce Cataldo Motta et les procureurs Elsa Valeria Mignone et Roberta Licci viennent d'ordonner la remise des oliviers qui ont été saisis en décembre, à la suite d'une enquête sur toute responsabilité éventuelle dans la propagation de Xf et les causes réelles de la so- appelé CoDiRO (Dessiccation rapide et complexe des oliviers). Cette mesure n'est pas le résultat direct de l'ouverture de la nouvelle procédure d'infraction contre l'Italie, mais il s'agit d'une décision distincte méditée pendant des mois par les procureurs.

Le procureur a l'intention de transmettre à la Commission européenne les résultats des traitements naturels expérimentaux et des «bonnes pratiques agricoles» effectués ces derniers mois sur des arbres infectés, qui ont montré des signes visibles d'amélioration.

Grâce à la surveillance sur le terrain, il a été constaté que certaines plantes se sont complètement rétablies avec l'élagage et le nettoyage du sol combinés à des méthodes naturelles. En particulier, dans la zone située entre Brindisi et Lecce, la situation a changé avec la reprise complète des oliviers et ces résultats pourraient affecter les prochaines directives de l'UE.



Commentaires

Plus d'articles sur: , , ,