Professionnels

Les Grecs font leurs provisions avant l'augmentation des taxes

Les taxes en Grèce vont augmenter à partir du mois de janvier sur les produits de base tels que le tabac, le café et l'huile d'olive. Les habitants et les commerçants font leurs réserves avant que les coûts plus élevés ne prennent effet.

Rue Ermou, Athènes
Décembre 31, 2016
Par Claire Ngonga-Gicquel
Rue Ermou, Athènes

Nouvelles Récentes

L'économie grecque est toujours bloquée du côté difficile. Les taxes sur l'huile d'olive passant de 9 pour cent à 13 pour cent demain, de nombreux Grecs se précipitent pour acheter et s'approvisionner en denrées de base parmi d'autres produits. Chaque heure compte, en particulier pour les commerçants qui ont augmenté leurs stocks au cours des dernières semaines.

"Certaines personnes espèrent faire des stocks pendant six mois », a déclaré Giorgos Kourasis, secrétaire général de la Fédération grecque des métiers de la restauration. "C'est un véritable tsunami d'impôts qui nous frappe, en cette septième année de récession. Quelque chose que nous n'avons jamais vu - et les professionnels devront absorber cette augmentation pour ne pas perdre leurs clients. »

De nombreux secteurs sont touchés par les hausses de TVA, notamment le téléphone, la télévision par câble, l'essence, les cigarettes électroniques et le tabac. "La dernière augmentation des cigarettes s'est produite il n'y a même pas huit mois », a déclaré Kourasis. "Les Grecs vont acheter illégalement dans les pays voisins. »

Les commerçants craignent une baisse des ventes aux touristes qui aiment le produit phare de la Grèce. La ruée est moins visible dans les supermarchés, mais les professionnels craignent une baisse de la consommation à tous les niveaux. Cela pourrait être le cas pour le café, qui est également important pour la vie grecque, car il passera de 2 € à 4 € par kilo en moyenne.

Pour les Grecs, l'année 2016 a déjà été assez difficile avec une TVA plus élevée et de nouvelles taxes gouvernementales applicables aux produits de base.

Publicité

En mai 2016, la presse faisait des blagues sur les mesures économiques drastiques: "Seul l'air que nous respirons ne sera pas taxé », titre un titre, après le nouvel ensemble de mesures proposé au Parlement grec le 23 mai en échange de la libération d'un prêt de 5.4 milliards d'euros.

Les députés grecs ont adopté les nouvelles mesures demandées par les créanciers du pays comme condition pour débloquer le prêt. La faible majorité du gouvernement, dirigée par Alexis Tsipras, venait de voter un projet de loi 7,000 très impopulaire.

La loi prévoyait un mécanisme de correction automatique en cas de dérapage budgétaire et des mesures supplémentaires pour accélérer la privatisation des entreprises publiques. Et la série de mesures comprenait également un barrage de taxes, dont l'une visait l'industrie hôtelière. Diverses taxes ont également pesé davantage sur les produits de consommation, dont l'huile d'olive.

Le démarrage de 2017 ne semble donc pas apporter beaucoup de soulagement.


Nouvelles connexes