Asie

Un rapport met en garde contre les impacts du changement climatique en Asie

La Banque asiatique de développement avertit que la santé humaine et la sécurité alimentaire dans la région Asie-Pacifique sont menacées si des mesures ne sont pas prises pour lutter contre le changement climatique.

Juillet 27, 2017
Par Isabel Putinja

Nouvelles Récentes

A rapport publié par la Banque asiatique de développement (BAD) ce mois-ci met en garde contre les conséquences du réchauffement climatique dans la région Asie-Pacifique.

Titré "Une région à risque: les dimensions humaines du changement climatique en Asie et dans le Pacifique », l'étude est une collaboration entre la BAD basée à Manille et le Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK).

Les pays asiatiques tiennent l'avenir de la Terre entre leurs mains. S'ils choisissent de se protéger, ils aideront à sauver la planète entière.- Hans Joachim Schellnhuber, Potsdam Institute for Climate Impact Research

La BAD a averti dans un communiqué de presse que "la crise climatique mondiale est sans doute le plus grand défi auquel la civilisation humaine est confrontée au 21st siècle, avec la région Asie et Pacifique au cœur de tout. Abritant les deux tiers des pauvres dans le monde et considérée comme l'une des régions les plus vulnérables au changement climatique, les pays d'Asie et du Pacifique sont les plus à risque de plonger dans une pauvreté plus profonde - et des catastrophes - si les efforts d'atténuation et d'adaptation ne sont pas rapides et fortement mis en œuvre. "

Le rapport avertit que les progrès réalisés dans le développement économique et l'amélioration du niveau de vie dans la région peuvent être facilement annulés si des mesures ne sont pas prises pour réduire les émissions et la dépendance aux combustibles fossiles. Sans ces changements, le changement climatique pourrait entraîner une augmentation des températures, une élévation du niveau de la mer, une perturbation des régimes pluviométriques, des régimes météorologiques extrêmes et des inondations en Asie. Ces effets peuvent avoir des coûts humains sous forme de dégâts aux cultures, de moyens de subsistance tendus et de besoins d'importations alimentaires.

Le rapport de la page 131 commence par une introduction à la région Asie-Pacifique et à sa géographie, à ses habitants et à son économie comme toile de fond pour comprendre les impacts potentiels du changement climatique sur la région. Elle est suivie d'une section examinant ces impacts, et en particulier les changements de températures, les précipitations, l'élévation du niveau de la mer, l'hydrologie, l'incidence des cyclones et les risques d'inondation auxquels on peut s'attendre. La dernière partie couvre les coûts humains du changement climatique et en particulier son impact sur la santé humaine, les zones urbaines, la sécurité, les migrations et les réseaux commerciaux.

Publicité

L'étude conclut que même si les objectifs de température de Paris sont atteints (c'est-à-dire en limitant le réchauffement climatique à 1.5 ° C à 2 ° C), certains écosystèmes et secteurs socio-économiques de la région seront toujours affectés, alors qu'aucun changement du tout n'aura des effets graves sur les moyens de subsistance, la santé humaine, les migrations et les risques de conflits.

Les solutions possibles suggérées pour atténuer le changement climatique dans la région Asie-Pacifique sont celles décrites dans l'Accord de Paris. Il s'agit notamment de la décarbonisation rapide, des mesures d'adaptation pour protéger les plus vulnérables, des projets axés sur les énergies renouvelables et de l'innovation dans les infrastructures et les transports.

Hans Joachim Schellnhuber, directeur du Potsdam Institute for Climate Impact Research et co-auteur du rapport, a averti que "Les pays asiatiques tiennent l'avenir de la Terre entre leurs mains. S'ils choisissent de se protéger contre les changements climatiques dangereux, ils contribueront à sauver la planète entière. Le défi est double. D'une part, les émissions de gaz à effet de serre en Asie doivent être réduites de manière à ce que la communauté mondiale puisse limiter le réchauffement planétaire à bien en dessous de 2 degrés Celsius, comme convenu à Paris 2015. »

"Pourtant, même l'adaptation à une augmentation de température de 1.5 degrés Celsius est une tâche majeure », a ajouté Schellnhuber. "Ainsi, d'un autre côté, les pays asiatiques doivent trouver des stratégies pour assurer la prospérité et la sécurité face aux changements climatiques inévitables dans le cadre d'un développement mondial sain. Mais notez que mener la révolution industrielle propre offrira à l'Asie des opportunités économiques sans précédent. Et explorer les meilleures stratégies pour absorber les chocs du changement environnemental fera de l'Asie un acteur crucial dans 21stmultilatéralisme du XXe siècle. ”

Afin de lutter contre le changement climatique dans la région, la BAD a consacré 3.7 milliards de dollars à 2016, un montant qui atteindra 6 milliards de dollars d'ici 2020.



Articles liés