Production

Le projet utilise des drones pour analyser les besoins de chaque arbre

Tecnolivo poursuit la modernisation de l'oliviculture avec la création d'un instrument technologique pionnier basé sur l'agriculture de précision.

Août 29, 2018
Par Rosa Gonzalez-Lamas

Nouvelles Récentes

Les oliveraies de Huelva et du sud du Portugal sont au centre de Tecnolivo, un projet de recherche qui examine l'utilisation de technologies de précision pour la gestion et la supervision de la culture de l'olivier en vue de maximiser la recherche, le développement technologique et l'innovation pour générer des affaires dans le secteur de l'olivier.

Le projet de 2.5 millions d'euros, dirigé par l'Université de Huelva à travers son groupe TEP-192 consacré au contrôle et à la robotique, vise à gérer les zones agricoles en tenant compte des particularités des oliviers individuels plutôt que de manipuler des plantations entières de manière homogène.

Pour ce faire, le projet utilise des drones avec capteurs et caméras d'imagerie multispectrale.

Les capteurs sont placés soit sur le sol entourant les arbres, soit sur l'écorce des arbres pour obtenir des informations sur leur situation nutritionnelle, leur hydratation, leur floraison et leurs fruits.

Les caméras prennent des images multispectrales qui capturent ce qui est visible à l'œil humain et des images infrarouges qui peuvent détecter le rayonnement généré par chaque arbre et la terre qui l'entoure.

Publicité

De nombreuses considérations peuvent être déterminées en fonction de l'analyse des spectres de bande. Ceux-ci peuvent révéler si une plante manque d'eau ou d'engrais, si elle souffre ou risque de souffrir de maladies, et les progrès de la floraison et de la croissance des fruits, entre autres considérations. Plus le nombre de spectres analysés est grand, plus le nombre de variables pouvant être identifiées pour gérer la culture plus précisément est élevé.

Ce qui rend ce projet unique, cependant, c'est qu'il permet de configurer une solution complète qui combine les données obtenues, envoyées, traitées, interprétées et visualisées avec des actions guidées dans un instrument technologique pionnier convivial pour les agriculteurs. Ses développeurs affirment qu'il permet une gestion approfondie, écologique et optimisée des oliveraies grâce à une surveillance non invasive des paramètres agronomiques qui pourraient être pertinents pour la production.




Des expériences sont en cours en Andalousie et au Portugal, en considérant différents scénarios de culture de l'olivier en fonction de l'emplacement et de la densité des plantations: une approche traditionnelle avec des arbres plantés les uns des autres, une approche intensive avec un plus grand nombre d'arbres à l'hectare et une super- approche intensive avec la plus grande densité à l'hectare. La coopérative Oleodiel de Huelva et la société portugaise Elaia collaborent au projet.

L'objectif ultime du projet est de fournir aux agriculteurs un outil facile à gérer qui pourrait être utilisé régulièrement, tout comme les tracteurs ou autres équipements indispensables.

Une formation sera fournie pour expliquer comment utiliser la technologie et interpréter les données individuelles des arbres pour gérer les oliveraies en fonction des besoins respectifs de chaque arbre et avec la plus grande durabilité possible, en favorisant l'utilisation optimale des ressources et la préservation de l'environnement.

La culture de l'olivier est au centre du projet car les olives sont la culture ayant le plus grand potentiel de valeur ajoutée et économique en Andalousie, mais l'Université de Huelva explore la possibilité d'appliquer la méthodologie à d'autres cultures.

En plus de l'Université de Huelva, d'autres entités espagnoles collaborant au projet comprennent l'Institution nationale de technique aérospatiale (INTA) et la Société coopérative Nuestra Señora de la Oliva à Huelva.

L'Institut national portugais de technique aérospatiale (INTA), l'Institution nationale de recherche agraire et vétérinaire, Ubiwhere, et la Murtigão-Agricultural Society participent également à Tecnolivo.

Le projet est dirigé par José Manuel Andújar, professeur à l'Université de Huelva. Le projet de R&D est financé par les fonds FEDER de l'Union européenne.





Nouvelles connexes