Un tribunal français a interdit le Roundup Pro 360, un désherbant largement utilisé dont le glyphosate est l'ingrédient actif.

La justice française a pris les devants en Europe en prenant une décision applicable à tous les produits Roundup.- Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement et avocate dans l'affaire

Citant des risques potentiels pour la santé et la sécurité, l'interdiction est entrée en vigueur immédiatement après la décision d'un tribunal administratif français à Lyon le 15 de janvier. Le tribunal a jugé que l'Agence française de sécurité sanitaire des aliments, de l'environnement et du travail (ANSES) avait tort d'approuver l'utilisation du produit dans 2017 sans examiner les risques potentiels pour la santé du glyphosate.

Voir plus: Pesticides and Herbicides

Roundup contient 41.5 pour cent de glyphosate et est le nom de marque de l'herbicide le plus utilisé au monde développé par Monsanto et appartient maintenant à la société pharmaceutique allemande Bayer.

Le tribunal français a jugé que sur la base d'études scientifiques, le Roundup Pro 360 est «un produit potentiellement cancérigène pour l'homme, suspecté d'être toxique pour la reproduction humaine et pour les organismes aquatiques».

Corinne Lepage, ancienne ministre de l'Environnement et avocate qui représentait l'institut de génétique Criigen dans l'affaire contre l'Anses, a déclaré au journal Libération que «la justice française a pris les devants en Europe en prenant une décision applicable à tous les produits Roundup. "

Bayer fait appel de la décision du tribunal, citant des études qui prouvent que le glyphosate est sûr. Bayer fait actuellement face à plus de poursuites 9,300 pour les effets négatifs sur la santé du Roundup et des produits connexes.

"Bayer n'est pas d'accord avec la décision du tribunal administratif de Lyon d'annuler l'autorisation de mise sur le marché du RoundUp Pro 360", a déclaré un porte-parole de la société dans un communiqué. «Cette formulation de produit, comme tous les produits phytosanitaires, a fait l'objet d'une évaluation stricte par les autorités françaises (Anses), organisme indépendant et garant de la sécurité sanitaire.»

L'utilisation du glyphosate est une question controversée en France et a fait l'objet d'un débat parlementaire intense. Le président français Emmanuel Macron s'était engagé à la fin de 2017 à interdire la substance en France par 2020.

Dans 2015, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait classé le glyphosate comme «probablement cancérogène pour l'homme», mais malgré cet avertissement, le European Commission had approved a license renewal pour la substance en novembre 2017.

Des interdictions partielles et totales de glyphosate ont également été prononcées dans une douzaine d'autres pays depuis la publication de ce rapport, dont plusieurs autres membres de l'Union européenne, le Brésil, le Canada et la Nouvelle-Zélande.

Dans le même ordre d’idées, la même semaine, le tribunal français a interdit Roundup, un European Parliament report a révélé que la décision 2017 de la Commission européenne d'étendre la licence pour le glyphosate était basée sur un texte qui avait été copié et collé à partir des études de Monsanto et inclus dans une évaluation par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) qui concluait que la substance est sûre à utiliser.




Commentaires

Plus d'articles sur: , ,