Afrique / Moyen Orient

La Tunisie s'attend à une récolte record

Grâce à une pluviométrie supérieure à la moyenne, la Tunisie se prépare pour une récolte record, avec des prévisions de rendement de tonnes 350,000.

De fortes précipitations ont aidé les producteurs tunisiens cette année
Octobre 17, 2019
Par Isabel Putinja
De fortes précipitations ont aidé les producteurs tunisiens cette année

Nouvelles Récentes

Après une saison décevante l'an dernier, avec une production de seulement 140,000 XNUMX tonnes, la prochaine récolte Tunisie semble prometteur.

Les chiffres projetés suggèrent même un rendement record. Récemment, le ministre tunisien de l'Agriculture, Samir Taieb, a annoncé des prévisions d'un rendement de 350,000 XNUMX tonnes.

Le climat a été idéal avec de bonnes précipitations. C'est bon à la fois d'un point de vue qualitatif et quantitatif.- Abdelmajid Mahjoub, Les Moulins Mahjoub

Cela maintiendrait la position de ce pays d'Afrique du Nord comme l'un des principaux producteurs mondiaux et pourrait même le placer en deuxième position. Au cours de la saison 2014/2015, la Tunisie a été deuxième producteur après l'Espagne avec une récolte record de 340,000 tonnes.

Au cours des dernières années, le rendement moyen de la Tunisie s'est élevé à 185,000 230,000 tonnes, un chiffre que le gouvernement souhaiterait porter à au moins XNUMX XNUMX tonnes par an. Mais au cours de la dernière saison, la production était tombée à 140,000 XNUMX tonnes, avec 117,000 tonnes exportées.

Voir plus: Nouvelles sur la récolte des olives 2019

Les huiles d'olive tunisiennes ont acquis une notoriété sur la scène mondiale pour leur qualité, gagner 17 prix Au 2019 NYIOOC Concours mondial d'huile d'olive.

Publicité

Le chef de l'Office National de l'Huile (ONH), Chokri Bayoudh, a déclaré que l'ONH avait examiné des mesures de soutien afin de stimuler la qualité et la production, améliorant ainsi le marché pour les exportateurs et les producteurs.

Les pluies sporadiques de ces derniers mois ont été une bénédiction pour de nombreux producteurs d'olives en Tunisie. Les précipitations insuffisantes sont l'un de leurs plus grands défis, mais cette année, les oliviers prospèrent et leurs branches sont lourdes de drupes alors que l'été cède lentement la place à l'automne et à la saison des récoltes.

Selima Ben Hamouda de A & S, a expliqué un duo de soeurs exploitant une oliveraie à Mateur, dans le nord de la Tunisie, à 50 km au nord-ouest de la capitale Tunis. Olive Oil Times que la prochaine récolte sera certainement bonne.

"Nous avons eu de la pluie en août, septembre et encore début octobre », a-t-elle expliqué. "En conséquence, nos oliviers sont ravivés et cela est bénéfique pour la récolte à venir. Nous nous attendons à ce que ce soit beaucoup mieux que l'an dernier. Nous commençons à récolter nos olives Arbequina en novembre, suivies de notre Chetoui natif. »

Vingt-cinq milles plus au sud-est de la région de Tebourba, Abdelmajid Mahjoub de Les Moulins Mahjoub s'attend également à une récolte meilleure que la moyenne.

"Le climat a été idéal avec de bonnes précipitations », a-t-il déclaré. "C'est bon à la fois d'un point de vue qualitatif et quantitatif. Nos olives n'ont pas encore changé de couleur, mais elles seront bientôt à moitié vertes, à moitié violettes et prêtes à être cueillies à la main. »

"Nous commençons la récolte vers la mi-novembre et cette année ce sera en même temps que d'habitude », a-t-il ajouté. "Nous avions l'habitude de récolter début décembre mais maintenant nous commençons deux semaines plus tôt à cause des effets de changement climatique. »

À Toukaber, à 28 km au sud-ouest de Tebourba, le paysage des collines est d'un vert luxuriant, une vue rare en octobre.


© Olive Oil Times | Source de données: International Olive Council


"La pluviométrie annuelle moyenne est d’environ 400 millimètres (15.7 pouces) mais nous en avons eu jusqu’à présent à 600 millimètres », a déclaré Meher Ben Ismail, de Réserve Familiale Ben Ismail, A déclaré. "La pluie est bien sûr très importante pour nos oliviers, d'autant plus que nous n'irriguons pas et dépendons entièrement des précipitations. Les températures ont également été bonnes ces derniers temps et nos arbres regorgent d'olives. »

"Nos olives Chetoui commencent tout juste à changer de couleur », a-t-il ajouté, faisant référence au cépage cultivé ici dans le nord et connu pour son caractère intense. "Nous suivons la méthode de la récolte précoce et commençons généralement la récolte avant le premier novembre, mais cette année, il semble que nous commencerons fin octobre, donc plus ou moins à l'heure habituelle. L'année dernière, nous avons récolté plus tôt car c'était un été très chaud et sec, mais malheureusement la qualité n'était pas excellente. Bien sûr, la météo a une grande influence sur la qualité. »

Mounir Boussetta, de Domaine de Segermès à Zaghouan, une zone agricole à 37 kilomètres au sud de Tunis, a décrit les chiffres projetés par le ministère de l'Agriculture pour la prochaine récolte comme "très optimiste »mais convient qu’ils devraient certainement être meilleurs que l’année dernière.

"En Tunisie, nous avons tendance à avoir une bonne récolte chaque année en alternance », a-t-il déclaré. "Il semble que la récolte dans notre région sera prometteuse. Mes olives ne sont pas encore mûres, elles sont encore vertes en ce moment et c'est à cause des pluies que nous avons eues. »

Publicité

"Il semble que nous serons prêts à commencer la cueillette début novembre », a-t-il ajouté. "Il est important de récolter tôt et une fois cela fait, je commence par l'élagage. Cela ne peut pas attendre trop longtemps. Habituellement, j'ai une équipe de 100 travailleurs qui cueillent les olives à la main, mais cette année, je serai chanceux si j'en trouve 80. Il devient de plus en plus difficile de trouver des travailleurs. »

Cependant, comme la récolte annuelle doit commencer en Tunisie, tous les producteurs ne sont pas optimistes. Plus au sud, dans le centre de la Tunisie, une région oléicole où la variété Chemlali domine et où le climat est plus chaud et plus sec, Slim Fendri, du Domaine Fendri, n'a pas de grandes attentes.

"Nous ne nous attendons pas à une bonne récolte dans le centre de la Tunisie », a-t-il déclaré. "Ce sera au mieux moyen. L'année dernière n'a pas été une bonne année à cause de la sécheresse. Bien qu'il y ait eu de la pluie récemment dans cette région, cela n'a pas été suffisant. Nous ressentons certainement les effets du changement climatique. »





Nouvelles connexes