United Nations Plaza à Genève

La Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement (CNUCED) en Suisse a adopté un nouvel accord sur l'huile d'olive qui entrera en vigueur en janvier 1, 2017.

Le nouvel accord est basé sur le texte adopted in June par les membres du Conseil oléicole international, mais inclut des modifications qui clarifient certains points, a déclaré le CIO dans un communiqué de presse.

Depuis janvier, le CIO opérait dans le cadre d’une extension temporaire de la International Agreement on Olive Oil and Table Olives (2005).

Un accord visant à faciliter la participation des pays importateurs- Conseil oléicole international

Ce nouveau texte prend en compte les développements de l’industrie mondiale de l’huile d’olive et réaffirme le rôle du International Olive Council (IOC) en tant que centre de diffusion d'informations et de documentation sur les produits à base d'huile d'olive, ainsi que de réitérer le rôle de la COI en tant que forum des parties prenantes de l'industrie, a déclaré la COI.

En outre, le texte insiste sur la normalisation des législations nationales et internationales relatives aux caractéristiques physiques, chimiques et organoleptiques des huiles d'olive, de l'huile de grignons d'olive et des olives de table, dans le but de "prévenir les obstacles au commerce".

Voir plus: New Draft International Agreement on Olive Oil and Table Olives

La CNUCED a officiellement adopté le texte lors des discussions tenues à Genève la semaine dernière.

Selon le communiqué du CIO, le nouvel accord est simple, plus rationnel et plus condensé que les versions précédentes et comporte un système modifié de calcul de la répartition des parts de participation visant à encourager les pays consommateurs à adhérer.

"Il vise à faciliter la participation des pays importateurs", a-t-il déclaré.

“Le prochain texte entrera en vigueur le 1 de janvier 2017 et restera en vigueur jusqu’au 31 de décembre 2026. C'est l'aboutissement de deux années de discussion par un groupe de travail spécial mis en place à 2013 et suivi des travaux de la conférence internationale. ”

L’accord sera ouvert à la signature du gouvernement et des parties contractantes tout au long de l’année prochaine et le Secrétariat général des Nations Unies sera le nouveau dépositaire de l’accord.

Le directeur exécutif actuel du CIO est le Français Jean-Louis Barjol, qui occupe ce poste depuis janvier 1, 2011 et dont le contrat prendra fin le 12 décembre 2003, à l'issue d'un mandat de cinq ans.

La réunion à Genève était la sixième conférence organisée depuis 1956 pour négocier l'accord que le CIO est chargé d'administrer.


Plus d'articles sur: