Une étude publiée par une multinationale Deoleo averti que les petites exploitations d’huile d’olive 240,000 de Spain pourrait disparaître au cours des prochaines années 10.

La concurrence internationale dans le secteur de l’huile d’olive, qui entraîne inévitablement une augmentation de la production d’huile d’olive dans le monde, conjuguée à une baisse relative de la consommation et à la réduction de la stagnation of prices in the country, empêche les petits producteurs espagnols de conserver leur position sur le marché.

Il est possible et nécessaire d’inverser la situation, il faut l’engagement des agents du secteur pour maintenir un type d’oliveraie qui joue un rôle social, économique et environnemental important.- Juan Vilar, auteur de l'étude

L’étude intitulée «Salvemos el buen aceite”Ou“ Save the good oil ”, axée sur les principaux territoires espagnols producteurs d’huile d’olive - Andalusia, Castilla - La Mancha, València, Aragón et Catalogne - et ont constaté que plus de 320,000 acres d’oliveraies traditionnelles avaient déjà été abandonnés dans ces régions.

L’explication de cette baisse tient au nombre, dans les pays producteurs d’huiles d’olive 64 dans le monde aujourd’hui, par rapport aux pays 46 il ya quinze ans. Un total de 28.7 millions d'acres sont recouverts d'oliviers et chaque seconde, en moyenne, des oliviers 10 sont plantés quelque part sur la planète.

Voir plus: Spanish Olive Oil Production

En outre, près de 40 pour cent de la quantité totale d'huile d'olive provient de l'agriculture intensive, ce qui donne presque 50 pour cent de plus que l'agriculture traditionnelle à la moitié du coût.

Cette expansion de cultivated land et la production d'huile d'olive crée un déséquilibre entre l'offre et la demande au niveau mondial, la production d'huile d'olive étant supérieure à la consommation.

Bien que dans l'ensemble global consumption a augmenté de 6.4 pour cent au cours des neuf dernières années, indique l’étude, une réduction a eu lieu sur des marchés matures tels que l’Espagne, l’Italie et la Grèce, où consumers have reduced their intake d’huile d’olive exprimée en pourcentage 16 en moyenne, ce qui se traduit par des tonnes 286,000 collectivement.

Parallèlement, la hausse de la consommation sur d’autres marchés, tels que l’Allemagne, la France et les États-Unis, a ralenti au cours de la même période.

En ce sens, un surplus estimé de olive oil production de un à deux millions de tonnes chaque année conduira à lower prices dans la plupart des marchés, y compris en Espagne, où les prix sont aujourd'hui inférieurs à ceux de tous les autres pays producteurs du monde.

Les prix de l’huile d’olive affichent des perspectives négatives au cours des dernières semaines en Espagne, s’établissant à 2.20 € (2.49 USD) le kilogramme de extra virgin, l’organisation agricole COAG avertissant que ces prix sont déjà en vigueur below the profitability threshold.

Avec la tendance actuelle à la perte de consommation, la faible marge bénéficiaire et l'expansion de la culture de l'olivier dans le monde entier, les oliveraies espagnoles traditionnelles pourraient devenir insoutenables et perdre un autre million d'acres 1.2 en l'espace d'une décennie, a conclu l'étude, représentant 20% oliveraies.

La perte affecterait les petits agriculteurs 240,000 possédant des superficies allant de 2.5 à 7.5, les chassant de l’existence, a averti l’étude. Presque toutes les familles 300,000 locales associées d'une manière ou d'une autre au secteur de l'huile d'olive seraient touchées.

La nécessité pour les producteurs de produire davantage d'huile d'olive afin de rester compétitifs constitue une autre menace pour le secteur de l'huile d'olive traditionnel espagnol. Ces petits producteurs subissent de fortes pressions pour adopter des méthodes de culture intensive, entièrement mécanisées, de haute performance mais de qualité médiocre, qui ne conviennent pas aux petites exploitations traditionnelles plantant de gros oliviers plantés irrégulièrement.

La situation concerne principalement les variétés d'olives indigènes d'Espagne, en particulier la variété Picual, victime de la culture intensive de l'olivier. Les exploitations intensives ont tendance à cultiver d'autres variétés, sélectionnées pour leur rendement plus élevé et non pour leurs propriétés antioxydantes et leurs caractéristiques organoleptiques riches, à l'instar de Picual.

Pire encore, le environmental benefits Les oliveraies traditionnelles, telles que préserver la terre de la désertification et absorber de grandes quantités de dioxyde de carbone, ont maintenant disparu en raison de leur âge et de leur taille, car l'agriculture intensive utilise principalement des arbres plus jeunes et plus petits, avec un feuillage réduit et des racines plus courtes.

Juan Vilar, l'auteur de l'étude et expert du secteur de l'huile d'olive en Espagne, a appelé à une action collective pour éviter de nouveaux dommages.

«Il est possible et nécessaire d’inverser la situation, il faut l’engagement des agents du secteur pour maintenir un type d’oliveraie qui joue un rôle social, économique et environnemental important, typiquement espagnol et qui, en raison de son caractère unique , offre une richesse et une variété énormes à l'offre d'huile d'olive », a-t-il déclaré.

En fin de compte, le prix de l'huile d'olive augmentera dans le pays pour empêcher l'abandon des oliveraies traditionnelles dans les années à venir, a suggéré l'étude.

À long terme, la transformation de l'oliveraie espagnole d'une culture traditionnelle en une production moderne pour obtenir un meilleur rendement en termes de quantité pourrait avoir l'effet inverse et, outre les répercussions sur l'environnement, entraîner la disparition des variétés d'olives indigènes espagnoles.




Plus d'articles sur: , , , ,