` Inquiétude en Europe concernant les nouvelles normes d'huile d'olive - Olive Oil Times

Inquiétude en Europe sur les nouvelles normes d'huile d'olive

Octobre 17, 2013
Julie Butler

Nouvelles Récentes

europe-concern-en-europe-sur-de-nouvelles-normes-d'huile-d'olive-huile-d'olive-fois-rafael-sanchez-de-puerta-diaz
Groupe consultatif sur les olives et les produits dérivés de la Commission européenne, Rafael Sánchez de Puerta Díaz

Le secteur européen de l'huile d'olive surveille avec méfiance les États-Unis et l'Australie pour toute initiative visant à introduire des normes de qualité obligatoires, selon le compte rendu d'un comité de consultation de l'UE.

Et selon le projet de rapport sur la dernière réunion du groupe consultatif de la Commission européenne sur les olives et les produits dérivés, il existe une demande pour de meilleures données afin de permettre des instantanés plus clairs de l'état du marché de l'huile d'olive.

Récemment publié minutes de la réunion du 14 juin à Bruxelles disent également que l'UE souhaiterait que les États-Unis introduisent une limite maximale de résidus pour le pesticide Chlorpyrifos-éthyl dans l'huile d'olive, car l'absence de LMR a entraîné le rejet de divers conteneurs d'huile d'olive italienne dans les ports américains .

Préoccupation concernant une éventuelle ordonnance de commercialisation d'huile d'olive aux États-Unis

Au titre du point de l'ordre du jour "barrières non tarifaires au commerce », certains membres du groupe se sont inquiétés de la possibilité pour les États-Unis arrêté de commercialisation d'huile d'olive. Cette dernière pourrait conduire à ce que les importations soient également soumises à des normes plus élevées.

Parmi les opinions exprimées figuraient "Les Californiens devraient respecter les mêmes exigences que les opérateurs de l'UE, afin que nous respections tous les mêmes règles », et que "Les normes du CIO (International Olive Council) devraient être adoptées et appliquées aux importations et aux produits nationaux aux États-Unis. »

Un représentant de la Commission a déclaré qu'elle était en contact avec les autorités américaines, surveillant les développements et essayant de sensibiliser à la question.

La Commission a également fait le point sur ses négociations de libre-échange avec les États-Unis, indiquant "prêts à finaliser les négociations d'ici la fin de 2015. »

Craignez que la norme australienne sur l'huile d'olive ne soit appliquée

Des préoccupations ont également été exprimées Norme australienne d'huile d'olive, adopté dans 2011, et si l'adhésion pourrait cesser d'être volontaire dans ce pays.

La Commission a déclaré que le gouvernement australien avait confirmé que la norme resterait volontaire "et il n'y avait aucune preuve que cela pourrait changer de si tôt. »

Un représentant de l'industrie a demandé à la Commission "rester prudent »sur la question, le secteur n'étant pas totalement rassuré, ce serait le cas, "étant donné qu'il y avait beaucoup de pression de la part des producteurs australiens.

La Commission a également déclaré qu'il n'était pas prévu d'entamer des négociations de libre-échange avec l'Australie et que cela ne changerait probablement pas dans un avenir proche.

Les pesticides causent des problèmes aux importations américaines: chlorpyrifos-éthyle

Divers contenants d'huile d'olive extra vierge italienne ont été rejeté dans les ports américains plus tôt cette année parce qu'ils avaient des traces de chlorpyrifos-éthyl, un pesticide autorisé aux États-Unis pour d'autres produits agricoles, mais pas pour l'huile d'olive.

Lors d'une discussion sur le problème, la Commission a déclaré que la solution consistait à demander à l'Agence américaine de protection de l'environnement de fixer une LMR pour l'huile d'olive.

La Commission était prête à soutenir une telle soumission et à soulever la question lors de négociations bilatérales, a-t-elle déclaré.

Désir de meilleures données de marché

Un aperçu des marchés de l'huile d'olive et des olives de table - y compris les chiffres provisoires de la production, de la consommation, du commerce et des stocks de report pour la saison 2012/13, et les perspectives pour 2013/14 - a conduit à une discussion sur la collecte de ces données.

Lors de la précédente réunion du groupe, en décembre 2012, certains membres ont fait part de leurs "incohérences »entre les données de la Commission et celles du CIO.

Lors de la dernière réunion, la Commission a rappelé aux participants que les membres de l'UE doivent lui fournir régulièrement des informations sur leurs stocks et que l'UE est tenue de communiquer des données de marché au CIO.

Le procès-verbal indique que de nombreux experts présents à la réunion ont estimé que l'établissement d'un bilan exhaustif était très important, mais "il était plus important d'avoir des chiffres complets sur la prochaine campagne de commercialisation. »

"Le représentant de la Commission a préconisé la prudence lors de la publication des prévisions pour l'année prochaine, étant donné que cela pourrait indirectement influencer les prix. De plus, beaucoup de choses pourraient encore se produire avant le début de la récolte en octobre prochain, comme des situations climatiques défavorables », indiquent également les minutes.

L'Agence espagnole de l'huile d'olive recueille des données sur le marché de ce pays et publie des rapports mensuels à ce sujet.

Un représentant des producteurs d'un autre pays, soutenu par certains représentants commerciaux, a demandé à la Commission d'aider d'autres États de l'UE à collecter des statistiques similaires, y compris des données sur les stocks, "aussi exhaustifs que ceux de l’Espagne, afin d’améliorer le niveau d’information disponible et de donner un aperçu général de la situation pour tous les opérateurs du marché. »

Le procès-verbal indique qu'une discussion a ensuite eu lieu "sur la façon d'améliorer la sécurité juridique des tests de panel », mais aucun détail n'est donné.

Mise en œuvre du plan d'action de l'UE pour l'huile d'olive: nouveau règlement sur les paramètres d'échantillonnage et d'analyse

Entre autres questions discutées lors de la réunion, la Commission a fait le point sur la mise en œuvre de son plan d'action pour le secteur de l'huile d'olive de l'UE, au cours de laquelle il a également été question de son revirement en mai sur sa proposition d'interdire les bouteilles d'huile d'olive rechargeables des tables de restaurant de l'UE.

Le représentant des producteurs a déclaré "pas clair pourquoi la Commission a décidé de retirer la proposition. "

Entre-temps, la Commission a déclaré qu'elle avait préparé un nouveau règlement concernant "échantillonnage et divers paramètres d'analyse chimique »qui, espère-t-elle, seront mis aux voix d'ici la fin de l'année.

Rôle du CIO

Étant donné que l'accord international régissant le CIO expire à la fin de l'année prochaine, le débat s'est poursuivi sur la manière dont le conseil devrait évoluer.

La Commission a déclaré qu'elle devrait jouer un rôle important en tant que gardien mondial de la qualité et "point de référence pour la normalisation et les bilans ».

Et dans une référence probable à la possibilité d'ouvrir l'adhésion au CIO aux pays consommateurs, pas seulement aux pays producteurs, la Commission a déclaré que c'était "le temps de commencer à penser à élargir sa base de membres. "

Nouveau président et vice-président

Le mandat du président du groupe consultatif Gennaro Forcella prenant fin après deux mandats consécutifs, un vote a eu lieu et l'Espagnol Rafael Sánchez de Puerta Díaz a été élu à l'unanimité pour lui succéder.

Le groupe consultatif est traditionnellement dirigé par des Italiens et Sánchez, directeur général de la FAECA, la Fédération andalouse des entreprises coopératives agricoles, est le premier Espagnol à le diriger.

Rafael Pico Lapuente, également d'Espagne, et directeur d'Asoliva, l'Association espagnole des exportateurs d'huile d'olive, a été élu vice-président, avec une abstention.

Forcella est président de Federolio, l'association commerciale italienne de l'huile d'olive, depuis 1997.

Groupes consultatifs de la CE

Le Groupe consultatif sur les olives et les produits dérivés se réunit généralement deux fois par an. Sa prochaine réunion aura lieu à Bruxelles le 12 novembre.

La Commission indique que les opinions exprimées par le groupe de travail représentent les points de vue des acteurs de l'industrie et ne peuvent pas lui être attribuées.

Les rapports sur les réunions du groupe ne répertorient généralement pas les participants et ne mentionnent pas la source des opinions exprimées.



Nouvelles connexes

Commentaires / Suggestions