`Le Conseil botanique publie un aperçu de la falsification de l'huile d'olive

Nouvelles brèves

Le Conseil botanique publie un aperçu de la falsification de l'huile d'olive

Janvier 14, 2020
Gretchen Heber

Nouvelles Récentes

A rapport publié ce mois-ci par l'American Botanical Council a conclu que la falsification de l'huile d'olive extra vierge reste "prolifique."

Le rapport cite d'importantes récompenses financières, la faible disponibilité d'huile d'olive extra vierge de haute qualité et un dépistage inadéquat par les agences de régulation, trois des raisons pour lesquelles la falsification reste répandue.

Il est vraiment difficile de savoir si une huile d'olive est falsifiée simplement en regardant l'étiquette. Certaines adultérations sont très sophistiquées et nécessitent des techniques analytiques modernes pour être détectées.- Stefan Gafner, American Botanical Council

Le problème le plus important, selon le groupe, est la contamination de l'huile d'olive extra vierge par des huiles de qualité inférieure, ce qui se traduit par une huile moins pure qui n'offre pas la même chose avantages pour la santé sous forme d'huile extra vierge.

"Les consommateurs avertis peuvent remarquer la différence de goût de l'huile d'olive frelatée et la trouver moins savoureuse », a déclaré Stefan Gafner, directeur scientifique du conseil. "En outre, il existe certains prétendus avantages pour la santé de l'huile d'olive que le consommateur pourrait ne pas recevoir si l'huile d'olive était falsifiée. »

Voir plus: Fraude à l'huile d'olive

Selon Gafner, sur la base des recherches du groupe, les consommateurs n'obtiennent tout simplement pas ce pour quoi ils ont payé.

Publicité

Pour gagner "extra vierge ”, l'huile d'olive doit être extraite par des méthodes mécaniques - par opposition à une extraction chimique - et doit répondre à des normes de qualité mis en place par le Conseil oléicole international.

Au lieu de l'huile d'olive extra vierge pure, les consommateurs peuvent acheter sans le savoir des mélanges qui incluent des huiles d'olive de qualité inférieure ou différents types d'huiles végétales, telles que le canola, le soja, la noisette ou le tournesol.

Le rapport indique que ces mélanges frauduleux sont parfois également compromis avec des additifs tels que le bêta-carotène, qui masque la saveur des huiles moins chères, ou avec des produits chimiques qui modifient la couleur. Bien sûr, aucun d'entre eux n'est correctement noté sur les étiquettes des produits.

"Il est vraiment difficile de déterminer si une huile d'olive est falsifiée simplement en regardant l'étiquette », a déclaré Gafner. "Certaines des adultérations sont très sophistiquées et nécessitent des techniques analytiques modernes pour les détecter. »

De plus, une mauvaise étiquette d'un produit coupé avec des huiles moins chères permet au distributeur de facturer un prix élevé pour un produit de qualité inférieure.

"Il y a un gain financier important pour les fraudeurs qui pourraient mélanger des huiles de graines ou des huiles d'olive raffinées ou de qualité inférieure et les vendre comme huile d'olive extra vierge », ont écrit les auteurs de l'étude. "Parce que les tests sont sporadiques et coûteux, les chances d'être attrapé sont relativement faibles et les conséquences potentielles ne sont pas graves en vertu de la loi de la plupart des pays. »

D'autre part, Gafner a déclaré que si un fournisseur vend des matériaux frelatés, sa réputation peut devenir gravement endommagé, surtout si la falsification fait la une des journaux.

"Et il y a toujours un risque de procès, dont il y a eu plusieurs contre les fabricants d'huile d'olive ici dans le États-Unis», At-il dit. "Il s'agit non seulement d'un coup porté à la réputation d'une entreprise, mais cela peut également entraîner une amende substantielle. »

Le rapport indique que les tests des huiles d'olive, qui sont effectués en grande partie par des agences gouvernementales, sont inadéquats car ce n'est tout simplement pas une priorité.

Bien que les consommateurs ne bénéficient pas des avantages "couper »les huiles qu'ils s'attendent à obtenir, et ils ne sont pas nécessairement lésés, selon le rapport, et l'urgence des tests n'existe donc pas.

Alors que, selon Gafner, "les groupes de défense des intérêts de l'industrie sont devenus très actifs ces dernières années et ont lancé des tests dans certains cas », a conclu le rapport du conseil selon lequel les tests restent insuffisants.

Néanmoins, le rapport appelle à une "un effort mondial plus déterminé de la part des autorités… pour vaincre les pratiques de corruption production d'huile d'olive.

"Il doit y avoir davantage de soutien gouvernemental Exporter et importer et des sanctions plus sévères pour ceux qui abusent de la réglementation », conclut le rapport.





Nouvelles connexes